Back to the roots

Bon allez, focus sur celle qui m’a toujours accompagné et soutenu, même dans les plus grands moments de solitude : la musique ! Et surtout une certaine musique, dont je me suis toujours promis de faire un jour une compilation. Ce jour est venu. Grâce au web, au blog et au podcasting réunis, ma compilation

AtarisBon allez, focus sur celle qui m’a toujours accompagné et soutenu, même dans les plus grands moments de solitude : la musique ! Et surtout une certaine musique, dont je me suis toujours promis de faire un jour une compilation. Ce jour est venu. Grâce au web, au blog et au podcasting réunis, ma compilation va prendre forme, et vous sera distillée ici au fil de l’eau. Mais de quelle musique parle-t-il ? se demande le lecteur esbaudi… Ben en fait, même si elle est assez difficile à classer, je dirais que j’ai toujours eu un faible pour les groupes pop-rock anglo-saxons souvent classés dans la catégorie « indés ». En gros et pour faire simple, les milliers de groupes pas connus (ou pas encore), qui écument les pubs et clubs de l’Angleterre, de l’Australie ou de l’Amérique profondes, et qui ont pour point commun un art consommé des harmonies vocales hyper mélodieuses sur nappes de grosses guitares qui déchirent leur race (et accessoirement un goût prononcé pour le whisky…).
Les rock-critics éclairés ont baptisé ça Power-pop, juste après le punk, et bien avant le grunge. Des groupes comme celui-ci, ou encore celui-là, quoi. Mais écoutez plutôt ça.


2 commentaires

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.