Suivez-nous

Réseaux sociaux

Ce groupe de volontaires va traquer la désinformation sur les vaccins en ligne

Engagés par une ONG pro-vaccin, ils seront en charge de débusquer et contrer les publications controversées sur ce sujet.

Il y a

  

le

 
Vaccin
© Unsplash / CDC

40 % des républicains pensent que le futur vaccin de Bill Gates contre le coronavirus contiendra une puce de suivi. Par sa nature très anxiogène, la pandémie a généré tout un lot de théories complotistes qui se sont diffusées très rapidement sur la toile. La controverse liée aux vaccins a elle aussi repris de plus belle, tandis que des chercheurs du monde entier s’affairent pour trouver une solution face à la maladie.

La désinformation sur le sujet atteindrait même des niveaux inédits, aidée en cela par des bots, mais aussi par des utilisateurs humains. Ainsi, la vidéo Plandemic signée du vidéaste Mikki Willis a connu un succès retentissant. En 26 minutes, l’homme y expose un supposé grand complot impliquant les élites mondiales, dont Bill Gates, visant à utiliser le prochain vaccin pour… prendre le pouvoir. Elle aurait déjà été vue plus de 8 millions de fois.

Une efficacité remise en question

Face à ce danger, l’organisation à but non lucratif spécialisée dans la santé publique, Public Good Projects (PGP), a décidé d’agir à sa manière. Elle prévoit le recrutement de très nombreux volontaires pour lutter contre la désinformation sur les vaccins en ligne. Pour cela, elle s’appuiera sur les Américains qui soutiennent les vaccins, une armée silencieuse selon Joe Smyser, son président. Cette opération baptisée Stronger, reçoit aussi le soutien d’organisations pro-vaccins américaines. Wired précise également qu’elle recevra des financements de la part de BIO, le plus grand lobby biotechnologique du monde.

Une fois le recrutement achevé, les volontaires bénéficieront des outils d’analyse des réseaux sociaux mis au point par PGP. Ces derniers ont d’ailleurs constaté que l’essentiel des discussions anti-vaccins sont générés par environ 129 leaders d’opinion. Pour les contrer, les participants de Stronger recevront des notifications lorsqu’un élément de désinformation est susceptible d’être vu par des millions d’internautes. Il leur sera alors conseillé d’aller poster des contenus et des éléments de langage précis leur seront suggérés. S’ils sont suffisamment nombreux, l’effet sera bien là et la bataille des idées pourra commencer. Mais contrairement aux méthodes de certains de ses adversaires, Joe Smyser entend miser sur les faits plutôt que sur la passion et l’insulte.

Reste à voir l’efficacité d’un tel dispositif sur la durée. Rien n’indique en effet que les personnes opposées à la vaccination apprécieront de voir débouler des centaines d’internautes sur leurs pages pour leur dire des choses qu’ils n’ont pas envie d’entendre.

Brendan Nyhan, un chercheur spécialisé dans les politiques publiques de santé, se montre d’ailleurs assez sceptique sur l’impact réel des réseaux sociaux en la matière. Selon lui, les pro-vaccin devraient plutôt se concentrer sur les politiques en charge des exigences vaccinales dans les États.

5 Commentaires

5 Commentaires

  1. PaulM

    28 juin 2020 at 11 h 09 min

    J’appelle ça du lobbying et de la pollution massive !
    Les positions anti-vaccins se fondent sur certains faits et sur une interprétation du réel… Des médecins ont même écrit des livres critiques sur le sujet…
    Donc, soit, on explique point par point en quoi ces personnes se trompent (pour les critiques les plus sérieuses) et il suffit de renvoyer l’internaute sur ces textes, soit on fait ce qui est décrit ici et qui n’est que de la propagande analogue à ce qui se fait en période de guerre ! (Et il n’y a rien de bon à attendre de ça)

  2. Patrick Huet

    28 juin 2020 at 11 h 46 min

    Comme le dit PaulM, du lobbying !
    Je dirais aussi du pur marketing!

    Cela prouve que les labos sont en train de perdre du terrain. Ils pensaient réussir le jackpot, mais le peuple se réveille et fait de moins en moins confiance à l’OMS et aux décisions gouvernementales.

    Alors, alors nous de persister, et d’arrêter leur folie.
    Notre corps nous appartient, il n’appartient ni à un gouvernement ni à une quelconque entreprise, fût-elle une ONG.

  3. BoB

    29 juin 2020 at 11 h 20 min

    En phase avec PaulM

  4. Poppy

    4 juillet 2020 at 13 h 24 min

    Evidemment les antivax sont de sortie. Toujours annoncer des faits, jamais mettre de liens sérieux pour confirmer leurs propos. D’ailleurs si les faits sont une « interprétation », tout est dans leurs propos… une interprétation n’est pas scientifique, elle est subjective et on peut très bien tout interpréter jusqu’à justifier tout et son contraire.
    Puis toujours la référence limite Godwin de la guerre.
    Les antivax ou comment être l’exemple le plus clair de l’effet dunning-kruger : au moins j’en sais et j’en comprends, au plus j’en parle et fais du bruit

  5. Tarod

    4 juillet 2020 at 14 h 02 min

    Bravo poppy je n’ai pas encore à rajouter si ce n’est que je pense que l’une des causes principales de l’augmentation des antivaxx ça a été une mauvaise gestion de la crise covid.
    Pour certains cela révèle plus de la croyance mais essayons d’avoir un peu plus de voix pour les indécis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests