Une influenceuse modifie son corps pour répondre aux critères de beauté

Cybersmile, une association qui lutte contre le cyber harcèlement, a travaillé avec une bloggeuse pour démontrer les conséquences dramatiques que peuvent avoir les commentaires négatifs sur les réseaux sociaux.

Pour lutter contre la harcèlement physique sur les réseaux sociaux, l’association Cybersmile Foundation a lancé une campagne de sensibilisation audacieuse qui a marqué les esprits des utilisateurs d’Instagram.

Un corps transformé en fonction des trolls

Chessie King, l’influenceuse aux plus de 300 000 abonnés sur Instagram, a participé à cette campagne en commençant par publier une photo d’elle-même, non retouchée, en sous-vêtements. Accompagnée d’une équipe d’experts en Photoshop, elle a décidé de modifier cette image en fonction des remarques négatives faites par ses followers sur son physique.

Au final, c’est toute son apparence qui a été changée suite aux remarques avec des transformations radicales au niveau du visage, des jambes, de la poitrine, des sourcils ou encore du nez.

Le résultat final est assez troublant : Chessie King présente une silhouette qui n’a plus grand chose à voir avec son apparence d’origine, totalement disproportionnée, et pas loin de ne plus ressembler à celle d’un être humain. Elle a des seins énormes, de grosses lèvres et de grands yeux avec des petites cuisses et une taille ultrafine. Elle a ensuite posté sa nouvelle photo en ajoutant une légende « Heureux maintenant ? ».

Cybersmile Foundation lutte contre la cyber intimidation

Cette vidéo a été créée par l’organisme caritatif Cybersmile Foundation en collaboration avec l’agence Adam & Eve DDB. Comme le précise le cofondateur de l’association Dan Raisbeck : “L’image corporelle est un énorme problème pour beaucoup de gens. Nous espérons que cette campagne aidera les gens à comprendre que les jugements des autres ne les définissent pas et les encourage également à mettre en avant leur individualité”.

Cette story Instagram de Chessie King a obtenu plus de 150 000 visites douze heures seulement après sa publication. Elle a également influencé de nombreux utilisateurs du réseau sociaux, certains n’hésitant pas à remercier la bloggeuse d’avoir diffusé ce message. Il faut préciser que, d’après les statistiques, la majorité des personnes qui sont victimes de cyber intimidation sont des filles. 60 % d’entre elles ont déjà subi des abus sur Facebook. Au Royaume-Uni, au moins 40 % des personnes sont victimes de harcèlement en ligne.


Commenter