Estcoins : l’Estonie veut lancer une crypto-monnaie nationale

Après l’e-citoyenneté, l’Estonie veut lancer sa crypto-monnaie nationale.

Avec son programme d’e-résidence, l’Estonie a des années d’avance sur les autres pays d’Europe dans le numérique. Initialement lancé pour permettre aux citoyens estoniens de faire les démarches administratives en ligne, le programme a été ouvert aux autres habitants de la planète.

Aujourd’hui, après avoir demandé l’e-résidence estonienne (en Estonie ou auprès d’une ambassade), n’importe qui peut profiter de ces avantages, comme créer et gérer une entreprise à distance via internet.

22 000 e-résidents estoniens provenant de 138 pays sont enregistrés et selon l’administration,  nombre de personnes qui demandent une e-résidence dépasse déjà le taux de natalité de ce petit pays de 1,3 millions d’habitants.

Hors de l’Union Européenne, ce programme permet aux entrepreneurs de bénéficier d’une inclusion financière : avoir une entreprise au sein de l’UE et un compte bancaire dans l’UE, ce qui permet de travailler pour des clients européens.

Il est également avantageux pour les digital nomads (les entrepreneurs et les freelancers qui travaillent et voyagent en même temps).

Après l’e-résidence, une crypto-monnaie nationale ?

Aujourd’hui, l’Estonie, souvent décrite comme un pays startup, décide de pousser le concept plus loin.

Dans un billet de blog posté sur Medium, Kaspar Korjus, le directeur du programme e-résidents, annonce une proposition de crypto-monnaie nationale qui serait appelée Estocoin (un détournement du Bitcoin).

Comme le Bitcoin, l’Estcoin pourrait faciliter les transactions. Mais l’avantage, comme l’écrit Korjus, c’est que cette monnaie ne pourrait pas être utilisée pour des activités illégales étant donné qu’elle sera surveillée par un gouvernement.

L’Estonie n’est pas le premier pays à envisager une crypto-monnaie nationale. Mais d’après le directeur du programme, le pays dispose d’un avantage clair en raison de son infrastructure numérique avancée et de son programme d’e-résidents.

Pour développer ce projet, le gouvernement estonien a même le soutien de Vitalik Buterin, le fondateur d’Ethereum, une autre monnaie numérique similaire au Bitcoin qui fait beaucoup parler d’elle actuellement.

Pour ce dernier, « si ces Estcoins sont émis sur un blockchain […] il deviendra pratique et facile de les utiliser dans des contrats intelligents et pour d’autres usages ».

Mais en lançant l’Estcoin, l’Estonie pourrait également lever des fonds, via ce qu’on appelle l’ICO ou Initial Coin Offering. Dans le secteur privé, cela « permet aux entreprises de renforcer leurs financements et d’inciter un large éventail de personnes à développer leurs activités », explique Korjus. En substance, l’Estcoins sera aussi une façon d’investir dans le pays.

Si la proposition bénéficie de suffisamment de soutien, la prochaine étape consistera à fournir un document qui « décrit la valeur de l’Estcoin et la manière dont l’investissement sera utilisé pour développer la nation digitale ».

« Les fonds recueillis par Estcoins pourraient être gérés par le biais d’un partenariat public-privé (PPP) et n’être utilisés que comme décrit dans l’accord pour aider réellement à créer la nouvelle nation numérique. Cela permettrait à l’Estonie d’investir dans de nouvelles technologies et des innovations pour le secteur public, des contrats intelligents à l’Intelligence Artificielle, tout en la rendant techniquement évolutive pour profiter à plus de personnes à travers le monde. L’Estonie servira alors de modèle pour la manière dont les sociétés du futur peuvent être servies à l’ère du numérique. » – Kaspar Korjus


Nos dernières vidéos