Comme c’est original, les ayants droit réclament encore plus de filtrage à Google

ACTA, SOPA, HADOPI, LOPPSI, la fermeture de Megaupload et autres, en gros tout ce qui a fait polémique ces derniers mois vient de nos chers « ayants droit ». Vous en avez un peu marre ? Pas eux, ils remettent le couvert en envisageant de demander, par le biais de l’IFPI, à Google de filtrer « en amont » les pages indexées par le moteur de recherche… les explications ci-après.

ACTA, SOPA, HADOPI, LOPPSI, la fermeture de Megaupload et autres, en gros tout ce qui a fait polémique ces derniers mois vient de nos chers « ayants droit ». Vous en avez un peu marre ? Pas eux, ils remettent le couvert en envisageant de demander, par le biais de l’IFPI, à Google de filtrer « en amont » les pages indexées par le moteur de recherche… les explications ci-après.

Frances Moore présidente de l'IFPI (photo: bloomberg)

La coopération de Google et des ayants droit n’est pas nouvelle. Depuis longtemps maintenant Google supprime de son index les liens pointant vers les contenus illicites après demande explicite des ayants droit. C’est la filtration en aval puisque qu’elle ne fait que corriger le mal.

D’ores et déjà, d’après le journal suisse Handels Zeitung qui a publié l’information,  460,000 liens auraient été supprimés des résultats de recherche Google au second semestre de 2011. Le moteur de recherche affirme de son côté avoir supprimé près de 5 millions de liens l’année dernière suite aux demandes d’ayants droit.

Seulement voilà, il semblerait que cela ne suffise plus et l’IFPI (International Federation of the Phonographic Industry) envisagerait de porter plainte contre le moteur de recherche le plus utilisé du monde pour abus de position dominante car générant des revenus grâce aux liens vers les contenus illégaux.

La solution proposée par les ayants droit ? Un filtrage en amont des liens indexés par Google. En clair au lieu de supprimer les liens contenant du contenu illicite, il faudrait ne jamais les mettre dans les résultats en analysant les pages en amont de l’indexation. Une solution rejetée catégoriquement par Google d’après le journal suisse car impossible techniquement.

Voila, si l’information se confirme, une nouvelle étape dans l’exaspérante politique des ayants droit qui dictent leur loi sur les politiques et les entreprises. Au fait,  quid de Netflix en France? Moi qui habite au Royaume-Uni et qui accède à Netflix depuis un peu plus d’un mois maintenant, en plus de Spotify, je suis rentré sans même le vouloir et pour 15 euros par mois dans la légalité… les solutions existent mais elles n’arrivent pas.

[Handels Zeitung] [Numerama]

 


Nos dernières vidéos

33 commentaires

  1. C’est quand meme incroyable cet acharnement à ne pas vouloir evoluer. C’est pourtant la nature du meme du capitalsme : adapt or die ! ILes ayants droit au lieu de pleurer sur a fuite de leur contenus (et la fonte de leurs benefices tous relatifs) n’ont jamais déplacé autant de monde dans les concerts et n’ont jamais fait autant d’entrées au cinéma !
    Entendez vous sur une solution universelle (pas de marque…), rapide, pas cher et où vous donnez 50% des bénéfices aux artistes.

  2. Cet outil formidable qu’est le net est de plus en plus bridé par le fric, pour le fric… Mais jusqu’où ça ira ?

  3. Quand je vois toutes ces ressources engagées, tant financières qu’humaines juste pour les films et musiques ( alors que le cinéma va de mieux en mieux chaque année, pourquoi ? ), on se demande si cela n’est pas disproportionnés..

  4. Ils auraient tord de s’en priver, les consommateurs adorent ça, bande de veau qu’ils sont! et même ils en redemandent!

    Payer pour écouter de la daube, enrichir des crétins déjà ultra riches, se faire fliquer, voir internet pourrir lentement, tout ça sans réagir, ou en grognant un coup puis en oubliant vite fait en regardant une série débile, vouloir du gratuit sur le web sans se rendre compte qu’en fait la pub c’est nous qui la payons etc etc etc

    A quand un vrai boycott? enfin, de l’action quoi? parce que les belle paroles n’ont jamais rien fait changer.

    Combien on parie que ça va continuer longtemps? très longtemps et que ce sera de pire en pire, et que personne ne lèvera le petit doigt?

    Et les artistes? on les entend jamais? avec les miettes que leur donnent les maison de disque ils se gavent déjà, alors du coup ils préfèrent se taire. Complices!

    Ne payez plus de disque, ne payez plus de musique, n’allez plus voir leurs merdes cinématographiques pendant quelques mois, on verra…

    Le consommateur a les pleins pouvoirs, il serait temps qu’il s’en rende compte plutot que de continuer à chouiner comme un gamin de 5 ans.

  5. Pingback: Comme c’est original, les ayants droit réclament encore plus de filtrage à Google | Veille Techno "Autrement" | Scoop.it

  6. Pingback: Comme c’est original, les ayants droit réclament encore plus de filtrage à Google « L'info "Autrement" cftc hus

  7. Ce ne serait pas réalisable, soit des sites passeraient à la trappe car le filtrage serait trop laxiste soit certains sites légitimes seraient filtrés car le filtrage serait trop strict.

    C’est vraiment n’importe quoi une telle demande. On remarque une fois de plus l’incompétence dans le domaine et le manque de connaissances de la part des personnes qui requièrent ce genre de mesures…

  8. Ben pourquoi ils n’interdisent carrément pas internet ? Non ? Parce que finalement, c’est la faute d’internet.

    Puis pourquoi il n’interdisent pas les ordinateur ? Parce que non, on peut toujours copier via clef usb.

    Ils comptent aller jusqu’ou ?

    Des millions et des millions de $$ pour interdire/surveiller/condamner … et combien dans l’offre legale ?

    RIEN
    ca fait gerber

  9. Quand ils se rendront compte qu’ils sont en train de tuer non seulement internet mais aussi eux-même… peut-être qu’ils envisageront une méthode moins égoïste…

  10. A vous lire, nous artistes sommes tous à mettre dans le meme panier : FAUX !

    Nous sommes nombreux à vouloir faire évoluer ce système mais les Majors et l’industrie du Disque ne nous laissent aucune place pour nous faire entendre dans ce débat. Des organes, dont la Featured Artist Coalition essaient de s’organiser pour donner la parole aux indés.

    Le probleme à vous lire c’est que vous nous mettez tous dans le meme panier et ça devient pesant… révisez vite vos positions et renseignez vous avant d’argumenter sur ce sujet… pour moi vous etes aussi en retard que les politicos qui ont créé Hadopi.

  11. De toute façon plus personne n’achète de DVD à part quelques ploucs qui n’ont rien compris. C’est terminé cette époque. Même si vous me donniez tous les films et séries qui existent en DVD je ne m’en servirait pas, trop chiant à utiliser, je préfère télécharger et effacer après avoir vu le film, comme s’il passait à la télévision en gros.

    Je pense qu’ils devraient tout mettre en DL libre avec des publicités dans les vidéos (en bas ou en haut). Les sponsors pourraient payer pour être affichés et ça payerait le film.

  12. Tant que les consommateurs n’auront pas compris leur véritables pouvoirs (de part leurs actes d’achats) rien ne changera;

    Et c’est bien là-dessus que beaucoup de monde compte (ayants-droit compris) la non réaction de nous les consommateurs !

  13. @Johan ta proposition est intéressante mais elle est déjà utilisé. Pourquoi dans les films les ordinateurs sont majoritairement des MacBook ? Pourquoi voit on que le héros principal boit du starbuck coffe avant de « tuer les méchants »… Les films sont déjà largement sponsorisés… et mettre des pubs dans un film façon entracte et elle seront supprimé du montage, mettre des sortes de pop-up au risque de ruiner l’immersion du film…
    Ou inventer un nouveau format vidéo permettant d’inclure un format publicitaire indépendant et dynamique façon Adsense qui apparait en dehors du film sur un espace dédié. Peut-être possible avec l’avènement prochain de la TV connecté mais trop lourd à mettre en place spontanément …
    Les solutions sont lourdes et coûteuses plus coûteuses qu’un procès 😉

  14. Bonjour,
    Les réactions semblent en sens unique… Alors je vais aller un peu à contre sens… Pour ma part il ne me semble pas délirant que des ayants droits cherchent à faire respecter leurs droits… La liberté des uns s’arrête où commence celle des autres.
    Pourquoi ne pas mettre sur Internet en libre accès, gratuitement, tous les livres écrits, toutes les musiques, tous les films ou court métrages mais aussi toutes les photos d’artistes en HD… On peut aller loin comme ça au nom de la liberté… Où s’arrête t’on? On met les fiche de paye et les salaires de chacun? Les aventures extra-conjugales?
    Le vrai problème est le cout des oeuvres (Film, musique) et non le fait qu’elles soient payantes.
    Si les artistes ne sont plus rémunérés … La création risque d’en prendre un coup non??

    • Jean-Baptiste

      @films : personne n’a parlé (je crois) de complète gratuité… et je pense qu’on est tous prêt à payer un prix décent pour être dans la légalité et bien sur rémunérer les artistes mais pas forcément engraisser les producteurs qui veulent nous obliger à acheter des CD, dont plus personne ne veut… seulement aujourd’hui les vraies solutions pratiques n’existent pas partout. (j’aimerai bien savoir par exemple l’influence qu’ont eut deezer et surtout spotify sur le taux de téléchargement illégal de musique)

      @djghostfader : Je critique l’IFPI dans l’article, pas toi et surtout la méthode du contrôle par flicage plutot que par l’innovation

  15. Les solutions existent désormais pour les créateurs d’écrits d’obtenir 60% du prix TTC de leurs ventes sur les plus grandes plateformes : il s’agit de l’auto-édition d’ebooks. Le vrai problème n’est pas pour ces créateurs le piratage mais la situation domininante de certaines structures. Un débat plus important que la simple copie de textes de chansons sur des sites illégaux…

  16. Une fois que le contenu illégale sera filtré, il ne restera plus qu’à décider ce qui illégale : Terrorisme, pédophilie, piratage ? Journaux critiquant le régime ? Entreprises faisant concurrence aux copains de Tonton Bling Bling ?

    Filtrer l’information permet de manipuler l’opinion publique, avantager des entreprises et de partis politiques… C’est une bonne base pour une dictature.

  17. @djghostfader

    Tout le monde (sauf quelques imbéciles) est pret à payer une juste rétribution aux ARTISTES.

    Le soucis, n’est pas la.

    C’est au majors qui ne font la promotion QUE des blockbuster SANS promouvoir les nouveaux talents que nous en voulons.

    Je connais un petit groupe de DJ qui était produit par Sony Music.

    Sur chaque CD vendu 17€, ils touchaient moins de 2 euros … (1,37€) précisement.

    Et Sony Music n’a JAMAIS participé à la promotion du groupe.

    C’était à eux de se bouger pour le faire.

    Donc, clairement non, marre d’engraisser ce GROS TAS d’actionnaire qui n’a STRICTMEMENT RIEN à faire des artistes ou de la creation artistique.

    Alors tant qu’a payer quelqu’un je préfere payer directement des places de concert, ou faire des dons plutot que de doner 95% de fric à une boite qui va produire une lady gaga bis (j’aime bien lady gaga, la n’est pas le sujet).

  18. @jean-baptiste
    @films le 17 février 2012 à 16:20
    l’innovation ce serait de conserver l’idée du pouvoir de l’auteur sur ses oeuvres, mais de décliner les attributs de ce pouvoir en fonction de la réalité des flux électroniques.
    Envoyer. Recevoir.
    Droit d’émission. Droit de réception.
    Le problème est que notre droit d’auteur reste marqué en profondeur par les modes de diffusion en vigueur dans les années 50.
    Aujourd’hui tout le monde peut devenir « diffuseur ».
    Proposition : télécharger le droit d’auteur !http://etherciel.over-blog.com.....75912.html

  19. Qu’ils le mettent en place ce filtre. Cela ne changera rien de tout façon. Des sites aux contenus illicites seront toujours ouvert et si les liens ne sont pas indexés, on retournera au bon vieux bouche à oreille…

    Un petit message sur un forum et un ajout dans les favoris et hop … done ^^.

  20. Sans compter les dégâts causés par la loi de 2010 sur les jeux en ligne qui etouffe fiscalement les opérateurs de paris sportifs et de poker.

    L’Autorité de cela, l’autorité de ceci…. bref, on se dirige vers un internet sevré de liberté. Les Etats se réveillent et au passage bien sûr, veulent leur part du gâteau.

    A Google de résister. Mais il ne le pourra pas, la Comission Européenne est sur dos depuis plus d’un an pour abus de position dominante.

  21. citron mecanic on

    il y a sur le net cette « drôle » d’idée que la liberté consiste à profiter (quasi) gratuitement du travail et de la création d’autrui, mentalité puérile d’enfant-roi qui s’imagine que tout lui est dû, après que les ayant droits sur-réagissent, (après des années à être resté ko technique face au net), dans leur manière de faire valoir leurs droits légitimes on peut toujours en discuter, ils viennent du monde analogique et ont quelque difficulté à s’adapter à la nouvelle donne, notez également que la fixation un brin hystérique sur les majors cache le fait que dans la chaine de production d’oeuvres culturelles ceux qui se gavent le plus sont les distributeurs (fnac, etc., par exemple sur le prix du livre leur % est plus élevé que celle de l’éditeur) et ce sans aucune prise de risque (au moins les majors, les producteurs et éditeurs investissent du blé – création, promos, logistique -, qu’on le veuille ou non ils prennent un risque que ne prennent pas les réseaux de distribution qui eux pour le coup ne subissent aucune vindicte populaire, pas plus que les boites qui vendent des ordinateurs 10x le prix de production, les fast foods qui vendent des sandwichs 10x le prix de revient ou le magasin de vêtement qui vend 60 euros un pull fabriqué pour une broutille en asie, etc. ceux qui se gavent sont partout mais c’est toujours la culture qui fait l’objet de critiques quant à son prix, or celle ci ne se créé pas ex-nihilo, ne tombe pas d’un ciel éthéré, certains devraient enlever les fleurs qu’ils ont dans les cheveux et revenir sur terre, certes il y a eu clairement des abus sur les prix dans la vente des cd et dvd, mais pas plus que dans d’autres commerces, malheureusement les artistes hier, avec un % de revenu très limité et une position pieds&poings liés vis à vis de leurs « employeurs », comme aujourd’hui avec le dl gratuit, sont toujours les dindons de la farce (sauf les quelques gros vendeurs mais on ne peut limiter le monde culturel au somment du box office), on peut penser, espérer qu’on est dans une période de l’évolution un peu chaotique et que ça va finir (lentement?) par se régulariser vers un modèle économique qui profitera aux artistes, sans forcément torde les boyaux des consommateurs.

  22. @ citron mecanic
    sur la forme => pense à aérer ton texte. En l’état il est difficilement lisible.

    sur le fond => relis les commentaires au-dessus, personne ici que la liberté consiste à profiter quasi gratuitement du travail d’autrui.

    Pour ma part, je pense que le business model de l’industrie musicale, télévisuelle et même cinématographique doit évoluer.

    Aujourd’hui, je ne me vois pas acheter un cd ni un dvd: j’ai revendu ma chaine hifi il y a peu, elle croupissait à la cave et même chose pour mon lecteur dvd de salon. Je passe tout par mon PC et quand j’achète un morceau musical sur le net, je ne veux pas que des drm m’empêchent de passer ce morceau sur mon smartphone, celui de ma femme et mes deux ordi portables…

    Pour les séries télé, c’est pareil: on nous parle de mondialisation à longueur de temps alors pourquoi une série diffusée le soir aux USA ne serait pas dispo en France, via un abonnement, le lendemain ou même le jour même en vost???

