Suivez-nous

Moteurs de recherche

D’après Google, la directive droit d’auteur ferait chuter le trafic des sites d’info de 45 %

D’après Google, l’article 11 fera chuter le trafic des éditeurs, et menacera les petits acteurs de la presse en ligne.

Il y a

le

Google Analytics

Google poursuit sa mobilisation contre la version actuelle de la directive droit d’auteur. Et son nouvel argument : une chute du trafic des sites d’info en ligne.

A titre de rappel, il y a deux articles qui font polémique dans la version actuelle du texte. Tout d’abord, il y a l’article 13, qui menace l’économie YouTube et la communauté des créateurs.

Et puis, il y a l’article 11, également surnommé « link tax ». Celui-ci obligerait les moteurs de recherche et les agrégateurs à signer des accords avec les médias pour afficher les extraits qu’ils utilisent actuellement.

Afin de mesurer l’impact qu’aurait la directive droit d’auteur dans l’UE, Google a donc conduit un test, qui consistait à appliquer l’article 11 sur son moteur de recherche.

Et voici la conclusion de l’entreprise : « Même une version modérée de l’expérience (où nous avons montré le titre de la publication, l’URL et les vignettes vidéo) a entraîné une réduction de 45% du trafic des éditeurs de presse. Notre expérience a montré que de nombreux utilisateurs se tournaient plutôt vers des sites autres que des sites d’actualités, des plateformes de médias sociaux et des sites de vidéo en ligne […] ». Avec moins de contexte autour d’un lien, les internautes cliqueraient donc moins.

Par ailleurs, certains petits médias pourraient aussi être affectés. Richard Gingras, responsable de Google Actualités, expliquait : « L’article 11 peut impliquer que les services en ligne établissent des contrats commerciaux avec les éditeurs de presse pour afficher des liens hypertextes et du contenu. Les services en ligne […] devront choisir avec quels éditeurs ils travailleront. Aujourd’hui, plus de 80 000 éditeurs dans le monde peuvent apparaître dans Google Actualités, mais l’article 11 réduirait considérablement ce nombre ».

En substance, si Google décide de ne pas supprimer Google Actualités en Europe à cause des nouvelles règles, les petits médias seraient donc plus sévèrement impactés par l’article 11, par rapport aux médias plus importants (avec lesquels les moteurs de recherche et les agrégateurs pourraient négocier en priorité).

La proposition de Google

Google précise dans un nouveau billet qu’il n’est pas contre l’idée de réformer le droit d’auteur. Cependant, en ce qui concerne l’article 11, il propose plus de souplesse : « Il y a une meilleure façon d’avancer. Au lieu d’une règle générale interdisant l’utilisation de “mots isolés” ou de “très courts extraits” sans contrat spécifique, l’article 11 devrait permettre le partage des faits et l’utilisation des aperçus limités traditionnels, que ce soit des extraits de texte ou d’autres formats visuels comme des photos miniatures, qui fournissent le contexte nécessaire aux utilisateurs ».

Enfin, la firme de Mountain View suggère que la directive puisse donner la liberté aux éditeurs « d’accorder des licences gratuites pour leur contenu, l’utilisation continue des extraits encourageant les internautes à cliquer sur les sites des éditeurs. »

« Il n’est pas réaliste de s’attendre à ce que les services en ligne soient en mesure de mettre en place des licences commerciales avec chaque éditeur. Si c’est uniquement le paiement, et non la qualité, qui décide quels titres les utilisateurs verront, les résultats seraient mauvais à la fois pour les utilisateurs et pour les petits et les nouveaux éditeurs », ajoute la firme.

(Source)

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests