Chuck, la vraie histoire de Rocky Balboa

Qui connaît vraiment les origines du film sur Rocky Balboa ? Le biopic « Chuck » revient sur l’histoire du boxeur amateur qui l’a inspiré.

Qui connaît l’homme derrière Rocky Balboa ? Celui qui a inspiré Sylvester Stallone a créer son personnage ? Le biopic Chuck nous emmène à la découverte de l’histoire. 

Chuck Wepner, l’homme qui a survécu 15 rounds face à Mohamed Ali

15 mars 1975. Une date passée à l’oubli pour la plupart d’entre nous. Ce jour-là, Chuck Wepner, un boxeur amateur affronte Mohamed Ali sur le ring. Il tiendra 15 rounds avant de s’incliner sur un K.O technique. Dans le public, un homme, Sylvester Stallone alors inconnu. Inspiré par le personnage de Chuck, il donne naissance à Rocky Balboa.

C’est sur les traces de Chuck Wepner que nous emmène ce biopic, qui est donc une sorte de Rocky sans Sylvester Stallone. Il revient sur l’histoire de cet homme, illustre inconnu, négociant en alcool et boxeur amateur du New Jersey qui défie le temps d’un combat, le roi de la boxe. 

L’hommage à un inconnu

Si Sylvester Stallone est devenu une star internationale, le personnage de Chuck Wepner est lui en revanche peu ou prou passé à l’oubli. C’est donc un bel hommage qui lui est rendu à travers ce film signé Philippe Falardeau. A travers cette bande-annonce au style seventies, on découvre un personnage attachant incarné par Liev Schreiber. Au reste du casting, on retrouve Naomi Watts, Ron Pearlman et Elisabeth Moss.  La vidéo montre que le combat est porté à l’écran, que Sylvester Stallone est aussi là, joué par Morgan Spector. Enfin, l’histoire devrait aussi faire la part belle à « l’après ». Wait and see.

Pour l’histoire, Sylvester Stallone n’a jamais reconnu l’influence de Chuck Wepner dans la création de son personnage. Mais face à l’ampleur de la saga, l’histoire s’est finalement réglée autour d’un petit chèque en 2006. Une sorte de « pré-hommage » avant que le vrai ne débarque bientôt au cinéma.

A découvrir dans les salles le 10 mai prochain.


Nos dernières vidéos

Répondre