Avec son application, cette start-up veut révolutionner la messagerie instantanée

A quelques jours du lancement de l’application de messagerie instantanée Textter, son créateur donne un avant-goût. Oui, il y a quelque chose d’unique dans son app.

Le paysage numérique est déjà envahi par une pléthore d’applications de chat ou messagerie instantanée. A l’ère du numérique, l’adolescent 2.0 ne communique plus via des SMS et des MMS mais grâce à ces applications de chat que l’on retrouve facilement sur l’App Store et Google Play. Mais comme si le marché n’en était pas déjà saturé, d’autres concurrents de WhatsApp, Viber ou LINE débarquent sur le marché.

Pour se faire une place dans ce business, les développeurs doivent nécessairement innover. Si l’innovation est suffisante, l’appli peut rapidement intéresser les investisseurs et de potentiels acheteurs. Par exemple, Snapchat, qui propose un outil de messagerie instantanée peu commun, aurait reçu une proposition de Facebook pour un rachat à $3 milliards. Pourquoi donc ? Parce que les adolescents l’adorent et que l’appli permet d’envoyer des messages éphémères qui « s’autodétruisent dans quelques secondes » et qui sont théoriquement supprimés des serveurs.

Textter ne misera pas sur la « confidentialité ». Non. Il intéressera très probablement les impatients. C’est-à-dire : les personnes qui en ont ras le bol de voir les trois points de suspension sur Facebook, « Setra is typing » ou tout autre signal qui vous fait comprendre que votre correspondant est en train de saisir.

En effet, selon Carlos Cueto (le fondateur de la start-up Textter), la nouvelle application permettra aux correspondants de voir ce que l’autre est en train de saisir, en temps réel. Vous n’attendez donc plus que celui-ci valide pour voir ce qu’il est en train de vous taper. Ayant répondu aux questions de BetaNews, ce dernier a affirmé que sa cible était les enfants et les adolescents de 8 à 18 ans qui font actuellement leur transition des SMS et MMS vers les applications de messagerie instantanée.

Textter sera multiplateforme. Son créateur envisage de rendre l’application disponible sur PC, tablette et smartphone. Elle sera aussi accessible sur un navigateur. Une inscription sera nécessaire et les transferts protégés par du SSL.

En ce qui concerne le business model, Carlos Cueto envisage une application gratuite mais qui pourra être complétée avec une version pro. Il a également évoqué un autre produit qui pourrait permettre aux utilisateurs de suivre des célébrités en « Live » et de voir ce qu’ils tapent en temps réel.

Textter sera disponible pour le grand public, sur Android et iOS, à partir du 16 décembre.

(Source : Betanews)


Nos dernières vidéos

17 commentaires

  1. Ah ça c’est de l’innovation utile !!!

    Plus droit à l’erreur !! Tu n’as pas intérêt à écrire un truc que tu regrettes, ou faire un mauvais copié/collé !!

  2. 3 Milliards pour snapchat ?!?!?
    Allez on reprends les mêmes et on recommence, après la bulle de 2001, celle de 2014… préparez vous ca va péter !

  3. J’arrive pas à voir si l’auteur trolle, ou si réellement on est censés s’extasier parce que le machin permet d’afficher en direct les caractères tapés.

    Non parce que les startupers de la silicon valley qui vivent en vase clos et parlent de révolution quand on leur montre une brique de lait qui tweete quand elle est vide vont trouver ça formidable, ok. Mais pour les gens normaux, il en faut peut-être un peu plus.

  4. @Kaféine : surtout que , bon, qu’on trouve cela utile ou pas ca peut se discuter, mais parler de « révolution » de la messagerie instantanée, on dirait du LeMeur 😀
    Amha il faut qd meme un peu plus de différence que cela pour justifier un nouveau logiciel et croire que les gens vont abandonner leur choix habituel pour celui-là …

  5. @Setra Rkt : comme je disais avant, utile ou pas, ca se discute, mais il faut reconnaitre qu’une aussi petite nouveauté ne saurait justifier à elle-seule un nouveau logiciel et un businessplan à plusieurs millions …

    (je retente car mon précédent message n’est pas passé, pardon s’il y a doublon)

  6. … et pendant que vous discutez sur l’utilité ou non du truc… certains se font des millions (ou des milliards) avec ce genre d’app que des millions de jeunes utilisent et kiffent 🙂

Répondre