Suivez-nous

Gaming

Découvrez notre test de Pokémon Épée et Bouclier, où comment nous sommes devenus les meilleurs dresseurs à Galar

Découvrez dès maintenant notre test de Pokémon Épée et Bouclier ! Nous sommes devenus les champions de Galar… Le jeu est-il le champion de la série ?

Il y a

  

le

 
Test Pokémon Épée et Bouclier
© Presse-citron.net

Depuis 1996 et la sortie de Pokémon Vert et Rouge au Japon. Et depuis 1999 en Europe avec Pokémon Bleu et Rouge, la saga de Game Freak est un phénomène planétaire. Jeux, série animée, film d’animation. Pokémon a même eu le droit à son parc d’attractions au Japon et à Taiwan. Pokémon est devenu culte. De son générique mythique. Jusqu’à ses petits monstres à commencer par Pikachu. Nintendo est assis sur une mine d’or qui brasse des millions et même sur des milliards de dollars chaque année. Au point où en 2018, Pokémon était la première marque geek à se glisser dans le top annuel de License Global qui classe les marques les plus rentables de l’année. Pokémon se classait en 23ème position et devenait la première marque geek et de jeu vidéo si haut dans le classement aux côtés des marques de luxe, de prêt-à-porter, et bien d’autres ! Malheureusement, ce succès pourrait-il nuire aux petits monstres de poche ? En effet, depuis plusieurs années les joueurs commencent à se sentir lasser devant des jeux qui avaient du mal à se renouveler. Est-ce que la nouvelle génération de Pokémon va-t-elle changer la donne grâce aux versions Épée et Bouclier ?

Bienvenue à Galar

Annoncé en début d’année lors d’un Nintendo Direct spécial, Pokémon Épée et Bouclier était le grand espoir du changement. Le premier vrai jeu sur Switch, avec une nouvelle génération de Pokémon. L’année dernière, les joueurs avaient seulement pu se faire les dents sur Pokémon Let’s Go Pikachu et Let’s Go Evoli, un remake des deux premières versions du jeu avec de nombreuses fonctionnalités en moins comme les combats dans les hautes herbes remplacées par des captures comme dans le jeu mobile de Niantic Pokemon Go.

Avec Pokémon Épée et Bouclier, Nintendo et Game Feak apportaient enfin le jeu tant attendu aux fans qui depuis mars 2017 et la sortie de la Switch attendaient l’arrivée d’un nouveau jeu Pokémon inédit après la sortie de Pokémon Ultra-Soleil et Ultra-Lune sur 3DS la même année.

Galar est donc la nouvelle région inédite largement inspirée de la Grande-Bretagne. De grandes villes, de grandes plaines avec de grands lacs. De jolis panoramas, sur les traces des Pokémon légendaires Zacian et Zamazenta, gardiens des terres de Galar. Au programme, une centaine de nouveaux Pokémon inédits pour compléter un pokédex de 400 monstres issus de toutes les générations, dont 81 inédits. Pour cela, vous aurez la possibilité de parcourir des plaines, des grottes, des lacs, des forêts, mais également les terres sauvages. Un tout nouveau lieu qui réunit plusieurs terrains comme de hautes herbes, des prairies ou encore des déserts. Dans ces terres sauvages, vous pouvez rencontrer différents Pokémon de tous les niveaux ! Et même avoir des monstres de niveau 30 dès le début de votre aventure. Car Galar, c’est également une région en avance sur son temps avec de nouvelles technologies comme la possibilité d’embarquer avec soit les fameuses boîtes PC nous permettant de changer les six Pokémon de notre équipe quand on le veut et à n’importe quel moment ! Mais Galar c’est aussi et surtout une région qui connaît le secret de la nouvelle technologie du Dynamax.

Le phénomène Dynamax de Galar

Dynamax

Nintendo

La grande nouveauté de Pokémon Épée et Bouclier, c’est la possibilité de faire des combats « Dynamax ». Ce phénomène rendu possible grâce au bracelet Dynamax qui résulte des recherches de Magnolia, la Professeure Pokémon de la région de Galar (Prof. Chen, on pense à toi). Ce phénomène permet de rendre vos Pokémon beaucoup plus puissants et beaucoup plus grands lors d’un combat. Ce phénomène peut cependant être déclenché uniquement dans les arènes et dans certains endroits des terres sauvages. Certains Pokémon pourront même faire du « Gigamax ». Une variante du Dynamax qui leur permet d’être encore plus puissants et de changer  d’apparence.

Comment cela fonctionne ? C’est très simple. Lors d’un combat, un de vos Pokémon va pouvoir être soumis au phénomène du Dynamax (ou du Gigamax). Il va alors devenir géant, augmenter en puissance, avoir sa barre de vie augmenter et ses attaques changer (remplacées par les capacités Dynamax) pendant trois tours, avant de reprendre sa forme normale. Ce qui va rendre le combat plus impressionnant, mais qui n’apporte pas de réels intérêts contrairement aux Mega-Evolution apparues dans Pokémon X et Y en 2013.

Dans les terres sauvages, vous rencontrez des Pokémon Dynamax dans des zones bien précises. À de très rares occasions, vous tomberez sur des Pokémon Gigamax. Il s’agit d’une variante rare où seulement 26 des 400 Pokémon de la région peuvent de « Gigamaxer ». Lors des combats, qui sont en réalité des raids inspirés de Pokémon Go, vous avez 10 tours pour en venir à bout du Pokémon sous sa forme Dynamax pour essayer de le capturer. Comme il s’agit d’un raid, vous allez être accompagné de trois joueurs PNJ ou de 3 joueurs/amis en ligne et/ou en local (cependant, un abonnement Nintendo Switch Online sera nécessaire). Vous avez le droit à quatre vies (un Pokémon peut mourir plusieurs fois, mais cela fera perdre une vie à chaque fois à l’équipe). Il sera possible pour tous les joueurs de faire appel au phénomène Dynamax chacun son tour. Cependant, si vous jouez en solo, avec les PNJ… Il faudra vous débrouiller tout seul puisque ces derniers n’utilisent pas le phénomène.

Une nouveauté seulement sympa, qui n’apporte pas de réels intérêts en soi. Si ce n’est rendre les combats (sur trois tours) plus impressionnants.

Les nouvelles règles de Galar

Terres Sauvages Pokémon Epee et Bouclier

Nintendo

Bienvenue dans le monde tout beau et tout gentil de Galar. Là où les méchants n’existent pas vraiment. Oubliez les différents organisations criminelles comme la célèbre Team Rocket. Dans Pokémon Épée et Bouclier, nos principaux rivaux sont les supporters de la team Yell (à ne pas confondre avec la chanteuse Yelle hein). Car oui, dans ce nouvel opus certaines choses changent (rien de bouleversant non plus), mais il y a un peu de changement. Ce qui n’est pas une mauvaise chose. Le scénario du jeu essaie d’innover par rapport aux anciens opus qui étaient toujours un peu la même chose. On retrouve quelques retournements de situations que l’on avait vus venir. Mais globalement, on sent une envie de changer les habitudes. Terminé le principe de parcourir une nouvelle région, de ville en ville, d’arène en arène, combattant les forces du mal dans le but de devenir le meilleur dresseur et vaincre la ligue Pokémon. Désormais, vous prenez part à un gigantesque tournoi organisé dans la région de Galar où le but sera toujours de récolter 8 badges dans des stades où se déroulent de vrais « matchs » Pokémon pour atteindre la Ligue Pokémon. Il n’y a plus de méchants, juste les supporters très « lourdingues » de l’équipe adverse. Le tout, supervisé par l’insupportable Shehroz, le président de la ligue Pokémon de Galar. Voilà qui nous mène au moment très pénible du jeu.

L’île aux enfants agaçants

Team Yell

Nintendo

C’est à ce moment-là que l’on commence à parler de la longue liste des choses qui fâchent dans Pokémon Épée et Bouclier… À commencer par le principal : Le casting. Pour la faire courte, l’ensemble des personnages sont insupportables et d’une lourdeur jamais égalée. Que ce soit Nabil, notre ami et rival dans le jeu qui est une pile électrique à sauter partout, en plus de perdre contre tout le monde. Manque de bol pour lui, puisqu’il est le frère de Tarak, le maître Pokémon de la région de Galar. Une fasion-victim mégalomane et narcissique qui aime dire à tout le monde qu’il est le meilleur. Le président de la ligue Pokémon Shehroz, le businessman qui, en plus de diriger la ligue Pokémon, est propriétaire de toute la région de Galar et des ressources qui permettent la survie de la région. Chose qu’il n’oublie pas de nous rappeler lors de nos rencontres avec cet homme d’affaires toujours pressé, qui n’a jamais le temps. On ne parle même pas de cette fameuse team Yell qui est une armée de clones puisque tous les supporters sont représentés par un skin masculin et un skin féminin avec des dialogues… Incroyables. Le casting se rattrape très légèrement sur les différents champions (peut-être parce que finalement, nous échangeons seulement cinq lignes de dialogues avec eux).

Outre les attitudes, ce sont surtout les dialogues qui sont insupportables. Je ne l’apprendrai à personne en disant que Pokémon n’est pas un jeu destiné pour les adultes. Cependant, jusqu’à maintenant je voyais Pokémon comme un RPG accessible à tous. Que ce soit aux plus jeunes, mais aussi aux adolescents, aux jeunes adultes et aux adultes. Proposant des dialogues basiques, et un minimum de challenge. Oubliez tout cela. Nous sommes vraiment dans un jeu pour bambin avec des dialogues niais au possible qui en sont même parfois gênants où l’on se demande comment peut-on jouer à ce genre de jeu et prendre le temps de lire les dialogues. Pire encore, le jeu est d’une facilité sans nom…

Promesses oubliées

Difficulté Pokémon Épée et Pokémon Bouclier

Nintendo

Avec Pokémon Let’s Go Pikachu et Let’s Go Evoli l’année dernière, Nintendo avait déçu les fans en proposant un jeu simplifié comme jamais. Devant les retours mécontents des joueurs, Big N avait promis que le prochain jeu serait différent. Cette promesse n’est pas tenue. En effet, Pokémon Épée et Bouclier sont d’une simplicité sans nom. Là encore, étant donné que c’était des jeux adressés à tous les joueurs, mais aussi aux plus jeunes, ainsi, un jeu Pokémon n’a jamais été insurmontable. Cependant, on avait toujours cette petite appréhension au moment d’arriver aux combats des arènes où encore aux combats de la ligue Pokémon. On devait jouer avec stratégie, mettre les bons Pokémon face aux adversaires pour que notre genre « eau » puisse battre facilement le genre « feu » adverse. Gérer les attaques pour faire le maximum de dégâts. Parcourir les hautes herbes pendant de nombreuses heures pour faire monter nos Pokémon à un niveau satisfaisant pour battre la ligue. Tout cela est désormais dans le passé.

Il y a toujours des genres de Pokémon qui ont le dessus sur d’autres genres. Mais le trois quarts des combats sont assistés avec un indicateur sous les attaques pour indiquer aux joueurs si son attaque sera « super efficace », « efficace » ou « peu efficace ». À chaque fois que vous capturez un Pokémon, vous gagnez des points d’expériences. Pire encore, ce sont tous vos Pokémon qui gagnent des points, même s’ils n’ont pas combattu. Idem pour les combats face aux dresseurs et champions. Ainsi, l’ensemble de votre équipe progresse en même temps et il n’est pas très nécessaire de changer vos Pokémon de place pour les faire monter de niveaux les uns après les autres.

Et que dire de la ligue Pokémon qui perd tout son charme ? Terminé le run final avec le conseil des quatre qui se termine par le champion final. Le tout sans avoir accès à un centre Pokémon. Désormais, après chaque combat, toute votre équipe est soignée. Si vous recherchez un minimum de challenge, passez votre chemin.

Une technique inégale

Pokémon Épée et Bouclier Technique

Nintendo

Avec The Legend Of Zelda : Breath of the Wild, Nintendo à montré la puissance de sa console hybride dès son lancement. Permettant de montrer à tout le monde de quoi la Switch était capable sur des jeux ambitieux en monde ouvert. Deux ans plus tard, les développeurs devraient commencer à faire des jeux de plus en plus beaux et de plus en plus poussés techniquement grâce à leur expérience sur la machine. C’est pourquoi les jeux de fin de génération sont toujours plus beaux. Et qu’ils le deviennent de plus en plus au fil des mois et des années. Et bien, Pokémon Épée et Bouclier ne font pas vraiment honneur à cela.

On ne peut pas dire que le jeu est moche, il propose de très belles mises en scène par moment, pas mal de détails et des panoramas vraiment jolis lors de nos arrivées dans les nouvelles villes. Des villes qui sont d’ailleurs bien sympas et plutôt jolies. Pour ce qui est des terres sauvages, on sent que les grandes étendues n’ont pas été aussi soignées par Game Freak que les villes.

Cela reste correct, mais c’est frustrant de voir que Game Freak se contente finalement du minimum. Le jeu est juste correct, loin d’être moche, mais loin d’être sublime. De l’aliasing omniprésent, et du clipping à gogo. C’est simple, lorsque vous arrivez dans une ville, cette dernière est déserte. Vous faites quatre pas et des passants ainsi que des Pokémon spawn à l’écran. Faites un pas en arrière, tout le monde disparaît. Faite un pas en avant, tout le monde réapparaît et de manière vraiment pas naturelle.

Mon verdict sur Pokémon Épée et Bouclier

Avec Pokémon Épée et Bouclier, Nintendo lance la huitième génération de Pokémon, et ce ne sera pas la plus marquante. Le jeu propose quelques nouveautés à l’image du phénomène Dynamax, ou encore aux campings. Une sorte de mini-jeu permettant de camper n’importe où et n’importe quand dans le jeu et de jouer avec vos Pokémon, de leur cuisiner de bons petits plats (à base de curry obligatoirement), et vous pouvez même visiter le campement d’autres joueurs. Un mini-jeu sympathique cinq minutes, mais qui va vite vous lasser. Grâce à cela vous allez pouvoir augmenter vos liens d’amitié avec vos Pokémon. Vous disposez aussi de la garderie qui vous permettra d’envoyer vos Pokémon en mission. Le fait de pouvoir vous balader dans les terres sauvages à plusieurs et faire des raids avec vos amis (sous condition d’avoir un abonnement Nintendo Switch Online).

En bref, Pokémon Épée et Bouclier proposent que très peu de nouveautés et d’innovations marquantes pour beaucoup trop de choses qui dérange. Nous sommes frustrés de voir le potentiel d’une telle licence exploitée à son minimum, proposant seulement ce que les joueurs ont l’habitude d’avoir, sans prendre de risque et sans révolutionner les codes. On espère que c’était un ultime coup d’essai, et que le prochain gros jeu Pokémon nous apportera le gros RPG tant attendu depuis tant d’années. En tout cas, cette révolution n’arrivera pas avec Pokémon Épée et Bouclier qui reste finalement un jeu basique dans la licence des monstres de poche.

Pokémon Épée et Bouclier

59,99€
6.5

Note Globale

6.5/10

On aime

  • La région de Galar propose des coins et des villes vraiment sympas
  • Le Dynamax offre des combats plus impressionnants...
  • Une direction artistique plutôt jolie
  • Les terres sauvages : un bon concept

On aime moins

  • Un jeu pour enfant, que ce soit dans la mentalité ou la difficulté inexistante
  • Un Dynamax impressionnant mais sans réel intérêt
  • Clipping... Alliasing... ça pique les yeux
  • Les personnages insupportables
  • Finalement, une formule qui ne se renouvelle pas
1 commentaire

1 Commentaire

  1. arcanin49

    19 décembre 2019 at 16 h 02 min

    Note Globale

    8.5

    je suis d’accord avec le dynamax mais on a pas rapidement les arènes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests