Avec Weecast, monétisez vos compétences dans l’utilisation d’un logiciel

Weecast, la première place de marché de tutorials vidéo, ouvre ses portes ce jour. Nouveau service lancé par Nicolas et l’équipe de Emob, Weecast propose plus de 2000 didacticiels vidéo, autrement dit des cours sur l’utilisation de logiciels répartis en 8 grandes rubriques (3D, Audio, Bureautique, Graphisme, etc…) elles mêmes divisées en une cinquantaine de

Weecast, la première place de marché de tutorials vidéo, ouvre ses portes ce jour.

Nouveau service lancé par Nicolas et l’équipe de Emob, Weecast propose plus de 2000 didacticiels vidéo, autrement dit des cours sur l’utilisation de logiciels répartis en 8 grandes rubriques (3D, Audio, Bureautique, Graphisme, etc…) elles mêmes divisées en une cinquantaine de logiciels parmis les plus connus (3DSMax, Excel, Dreamweaver…).

Mais, comme il s’agit d’une place de marché, la caractéristique de Weecast réside dans le fait que vous pouvez vous-même proposer vos propres didacticiels vidéo en les soumettant à l’équipe, et espérer en tirer quelques revenus puisque ceux-ci, une fois acceptés, sont mis en vente sur le site. Le système de rémunération fonctionne selon un pourcentage variable en fonction de votre grade, à l’aide d’un système de crédits (1 crédit = 1 euro).

Si l’idée d’offrir aux internautes une possibilité de monétiser et de mettre en scène leurs talents, connaissances ou compétences n’est pas nouvelle, celle-ci appliquée à la maîtrise de logiciels ouvre des horizons inédits à toutes les petites mains de l’ère numérique, qui pourront ici trouver matière à gagner un peu d’argent de poche en vendant leur savoir-faire. Et pour cela, la bonne nouvelle est qu’il n’est pas besoin d’être geek ou super expert : un retraité qui dispose de temps et qui a travaillé de longues années à brasser du tableau ou de la statistique sur Excel durant sa vie professionnelle peut valoriser son expérience en la diffusant sur Weecast.

En fait, il manquerait peut-être juste un tutorial sur Weecast (et il faudrait qu’il soit gratuit et proposé par l’équipe Weecast) : « Comment faire un tutorial » 🙂


25 commentaires

  1. Pingback: Weecast official launch | Fresh from the hive !

  2. Ah oui vraiment très intéressant, comme ça, en plus de supprimer tous les espaces de liberté du web, on supprime également les espaces de gratuité pour un prétendu profit pécunier (si c’est comme adsense…)

    Bon je vais pt-ê arrêter de proposer des tutos et des logiciels gratuitement. Après tout, quand c’est gratuit, c’est forcément moins bien …

  3. AM >on peut savoir quel est le bug? (ça pourra nous aider à le réparer…). Merci en tout cas pour le test!

    wapcamer>tu proposes des logiciels et des tutos gratuitement. Très bien. Mais en quoi sommes nous différents de toi au final? Je vois une bannière Blogbang et 2 blocs Adsense chez toi!

    N’y aurait il pas là une quête de rémunération de ton contenu?…

    Bah, nous c’est un peu pareil, sauf qu’il n’y a pas de pub.

    On peut crier au loup, encore faut-il s’appliquer à soi-même ses propres remarques. (owned?)

  4. J’oubliais–> je n’ai jamais prétendu que le gratuit été moins bien que le payant.

    Tu trouveras des tutos gratuits sur Weecast (de très très bonne qualité)

    De plus, nous avons opté pour un business model payant, car le gratuit prouvait qu’on ne pourrait pas devenir rentable, donc qu’on ne pourrait pas payer de salaires, ce qui est, tu l’avoueras un peu chiant dans une société. ^^

  5. Les services web rémunérant les internautes vont se multiplier dans le futur. Pourra-t-on longtemps réclamer un Internet gratuit d’un côté mais être bien content de gagner des pépettes de l’autre ? L’internaute 3.0 sera schizophrène ou ne sera pas 😉

  6. @Nicolas: la différence est que tu bases ton business model sur la vente de tutos (et la pub), alors que moi je n’ai pas de business. La pub paye le ndd et c’est à peu près tout.
    Et que je tenais à diffuser gratuitement mon travail (pour un usage personnel).

    Enfin mon coup de gueule ne t’était pas réellement destiné: il est tout à fait normal pour une entreprise de faire de l’argent.
    Maintenant toutes les idées ne sont pas bonnes et c’est au marché de faire son choix.
    Mais un service comme le tien est dangereux, car si je n’avais pas eu accès à des informations libres, je n’aurais sans doute pas pu apprendre et construire tant de choses; par extension, c’est l’annulation du net qui s’est fait notamment par l’appropriation par des amateurs de choses très spécialisées – l’informatique pour commencer.

