Suivez-nous

Réseaux sociaux

Désinformation : les algorithmes de détection seraient facilement manipulables

En agissant sur les commentaires, l’IA serait facilement induite en erreur.

Il y a

  

le

 
Facebook fake news
© Presse-citron.net

Dans la foulée de l’élection présidentielle américaine, le thème de la désinformation est désormais très présent dans le débat public. Face aux fausses informations, les géants du web sont accusés de ne pas assez en faire. D’autres estiment au contraire que ces grandes compagnies pratiquent un forme de censure injustifiée des opinions.

Pour tenter d’endiguer le flot quasi ininterrompu des fake news, les plateformes utilisent deux méthodes principales. Elles font ainsi appel à des vérificateurs de faits humains et Facebook collabore par exemple avec certains médias français comme Le Monde ou Libération. La masse de données à éplucher oblige aussi la firme de Mark Zuckerberg à confier cette tâche à des algorithmes de détection.

Modifier les algorithmes pour sauver nos démocraties ?

Une étude publiée par des chercheurs américains vient justement rebattre les cartes à ce sujet. Ils se sont notamment intéressés aux dispositifs mis en place par ces plateformes qui permettent d’étiqueter les publications considérées comme trompeuses. Concrètement, ces détecteurs de fausses informations pourraient être facilement trompés en utilisant les commentaires. Les fausses nouvelles seraient alors considérées comme vraies, et inversement.

Thai Le, un des auteurs de cette recherche précise : « Les personnes mal intentionnées peuvent facilement utiliser des comptes aléatoires sur les réseaux sociaux pour publier des commentaires malveillants afin de rétrograder une vraie histoire en tant que fake news ou promouvoir une fausse histoire comme une vraie information. »

Pour démontrer cette idée, les scientifiques ont mis au point un outil baptisé Malcom. Il est en capacité de créer et publier des commentaires crédibles sous une publication qui va venir tromper l’algorithme. Le résultat est bluffant puisque ce dernier a trompé les principaux détecteurs avec une efficacité de 93%.

Les chercheurs veulent donc alerter les géants du web et les développeurs de ces algorithmes pour qu’ils créent des détecteurs plus résistants à l’avenir. Le sujet est d’autant plus crucial selon eux que « les fausses nouvelles sont promues dans le but d’élargir les divisions politiques et de saper la confiance des citoyens ».

Tik Tok
Par : TikTok Pte. Ltd.
4.6 / 5
8,0 M avis
2 Commentaires

2 Commentaires

  1. Jimmy Cram

    14 novembre 2020 at 19 h 37 min

    S’il n’y a pas assez d’humains sur terre pour vérifier les messages à la place des algorithmes, dites-moi le !

  2. gratte-papier

    14 novembre 2020 at 21 h 42 min

    derrière le problème de la désinformation, il y a le problème de l’information.

    Si les journalistes faisaient leur boulot d’informer en toute indépendance et non pas en favorisant l’un ou l’autre point de vue, en faisant des approximations, en racontant des énormités, parce qu’il n’y connait rien ou bien pour faire la course au buzz, au clic, au nombre de vue, on n’en serait probablement pas là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les meilleurs forfaits

Les tests