Suivez-nous

Internet

Ce nouveau système est capable de prédire les pics de pollution

L’intelligence artificielle pourrait permettre de mieux comprendre l’origine des émissions de particules fines.

Il y a

  

le

 
pollution
© Unsplash / Patrick Hendry

Le chiffre fait froid dans le dos. On estime que la pollution de l’air provoque 48 000 décès chaque année en France. Pour faire face à ces phénomènes et notamment aux pics, les pouvoirs publics adoptent certaines mesures telles que le développement des transports en commun ou la circulation alternée, mais les choses peinent à changer.

Des chercheurs de l’université britannique de Loughborough ont choisi d’aborder ce problème en développant une intelligence artificielle. Elle est capable de prédire les niveaux de pollution atmosphérique plusieurs jours à l’avance, ce qui donne le temps de bien anticiper et d’adopter des dispositifs de prévention.

Vers une simplification des systèmes de crédit-carbone

Concrètement, ce système analyse les données atmosphériques en temps réel via des capteurs installés dans les villes afin d’anticiper les niveaux d’émission et notamment les particules fines dites PM2,5.

Ces dernières sont parmi les plus dangereuses et peuvent provoquer des troubles de santé très graves chez les personnes exposées, telles que des maladies cardiaques ou des accidents vasculaires cérébraux.

L’IA développée par les scientifiques devrait permettre à terme de mieux comprendre l’origine de ces particules, leur niveau et la période de l’année où elles sont le plus présentes. L’idée est également de faciliter la mise en place de crédit-carbone qui fonctionne sur le principe du pollueur-payeur.

En centralisant ces données sur une plateforme dédiée, les chercheurs espèrent notamment que les participants puissent intégrer ce programme d’échange. S’ils dépassent la limite, les industriels se verraient contraints d’acheter des crédits, mais s’ils restent en dessous, ils pourraient au contraire générer un profit, ce qui pousse à adopter des pratiques plus vertueuses.

Pour l’heure, ce nouveau système est testé en Chine où les grandes villes ont de vrais soucis en matière de pollution atmosphérique. L’outil a par exemple été installé à Pékin et Shenzhen.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Partenaire : Samsung

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests