Email Bankruptcy…

"L’expert internet Lawrence Lessig s’est déclaré en faillite d’email[1] après avoir été inondé d’un nombre de messages trop important pour pouvoir les gérer. Il reçoit en moyenne 200 emails non-spams par jour, répartis sur plusieurs comptes. (source)" Autrement dit, le gars a un jour déclaré publiquement que non seulement il ne répondrait pas à ses

"L’expert internet Lawrence Lessig s’est déclaré en faillite d’email[1] après avoir été inondé d’un nombre de messages trop important pour pouvoir les gérer. Il reçoit en moyenne 200 emails non-spams par jour, répartis sur plusieurs comptes. (source)"

Autrement dit, le gars a un jour déclaré publiquement que non seulement il ne répondrait pas à ses centaines de mails en souffrance, mais qu’en gros il allait tous les jeter d’un clic sans même les ouvrir.
Quand tu peux plus, tu peux plus.

J’avoue que j’ai été à plusieurs reprises à deux doigts d’en faire autant, malgré l’application de cette méthode, qui a quand même sensiblement amélioré les choses, et que je continue à recommander.
Mais là, voyant mon niveau de mails non-ouverts remonter dangereusement, je me demande si je ne vais pas…

Vous l’aurez compris : si ceux qui m’ont écrit récemment ne reçoivent aucune réponse, qu’ils ne m’en veuillent pas, il y a des fois où on est contraint d’appliquer des méthodes pas très fair-play, mais radicales, si on ne veut pas y laisser sa peau.

Et vous, avez-vous déjà appliqué la méthode de l’email Bankruptcy ?

[1] aux USA, il est possible pour un particulier de se déclarer en faillite personnelle quand on atteint un niveau d’endettement trop important et qu’on ne peut plus faire face à ses engagements. Une procédure permet alors de se protéger de ses créanciers et de faire gérer ses comptes par un administrateur, comme pour une entreprise. C’est à cette procédure que l’email bankruptcy fait référence.


15 commentaires

  1. Jamais. Pas une seule fois… ! Aah, ça j’en suis fier moi hein. J’ai passé des nuits à répondre a mes emails, parfois des week-end (qui m’auront d’ailleurs valu de sympathique altercation avec qui vous savez… bah oui, "On sort ?" "Non, je dois lire mes mails")

    Dur dur… Sinon la méthode radicale, vous changez d’email sans le dire à personne ! Le temps que ça se propage, c’est plus long que les DNS ça vous laisse un peu de répit.

    Le problème c’est qu’en général les gens qui vous écrivent ont quelques choses à dire, et je veux pas passer à côté de quelque chose d’important. Je m’en voudrais.

    @Eric : Le captcha m’empêche de poster les commentaires tranquillement, si je met trop longtemps à le taper faut que je je refresh la page… Au boulôt ! 🙂

  2. "aux USA, il est possible pour un particulier de se déclarer en faillite personnelle quand on atteint un niveau d’endettement trop important et qu’on ne peut plus faire face à ses engagements. Une procédure permet alors de se protéger de ses créanciers et de faire gérer ses comptes par un administrateur, comme pour une entreprise. C’est à cette procédure que l’email bankruptcy fait référence"

    Nan, plus depuis deux ans maintenant ….
    Merci bush 🙂

  3. En milieu professionnel c’est tout à fait normal. Je reçois des quantités astronomiques de mails. Plus son ancienneté dans l’entreprise est grande, plus son rôle est transversal à l’organisation etc, plus le nombre de mails est important. Cela en devient un véritable problème dans les entreprises.

    Lire cette article qui réfléchit au sujet au sens large :

    organisationarchitecture….

  4. J’en reçois une bonne centaine à titre privé (multiple liste de diffusion, mon blog, famille, amis…), et ça n’est pas difficile à gérer.
    J’ai des règles qui rangent tous les mails à l’arrivée. Ce que je ne connais pas reste dans la boite d’entrée : à traiter, voire créer une nouvelle règle.
    Le reste, je sais où sais, et je peux facilement gérer l’importance.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.