BlackBerry continue de perdre du terrain

Il semblerait que les belles années de BlackBerry, où les smartphones de RIM caracolaient en tête avec 55% de parts de marché, appartiennent au passé. Pour le moment en tout cas (car on sait comment les positions bougent vite sur ce marché).

Il semblerait que les belles années de BlackBerry, où les smartphones de RIM caracolaient en tête avec 55% de parts de marché, appartiennent au passé. Pour le moment en tout cas (car on sait comment les positions bougent vite sur ce marché).

Selon une étude de ComScore, alors que la marque canadienne occupait encore la deuxième place derrière Android en février dernier avec 28.9% de parts de marché, elle a glissé d’une position pour passer derrière Android. Les parts de marché respectives des trois principales plate-formes mobiles au dernier recensement s’établissent donc ainsi : Android 38.1%, iOS 26.6%, et BlackBerry 24.7%.

Le marché peut parfois sembler injuste : si les smartphones BlackBerry ne sont pas à la pointe de l’innovation, les derniers modèles ont largement rattrapé leur retard pour se hisser au niveau de la concurrence : le BlackBerry Torch par exemple est un des meilleurs mobiles qu’il m’ait été donné de tester au cours des derniers mois, avec un écran tactile quasiment au niveau de celui d’un iPhone en termes de définition et de sensibilité, une réactivité parmi les meilleures du marché et le plus que constitue le clavier physique pour ceux qui sont allergiques au tout tactile.

> Lire aussi :  L'horloge d'Android vous réveille maintenant avec Spotify

Malgré cela, si le noyau dur des BlackBerry addicts qui constituent le gros des troupes dans la clientèle de RIM ne lâcherait sa texting-machine pour rien au monde, une partie des clients se détournent de la marque pour aller vers des modèles plus « sexy » ou plus ludiques. Mais le gros problème provient probablement des applications : l’App World de BlackBerry a du mal à décoller, et ses quelques 15.000 applications font bien pâle figure à côté des centaines de milliers proposées par Apple ou Android. Un syndrome de l’App Store qui pourrait bien menacer aussi Windows Phone, même si cette plate-forme voit son magasin d’applications grandir plus vite puisque 6 mois après son lancement elle vient de dépasser le cap des 25.000 applications.


17 commentaires

  1. Un truc que je me demandais mais… Est-ce que le clavier en mode blackberry est protégées par brevet ? Parce que étant un inconditionnel du full clavier BB… Le jour ou je peux avoir iPhone + iOS avec un vrai clavier en dur… Je signe tout de suite et bye bye BlackBerry OS.

  2. A mon avis, c’est l’OS qui coince …

    Je connais bien iOS et Android, donc je ne les comparerais pas.
    Je me suis rendu il y a peu en boutique d’un opérateur, j’avais un tel sous Windows Phone 7 et un Blackberry l’un a coté de l’autre, j’ai testé les deux. Franchement, au bout de 10 min, j’était encore complètement paumé sur le Blackberry mais dans le même temps le WP7 m’est devenu comme « familier » très facilement.

    En clair, je pense que leur OS manque d’ergonomie.

  3. Moi je confirme la tendance à la petite échelle de ma société : remplacement de tous les BlackBerry par des mobiles sous Android en septembre… Raison : applications non disponibles (ou abandonnées…) sous BB, navigation Internet préhistorique et lente, bugs à répétition de l’OS…

  4. Pour moi, ce qui est le plus préjudiciable quand on possède un BB, c’est le peu d’applications proposées, et surtout le fait que les nouveaux OS ne soient disponibles que pour les nouveaux mobiles. Mon BB a moins d’un an, et pourtant, je ne peux pas profiter d’OS6… Dommage quand même…

  5. J’ai acheté la playbook le mois dernier. Et bien, le « app store » de RIM est absolument navrant. Voir désopilant de ridicule. On y trouve des applications pour dessiner avec le doigt pour 5 dollars (!!), des jeux minables. Rien, rien rien de valable.

    j’ai un android, mais je n’ai pas accroché.

    Et un iPod Touch 4G. Et bien, c’est bien la pléthore d’application qui me fait laisser la playbook sur l’étagère. C’est incroyable, mais je ne m’en suis pas servit plus d’une heure…

  6. J’étais un inconditionnel de RIM depuis plusieurs années et faisais des envieux parmi mes amis qui ne possédaient pas encore de smartphones. Depuis, ils sont tous passés à l’Iphone mais moi je résistais, jusqu’à ce que je décide d’essayer android qui m’a totalement conquis. J’ai conservé mon BB (Curve) comme mobile de secours mais euh… je suis loin de retrouver l’interactivité et l’utilisation instinctive que me propose android. Selon moi RIM reste encore la meilleure interface pour gérer la messagerie mais il va leur falloir de gros efforts pour revenir dans la course.

  7. Euh, dire que les BB torch a un écran au même niveau que celui de l’Iphone… pardon ?!!? Je suis utilisateur du Torch (et de la playbook btw…). Ce torch est lent, saccadé, aucune fluidité. On dirait le premier nokia tactile qui était affreux !!! Et oui, au niveau applications, c’est la m…
    Heureusement, j’ai choisi BB parce que après avoir eu un Iphone je me suis rendu compte que je n’utilisais pas les applications. C’est très lassant au bout d’un moment…

    • @cali122 : mon mobile principal est un iPhone 4 mais j’ai aussi un Torch et sans qu’il arrive au niveau d’un iPhone 4 ou d’un Androphone de dernière génération je trouve qu’il se situe plutôt parmi les très bons smartphones. L’écran est lumineux, bien défini et assez fluide, mieux que ce que tu décris. Après ça dépend peut-être des modèles et de ce qu’on a installé dessus.

  8. Blackberry est une marque qui a une réputation solide, enfin c’est ce que je constate dans mon entourage, mais les gens ne l’achètent pas! Je ne veux pas donner de conclusions à la va vite, mais il paraît qu’ils préfèrent les smartphones sexy!

  9. Mon meilleur ami a un Torch, qui plantait tous les quarts d’heure => garantie magasin => nouveau (vraiment un nouveau pas le même dans une boite) et toujours la même chose, au bout de qq semaines. Finalement au bout du 4eme essaie il en a un qui a l’air stable…

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.