Et la presse découvrit l’interactivité

J’ai souvent entendu les acteurs de cinéma regretter de ne pas connaître le frisson de la scène et de la confrontation directe avec le public, privilège du comédien de théatre.
Il en va finalement de même avec les media traditionnels, et notamment la presse écrite : vu de notre fenêtre d’internautes actifs, blogueurs, habitués des forums, des réseaux sociaux et membres de diverses communautés, il n’est de richesse que dans les échanges et les confrontations de points de vue que suscite l’information.

Lib?ration

J’ai souvent entendu les acteurs de cinéma regretter de ne pas connaître le frisson de la scène et de la confrontation directe avec le public, privilège du comédien de théatre.
Il en va finalement de même avec les media traditionnels, et notamment la presse écrite : vu de notre fenêtre d’internautes actifs, blogueurs, habitués des forums, des réseaux sociaux et membres de diverses communautés, il n’est de richesse que dans les échanges et les confrontations de points de vue que suscite l’information.

Lib?ration

D’ou cette question : mais comment faisions-nous avant, quand personne n’avait la possibilité de donner son avis ?
Et surtout, comment faisaient les journalistes, les éditorialistes, les rédacteurs en chef ?
Ils ne faisaient pas : ils diffusaient l’information depuis la bulle confortable hyperactive (et enfummée) d’une salle de rédaction, sans se soucier d’avoir à subir la critique ou la contradiction, la seule fenêtre d’interactivité étant réduite la plupart du temps à un quart de page nommé Courrier des lecteurs dans lequel les missives publiées étaient soigneusement sélectionnées parmi celles qui caressaient le journal dans le sens du poil.
La presse traditionnelle était aux blogs ce que l’acteur de cinéma est au comédien de théatre : un media éloigné de son public, souvent muré dans sa tour d’ivoire.
Ce qui a certainement contribué à creuser peu à peu un fossé entre le public et les journalistes, accusés (parfois à tort) de vivre dans une sorte de microcosme éloigné des réalités. D’ou crise de confiance, perte de crédibilité…

Puis sont arrivés les blogs et les réseaux sociaux.
Cette lame de fond éditoriale – bien sûr de qualité très inégale – a provoqué une petite révolution culturelle passée presque inaperçue et pourtant si importante : les éditions en ligne des grands quotidiens ont tous ouvert progressivement leurs colonnes aux commentaires des internautes.
C’est Libération qui s’y est collé en premier, puis Le Monde et le Figaro ont suivi, ajoutant une pincée 2.0 dans leur ligne éditoriale.
Quelle audace ! Les faits allaient pouvoir être contestés, discutés, et les journalistes enfin confrontés à leur lectorat.
Les journalistes allaient monter sur les planches ! D’acteurs de studio ils allaient devenir comédiens.

Je me suis livré à une petite analyse de la façon dont les trois principaux quotidiens français gèrent l’interactivité avec leurs lecteurs, et j’ai été finalement assez agréablement surpris par ce qui est proposé :

Libération :

  • Commentaires possibles sans inscription, mais modérés avant publication.
  • Pas de possibilité d’alerter un modérateur (normal, voir au-dessus)
  • La modération intervient apparemment par blocs et non pas au fil des commentaires.
  • Commentaires classés par ordre rétrochronologique et affichés au nombre de 10 par page
  • Chaque commentaire comporte un titre (obligatoire)
  • 2000 caractères autorisés par commentaire, esprit de synthèse recommandé et bavards s’abstenir
  • A noter aussi : le forum de libération et ses débats thématiques, bonne façon de prolonger les discussions

Le Monde :

  • Commentaires possibles uniquement si on est abonné (6 Euros par mois)
  • L’accès à la lecture des commentaires n’est pas très intutive : le lien vers les réactions est planqué dans un bloc à droite et le nombre de commentaires n’apparaît pas sous le titre ou le résumé de l’article en une contrairement à Libération ou au Figaro. Pas très convivial.
  • Plusieurs options sont proposées en regard de chaque article : régler la taille du texte, classer l’article (réservé aux abonnés), imprimer, envoyer par email, recommander, citer cet article sur votre blog et réagir
  • Je n’ai pas trop compris le fonctionnement de l’option Recommander. Je ne vois rien sur la page d’accueil qui s’y rapporte
  • La fonction Citer sur votre blog est intéressante, bien ficelée et ouverte à tous

