Suivez-nous

Réseaux sociaux

Attentat de Christchurch : Facebook a supprimé 1,5 million de vidéos

Dans un communiqué, Facebook affirme avoir retiré 1,5 millions de vidéos de l’attentat de Christchurch et reconnu des couacs.

Il y a

  

le

 
Facebook

Facebook affirme avoir éliminé 1,5 million de vidéos de l’attentat de Christchurch en Nouvelle Zélande. Toutefois, de nombreux couacs sont reprochés au réseau social dans sa gestion de la tuerie et des vidéos.

Facebook a éliminé 1,5 million de vidéos de l’attentat de Christchurch

Vendredi, un homme armé et équipé d’une caméra GoPro a commis un massacre dans deux mosquées de la ville de Christchurch, en Nouvelle Zélande. Le terroriste présumé a diffusé la tuerie en direct sur Facebook Live. Une heure plus tard, le réseau social fermait le compte du tueur présumé. Une réaction trop tardive car la vidéo avait été partagée de très nombreuses autres fois sur le réseau de Mark Zuckerberg et d’autres plateformes vidéo comme YouTube, Twitter ou encore Reddit. Facebook s’est employé à éliminer au plus vite les vidéos, cependant le réseau social a rencontré des soucis.

Pressé par les autorités néo-zélandaises, Facebook se devait de réagir rapidement. Dans un communiqué, le réseau social assure avoir supprimé pas moins de 1,5 million de vidéo de l’attentat de Christchurch dans les 24 heures qui ont suivi la tuerie. Le réseau social précise que 1,2 million de ces vidéos ont été bloquées dès leur chargement.

Le réseau social de Mark Zuckerberg reconnaît que 300.000 de ces vidéos n’ont pu être bloquées et sont passées au travers des mailles du filet et qu’il aura fallu l’intervention de modérateurs pour éliminer ces images passées sous le radar. Le géant américain assure éliminer toutes les vidéos du massacre, même celles dont les corps ont été floutés. Facebook n’a toujours pas expliqué pourquoi la diffusion en direct n’a pas été interrompue plus tôt ni pourquoi il n’a pas été capable de bloquer 20 % des partages de vidéos de la tuerie passés à travers ses filets.

Les autorités de Nouvelle Zélande exigent des réponses

Jacinda Ardern, la première ministre néo-zélandaise, a exigé des réponses de la part de Facebook sur la question de l’attentat de Christchurch mais aussi d’autres réseaux sociaux ou plateformes de vidéo. Celle-ci a ainsi déclaré : « Nous avons fait tout ce que nous pouvions pour retirer ou obtenir que soient retirées certaines des images qui ont circulé dans la foulée de cette attaque terroriste mais au final, c’est à ces plateformes qu’il appartient de faciliter ces retraits » avant d’ajouter : « Je crois qu’il demeure des questions nécessitant des réponses ».

Scott Morrisson, le premier ministre australien, regrette, pour sa part, la capacité limitée de ces géants de l’Internet malgré leur coopération. Il a notamment pointé du doigt le fait que les contenus retirés ne devraient pas pouvoir réapparaître ce qui n’a pas été le cas. L’homme politique australien doute, par ailleurs, de l’efficacité des législations entourant les réseaux sociaux.

Source

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

1 commentaire

1 Commentaire

  1. edouard

    19 mars 2019 at 14 h 06 min

    Apres 1000 videos de Daesh, 1 de plus, on s’en fou un peu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Advertisement RED by SFR

Les tests