    Je suis prêt à payer, je ne demande que ça, pour profiter pleinement de la culture disponible sur internet tout en rémunérant les artistes mais je n’accepte plus que l’on m’impose des supports surannés et que mon argent parte engraisser moultes intermédiaires, moultes actionnaires…

    Autre chose, nos connexions internet sont de plus en plus performantes, le Sénat vient d’ailleurs de voter une demande concernant la généralisation du très haut débit. Je viens de passer à la fibre, je peux dl 5go de données en moins de 5mn mais à quoi cela va t il me servir si je ne peux plus dl? A me faire mousser sur les tests de bande passante?

    L’avenir concernant la musique et les films/série télé passe par internet, c’est évident et les ayant droits vont devoir le comprendre. Tout comme ils devront comprendre que l’on ne peut accepter de payer sur internet un titre musical 1€, donc 12 à 15€ pour un album entier, alors qu’il n’y a aucun intermédiaire, aucun support physique et qu’en plus leurs titres sont blindés de drm. L’entretien d’un serveur coute cher? Et comment font Megaupload, Rapidshare, Google, Youtube… Sur internet on peut imposer la pub (cf le tv replay de M6 par exemple) qui peut ainsi payer l’entretien des serveurs.

    Des solutions pour contenter presque tout le monde existent mais les majors doivent comprendre qu’ils doivent évoluer car le piratage ne fera qu’augmenter (VPN, newsgroup, débrideur…) s’ils ne réagissent pas. Notre cher président se trompe en disant qu’Hadopi est un succès, il a oublié de regarder le ddl et les VPN. C’est sûr que le P2P non sécurisé a diminué, évidemment.

  23. citron mecanic on

    @Jimmy
    -> c’est vrai que mon post fait un peu « parpaing » textuel
    -> comme dit au début, je parlais du net en général (voir les commentaires sur la fermeture de megaupload un peu partout, dont ici sur presse citron) et ça ne s’adressait pas spécifiquement aux com’ de ce billet.

  24. Pingback: Articles de presse | Pearltrees

  25. @Johan dans le fond je suis d’accord, mais il y en aura toujours certains pour vouloir encore plus après ça.

    Regarde youtube, tout le monde se plaint des publicités alors que c’est ça qui nous permet d’avoir des offres gratuites.

    Par contre je défend pas les majors loin de là, et encore moins les gouvernements (français et américains) qui se rendent complices de lois liberticides.

  26. @agence web (les mots clé dans l’ancre, toujours…)
    Ce qui permettrait d’avoir une offre gratuite de partage de video c’est que tu ais un debit upload identique au download, ainsi tu pourrais partager tes videos sans avoir besoin de passer par un tiers soit disant gratuit pour héberger tes videos (mais pouruqoi le débit est il bridé en upload? est ce vraiment une barriere technologique?)

    Soit disant gratuit, car n’oublie pas que la pub ne tombe pas du ciel, tu la paye a chaque fois que tu consomme. Pour faire sa pub sur youtube, une marque a un bugdet pub, et cet argent vient de la poche des consommateurs.
    Heureusement qu’il y a encore des gens pour se plaindre de la pub…
    « And it seems to me perfectly in the cards that there will be within the next generation or so a pharmacological method of making people love their servitude, and producing a kind of painless concentration camp for entire societies, so that people will in fact have their liberties taken away from them but will rather enjoy it, because they will be distracted from any desire to rebel by propaganda, brainwashing, or brainwashing enhanced by pharmacological methods. » A. Huxley

  27. Pingback: Comme c'est original, les ayants droit réclament encore plus de filtrage à Google | Droit d'auteur | Scoop.it

  28. Pingback: Comme c'est original, les ayants droit réclament encore plus de filtrage à Google | Net Non Neutre | Scoop.it

  29. Moi personnellement après la destruction de Napster dans le passé, les auteurs se sont rendu compte du désastre que le trafic d’information sur le net peut avoir sur la production et les droit d’auteur, et je pense qu’un accès devrait être disponible mais je vois plutôt un droit d’auteur payé, dans la redevance de notre connexion internet et des filtres sur la quantité de flux télécharger…comme ceux-là plus de problèmes de copie de musique ou de film, les droits seront déjà payés, voilà c’est une idée…

Répondre