    Pour finir, je ne t’ai jamais accusé d’insinuer que le gratuit est de moindre qualité que le payant.
    Mais dans l’esprit des gens, ce qui est payant est forcément de qualité, et « mérite » son prix. Je pense que ton service s’inscrit dans cette démarche et joue là-dessus pour proposer du contenu de « tres tres bonne qualité ».

  7. @Nicolas quand t’on s’envoi un message (oui je sais c’est pas intelligent) erreur requête mysql…
    De plus qu’en t’on envoi un message à un utilisateur, dans les messages envoyés il y est écrit notre pseudo (expéditeur)… La logique serai celui du destinateur, volontaire ? Demande d’amitié non visible dans l’espace personnel.

    En ce qui concerne le message de @wapcamer je pense qu’il voulait simplement dire que si on trouve dans 5ans que des tutos payent. Imaginons un utilisateur lambda qui qui veut créer son petit site internet, il y connaît pas une cacahuète, il faut qu’il apprenne, qui dit apprendre dit tutos, livres etc., qui dit coup de réalisation (déjà beaucoup abandonne à la première ligne de code). Au final le coup sera peu-être supérieur que faire appel à un professionnel…

  8. Assez d’accord avec Wapcamer dans le fond.

    Des tutorials payant alors que le web regorge de ressources gratuites, Zarb comme business model. Pour avoir regarder les quelques tutoriaux gratuits, je trouve la qualité des intervenants assez médiocre en général, le fait de laisser qui veut proposer des formations me semble difficile, mieux vaut se démarquer en ne prenant que des gens compétents surtout en terme de pédagogie, la différence se fait là dessus.

    Ce n’est que mon avis, vous devriez faire une sélection beaucoup plus sévère des formateurs.

  9. Olivier>A ce jour 80% des formations présentent sont issues d’éditeur. Ces éditeurs là on fait appel à des formateurs expérimentés, ayant des références dans les métiers qu’ils pratiquent. Pouvez vous me donner un exemple de tuto assez médiocre pour que je puisse au moins savoir de quoi/qui il s’agit…

  10. A ce jour 80%…. C’est ce qui vous à permis de définir votre taux de commission ? Pour du business c’est du business ! Prendre 80% de commission, vous vous mouchez pas du coude, c’est sûr ! Haaa oui, j’entends « oui mais elle peut être que de 45% voire 42% », effectivement à condition d’atteindre 100.000 crédits, soit 100.000 euros de vente !!! On rêve…

  11. Meg>cf les autres plateformes de ce type: istokphoto par exemple, meme commission.

    100 000 euros c’est du cumulé, ça ne s’adresse pas à tout le monde bien entendu, seulement une poignée d’auteurs/éditeurs (et oui il y a aussi des éditeurs sur cette plateforme avec des catalogue de 1000 vidéos…c’est tout de suite plus réalisable comme chiffre, non?)

    Il faut voir weecast sur du long terme avant de dire que 100 000 euros c’est impossible.

    Merci pour votre commentaire

  12. De mémoire, j’ai vu un tutorial d’un auteur nommé Brice sur de la vidéo, bafouillages, plusieurs idées en même temps, pas de ligne directrice, après, j’ai vu des choses sur le Xcode avec un écran presque illisible, ect

    Ca manque de professionnalisme à mon sens pour un service payant.

  13. Bonjour,

    Il y a tout de même des points qui semblent à retravailler d’urgence dans le concept.
    – La répartition des revenus : 80% de commission pour la plate forme et 20% seulement pour le formateur, alors que leur organisme à des couts de fonctionnement bien moindre qu’un organisme de formation traditionnel qui accueil des centaines d’étudiants. Surréaliste.
    – La légalité du concept : Le site propose à des PARTICULIERS, qui n’ont ni statut juridique et fiscal professionnel, ni de faculté pour facturer, de vendre des formations. Les auteurs seront rémunérés, par je ne sais quel tour de passe-passe, sous forme de “gains” (non imposables, comme les jeux concours) et pas “d’honoraires” pour leurs prestations. Je ne suis pas juriste, mais il me semble que c’est là la définition du travail au noir. Ici on pourrait donc estimer que l’éditeur sollicite et organise le travail dissimulé de ses “formateurs”, et se poser la question de la légalité du service.
    – Les conséquences sociétale du projet : Ici, ils vendent des formations non diplômantes, conçues par des non-professionnels de la formation payés avec des cailloux, à des “étudiants” qui ne sont ni suivis, ni encadrés, ni évalués, ni conseillés, et qui n’ont pas le statut social de l’étudiant (droits sécu, etc). On ne peut pas dire que leur objectif soit de tirer le monde de la formation vers le haut, ni de d’œuvrer en faveur de la progression sociale…

    Avant de lancer une activité économique, on peut aussi se poser la question de l’éthique du concept, de sa légalité, et de son interet pour la société civile. C’est autorisé.

