Deux ans de prison ferme pour des attaques DDoS

La démocratisation de certaines technologies facilite le travail de certains hackers qui se croient intouchables et surtout tout puissant depuis leur domicile. Une affaire en est la triste illustration, puisqu’un jeune homme de 20 ans vient d’écoper de deux ans de prison ferme, pour avoir mené des attaques DDoS.

Cyberattaque : et si l'attaque de Dyn n'était que le début afin de détruire internet ?

Âgé de seulement 16 ans à l’époque des faits, le jeune britannique Adam Mudd avait conçu un petit programme informatique capable de mener des attaques par déni de service, aussi appelées attaques DDoS. Baptisé Titanium Stresser, ce programme a été la source de nombreuses attaques dans les dernières années.

Deux ans de prison ferme pour avoir mené des attaques par déni de service

En quête de reconnaissance, Adam Mudd avait décidé de mener des attaques DDoS contre son université et contre d’autres universités, à lui seul, il aura réalisé 594 attaques sur 181 URL différentes, ce n’est toutefois pas lui qui aura causé le plus de dégâts, mais d’autres hackers qui eux ont réalisé 1,7 million d’attaques par déni de services dans le monde en utilisant Titanium Stresser.

En effet, non content de mener ses attaques, le jeune homme a décidé de mettre en vente son logiciel sur le web, une activité qui lui aura rapporté plus de 450 000 euros et qui aura permis à d’autres hackers de s’en prendre à des sites comme Microsoft, Xbox Live, Sony, Minecraft, etc.

Attaques DDoS: des dommages au quatre coins du monde

La police avait interpellé Adam Mudd en mars 2015 dans sa chambre, à King’s Langley, une ville au nord de Londres. Le juge qui a eu à traiter cette affaire, a condamné le jeune homme à deux ans de prison ferme, expliquant : « les actions d’Adam Mudd ont créé des dommages du Groenland à la Nouvelle-Zélande, en passant par la Russie et le Chili ».

Les juges ont également indiqué qu’ils étaient : « tout à fait convaincu que [Adam Mudd] sav[ait]parfaitement et compren[ait]complètement qu’il ne s’agissait pas d’un jeu pour s’amuser et qu’il s’agissait d’une activité lucrative, pour l’argent, alors que votre logiciel faisait très exactement ce pour quoi il a été conçu ».

Une peine relativement clémente lorsque l’on sait les très importants préjudices causés aux entreprises visées. En ne prenant que le cas du studio Jagex, l’exploitant de RuneScape ayant subi plus de 25000 attaques en plusieurs mois, l’entreprise avait dû investir 6 millions de livres sterling pour se doter d’un puissant système de protection anti-attaques DDoS pour continuer ses activités.

A lire aussi :


Nos dernières vidéos

Un commentaire

  1. Et Fillon, Copé, Sarkozy, Thévenoud, Cahuzac etc…Courent toujours ou se présentent aux présidentielles !…

Répondre