Classement : les 50 marques les plus populaires sur Facebook

Quelles sont les marques les plus actives sur Facebook ? Lesquelles font l’usage le plus pertinent ou efficace du réseau social ? Le nombre de fans est-il le seul indicateur de la popularité d’une entreprise sur Facebook ? Le site de vulgarisation économique The Big Money (du réseau Slate USA) apporte quelques éléments de réponse

Quelles sont les marques les plus actives sur Facebook ? Lesquelles font l’usage le plus pertinent ou efficace du réseau social ? Le nombre de fans est-il le seul indicateur de la popularité d’une entreprise sur Facebook ?

Le site de vulgarisation économique The Big Money (du réseau Slate USA) apporte quelques éléments de réponse en publiant The Big Money Facebook 50, un Top 50 des marques les plus populaires sur Facebook.

chart-facebook

Et comme seule la taille ne compte pas, le classement proposé prend en compte plusieurs critères en plus du nombre de fans, ce qui permet par exemple à Calvin Klein d’être placé devant The Onion avec pourtant presque un tiers d’abonnés en moins. Un classement établi par un jury qui a donc tenu compte d’élements commele nombre de fans, l’évolution de la page, la fréquence des mises à jour, la créativité et l’implication des fans. Les statistiques chiffrées sont quant à elles fournies par Inside Facebook.

Les 50 marques les plus populaires sur Facebook

View more documents from Willis Wee.

Si l’on regarde de plus près ce classement en observant la typologie des marques présentes, on constate que :

  • 100% des marques se situent sur le marché grand public : les marques les plus actives sur Facebook sont représentées par le secteur B to C.
  • le secteur alimentaire (chaînes de restaurants et produits à consommer) est le plus fortement représenté avec 23 marques sur 50, soit 46% du total, soit près d’une marque sur deux
  • à l’inverse, les médias (sites web, chaînes de TV, magazines) sont largement minoritaires puisque ils sont seulement quatre (MTV, CNN, The Onion et Vogue)
  • le secteur du luxe ou du glamour est également peu présent avec seulement deux marques (Vuitton et Victoria’s Secret)
  • idem pour le secteur auto-moto, dont Audi et Harley-Davidson sont les deux seuls rescapés
  • enfin, ce classement montre une domination écrasante des marques américaines, puisque seules trois européens se font une petite place (Audi, Zara et Vuitton) dont une seul française
  • signalons enfin une « marque » atypique : Apple Students, une communauté Apple, qui avec 1 421 255 fans figure fièrement en trente-septième position

Que faut-il déduire de l’observation de ce palmarès ?

Tout d’abord, les précautions d’usage : même s’il est établi par un jury et prend en compte plusieurs paramètres, ce classement, comme tous les autres, peut être sujet à caution. La même méthode appliquée par un jury français ou européen aurait probablement donné des résultats sensiblement différents.

Ensuite, il est frappant de constater que ce sont majoritairement les marques issues de « l’ancienne économie » ou de secteurs industriels traditionnels et ancestraux qui se taillent la part du lion, ce qui renforce le sentiment que Facebook est définitivement devenu un outil grand public, un public qui s’en est approprié les usages très rapidement et naturellement : oubliez les consultants, le meilleur expert de Facebook c’est Madame Michu.

Si les médias, et notamment les grands sites et blogs d’information, sont très peu représentés, c’est parce-que la synergie avec Facebook n’apporte que très peu de valeur ajoutée à l’internaute, mais également aux éditeurs : Mon réseau social c’est mon blog. Pire, Facebook, qui est un vrai booster de notoriété et de proximité entre une marque et ses clients, peut se transformer en cannibale quand il s’agit d’un média : quel intérêt d’envoyer ses lecteurs sur Facebook au risque… de ne pas les voir revenir, et de diluer les discussions ?

Enfin, les constructeurs automobiles, toujours un peu à la traîne en matière d’appropriation des bonnes pratiques web, montrent ici aussi qu’il reste du chemin à parcourir.

Pour conclure, on notera également qu’aucune marque high tech ne figure dans ce classement : ou sont les Sony, Apple (hormis iTunes), Nokia, Samsung, Microsoft et autres géants de l’industrie du loisir numérique ?


Nos dernières vidéos

20 commentaires

  1. Ce classement qui place l’alimentaire en bonne position est aussi révélateur de la culture américaine. Finalement Facebook devient le même écran pub que la TV ! A coup de spot de junck food en permanence. Y a peut être mieux à faire sur un réseau social ? Décevant, pas très créatif…

  2. Ce classement est sans équivoque !

    Moi qui menait une grande réflexion pour ouvrir ma passion pour le web sur Facebook. On voit bien que les prestataires en communication web ne détienne pas le palmarès !

    Qu’à cela ne tienne ! Je vais continuer mon petit bonhomme de chemin sur mon blog en misant sur une qualité d’échanges et une interactivité avec mon audience. Parce que le blog offre toutes ces possibilités…

    @ bientôt

  3. « Ce classement qui place l’alimentaire en bonne position est aussi révélateur de la culture américaine. » ah bon , les français ne placent pas l’alimentaire en N°1, de même que le 1/3 monde mais pas pour les même raisons.

  4. @prof z > l’alimentaire ne cesse de baisser dans le budget des ménages français. Et là je parlais des pages de pub aux USA sur les TVS consacrées aux spots pour la junck food qui inondent les écrans. A chaque coupure pub, systématiquement et en nombre. je voulais dire que ce comportement sur facebook semble prendre le même pas d’autant que l’article précise que ce sont les mêmes marques traditionnelles.

  5. Pingback: TwittLink - Your headlines on Twitter

  6. # à l’inverse, les médias (sites web, chaînes de TV, magazines) sont largement minoritaires puisque ils sont seulement quatre (MTV, CNN, The Onion et Vogue)

    Et Youtube qui est tout de même #7 😉

  7. Je sais bien que l’alimentaire ne cesse de baisser dans le budget des ménages français mais là on parle aussi de budget de com et de presence d’influenceurs plus difficile à contrôler que des pages de pubs papier ou écrans. Je suis effaré par la quantité de nourriture de mauvaise qualité dans les caddies qui en fait coûte plus chere que celle de bonne qualité si on ne suit pasles standards Us de qualité bien sur.
    Les Us ayant decidé de dominer le monde par les multinationales, les marques, les brevets, la stadardisation d’un mode de vie et la puissance économique et militaire…

  8. Il semble en effet en croisant les 2 sources que les marques de Junk food dominent un media social comme Facebook. Wikipedia basé lui aussi sur l’économie contributive chère à Bernard Stieger et au nouveau monde industriel (cherchez ses video dans Google video) montre clairement les raisons de cette stratégie…
    http://en.wikipedia.org/wiki/Junk_food

  9. Eric

    @Cerium : en fait je crois que j’ai rangé YouTube dans Entertainment, mais cela pourrait aussi en effet figurer dans Médias et web

  10. En tout cas de mon coté cet article ne fait que confirmer mes soupçons mon avis vis à vis des réseaux sociaux :

    ça n’a du potentiel que pour les produits extremement grand public , et à moins de disposer d’une notoriété préalable il est très difficile d’arriver à se distinguer …

  11. Je dois dire que depuis que j’ai installé Adblock, je ne vois plus toutes ces images sur Facebook. Les textes restent affichés malgré tout mais ces derniers n’attirent pas l’oeil. Et mes yeux revivent, j’ai découvert un énorme confort visuel quand je suis sur un site, y compris FB, qui m’a fait réaliser à quel point j’étais agressé par toutes ces pubs auparavant.
    Pour un commentaire plus ciblé sur l’article, je dois dire que FB reste bien innondé du pub américaines, c’est à noter au-delà de la répartition par secteur d’industrie qui est présentée par le camembert…

  12. Je suis étonné que si peux de marque du high tech soit présente sur se genre de plateforme car ça fidélise les clients et permet de les tenir informé.

  13. euuhh excusez moi mais j’ai bien vérifié c’est starbucks ki doit étre 1er avc plu de 5 milllions de fans é non pas Coca-Cola ki a + de 4 millions

  14. @moroko02 c’est bien dit que le nombre de fan n’est pas le seule critère :
    « le classement proposé prend en compte plusieurs critères en plus du nombre de fans, ce qui permet par exemple à Calvin Klein d’être placé devant The Onion avec pourtant presque un tiers d’abonnés en moins. Un classement établi par un jury qui a donc tenu compte d’élements commele nombre de fans, l’évolution de la page, la fréquence des mises à jour, la créativité et l’implication des fans. « 

  15. Pingback: Médias sociaux et marques : mettre en place une stratégie de présence sur le web - Veille concurrentielle - Info-veille.com

Send this to a friend