  14. Olivier>les tutos xcode n’ont pas encore été vendus, tu te bases donc sur un extrait de 20 secondes, compressés pour porter ton analyse : bravo!

    Dharun>je te réponds cash sur la légalité, tu as lu non CGU? non même pas , y’a surement trop de mot à lire. Je te résume donc ça: les contributeurs doivent avoir un statu professionnel pour toucher le moindre euro sur weecast. C’est écrit noir sur blanc…mais c’et tellement plus simple de cracher sur un projet « qui va tirer la formation vers le bas »…on parle de tutos là, hein….

  15. Je lis et relis les CGU présentent ce matin sur votre site, et sur la question du statut, je ne vois que l’article 3.1
    “Capacité de contracter : Pour être inscrit sur le Site Web en tant que Contributeur, l’internaute devra nécessairement être majeur s’il s’agit d’un particulier …”

    Donc, si votre service est réservé aux formateurs professionnels, il faut que tu me dises où c’est stipulé dans vos CGU ou sur votre site. A quelle clause des CGU fais-tu référence?

  16. Dans ce cas Nicolas si j’ai bien compris, étant moi même étudiant et ayant poster un tuto que je vend au prix de un euro symbolique histoire de voir si votre merde en boite fonctionne, je n’aurais droit à rien parce que je n’ai pas de travail?

  17. Euuh désolé Nicolas mais tu te moques de qui ?

    Question subsidiaire : TOI tes propres CGU, tu les as lues ou y’avait trop de mots ?

    Moi en tout cas je les ai lues, et ce que j’y vois texto c’est :

    « Les présentes Conditions Générales d’Utilisation s’appliquent aux Contributeurs ayant la qualité de particulier ou aux professionnels […] »

    et ensuite :

    « Pour être inscrit sur le Site Web en tant que Contributeur, l’internaute devra nécessairement être majeur s’il s’agit d’un particulier OU avoir la qualité de professionnel. »

    Donc en gros soit on est particulier majeur, soit on est pro. Non ?

    C’est ça que je lis, et Dharun aussi je présume.

    Il a donc parfaitement raison de te poser des questions sur ce point.

    Et si c’est ça ta « réponse cash », vu l’efficacité, je tremble d’avance sur celles que tu pourrais apporter aux autres points inquiétants soulevés plus haut.

    Pense aussi qu’un entrepreneur qui n’est même pas au courant des conditions de base de sa propre plateforme (surtout sur un sujet aussi important que la simple légalité de l’opération), ça n’inspire VRAIMENT pas confiance.

  18. AM > On peut bosser à partir de 16 ans si je ne dis pas de bêtises, mais je ne sais pas si c’est le même âge pour avoir, par exemple, le droit d’ouvrir une activité. A mon avis c’est plutôt à la majorité.

    Laurent > Le problème n’est pas d’avoir un travail ou pas, mais d’avoir un statut professionnel qui permette de cotiser et de déclarer sur tous les revenus qu’on touche. Concrètement ça veut dire que pour gagner de l’argent via une plateforme comme celle de Nicolas il te faut un statut professionnel indépendant ou à la rigueur être sous contrat d’une boîte de portage. Que tu sois à côté de ça salarié ou étudiant n’a rien à voir.
    Mais ça c’est partout pareil, quelle que soit l’activité.

    Ce que reproche Darhun à Nicolas, à juste titre selon moi, c’est justement de laisser croire sur sa plateforme et dans ses CGU qu’un particulier pourra gagner de l’argent via Weecast, alors que c’est faux : s’il ne déclare/cotise pas ces revenus via un statut approprié le contributeur sera tout simplement dans une situation de travail au black et passible d’un redressement.

    Donc sur les 20% qui vous restent sur la vente de vos tutoriaux, enlevez évidemment l’ensemble des charges et contraintes inhérentes à l’établissement d’une activité professionnelle indépendante (entre les charges URSSAF de 40% et des frais pros réduits au minimum vous pouvez enlever, en gros, une bonne moitié des entrées, les impôts passent ensuite par dessus).

    Au final dans votre poche on parle donc pas de 20% mais de maximum 10% en tout et pour tout, pour celui qui aura produit l’ensemble du contenu…

    En toute honnêteté, je trouve personnellement le deal plus que limite, maintenant je laisse chacun libre d’en juger.

  19. Pingback: Ecleoz, le blog ! » Weecast, compte rendu ?

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Presse-Citron 2005 - 2018 | A propos | Contact | Site hébergé par Cognix Systems | Informations sur les cookies