Le Figaro :

  • C’est le plus "ouvert" : pas d’inscription, pas de modération à priori, vos commentaires sont publiés instantanément comme sur un bon vieux blog, mais peuvent être bien sûr modérés après publication
  • Titre obligatoire (c’est bizarre cette manie de nous contraindre à mettre un titre à une réponse)
  • L’organisation des commentaires est également de 10 par page, rétrochronologique mais pas très pratique : quand vous cliquez sur le titre d’un commentaire pour le lire en entier, vous n’arrivez pas directement sur ce dernier mais sur une page entière qui s’ouvre en pop-up dans laquelle chaque commentaire est lié par une ancre. Il arrive même que le commentaire sur lequel vous avez cliqué ne figure pas dans la page. Bizarre…

Quelques remarques :

– Les trois sites appliquent la même règle de présentation des commentaires par ordre rétrochronologique (le plus récent en premier). C’est contraire à ce qui se pratique sur les blogs ou dans les forums et pour tout dire assez déroutant. Je n’aime pas du tout, cette présentation me conduit souvent à abandonner rapidement la lecture des commentaires car je perds le fil.
Les contributions des internautes sont nombreuses, contradictoires, généralement de qualité, et les modérateurs semblent accepter la critique dans les commentaires
– En revanche je déplore que les discussions se fassent exclusivement entre les lecteurs : je n’ai jamais vu un éditeur des journaux en question, et encore moins l’auteur d’un article, intervenir dans les commentaires. Cela correspond-il à une directive ou à des lignes de conduite individuelles ?
On aimerait parfois voir un journaliste intervenir dans le débat que son article a suscité, mais c’est peut-être encore trop en demander.

Et vous, quels sont vos rapports avec les sites des journaux de presse écrite ?


Nos dernières vidéos

23 commentaires

  1. @Lousia, j’ai failli inclure Rue89 et Mediapart dans et article et puis non, ils ne rentrent pas dans la même catégorie puisque ce sont des media purement internet. J’en reparlerai peut-être plus tard. Mais j’ai un préjugé défavorable car je n’apprécie que très moyennement le sieur Plenel.

  2. Eric, exact, après avoir écrit mon commentaire j’ai vu le tien ailleurs…

    Ce qui m’inquiète c’est le décalage entre la presse traditionnelle, peu préparée au Web, et les médias qui s’inscrivent eux, purement dans une logique Internet… Mais qui utilisent des moyens parfois douteux pour acquérir une certaine renommée.

    Mais effectivement, c’est un autre débat.

    Personnellement, pour répondre à la question de ton article, je ne fais que survoler les articles de presse quand j’ai un besoin d’information. Ce que je cherche, c’est un avis, une critique, quelque chose de nouveau, d’inédit ; Et ça, je les trouve sur des sites de presse spécialisée plus petits (donc plus conviviaux), ou… Des blogs, évidemment.

    Mais c’est dommage… Je pense que cette recherche d’avis est le résultat d’une quête incessante d’objectivité et de neutralité de la part des rédactions, qui les a entrainé dans une platitude d’écriture qui aujourd’hui les dessert… Qui pour affirmer aujourd’hui qu’un journal n’est pas qu’un relai de l’AFP, finalement ?

  3. Le journaliste-médiateur/animateur de conversation commence tout de même à gentiment pointer le bout de son nez.

    LeMonde.fr, par exemple, y fait appel dans ses chats ponctuels. On peut penser que le phénomène contaminera bientôt les commentaires.

  4. En toute honnêteté je trouve que les commentaires du Figaro sont le pire des nid à raciste du web. Certains commentaires mériteraient même des plaintes de la part de SOS racisme a mon avis…

  5. Tiens d’ailleurs j’en ai un super là, écrit il y a moins d’une heure à propos de l’accident du fils Sarkoy, attention les yeux, c’est de la belle prose.

    "jac4020 : jean sarkozy
    encore un emmigres qui veut de l argent sans travailler ou a t il pris l argent puor une bmw"

    Rha la la, ça peut faire sourire (un peu) de voir que des attarddés comme ça ait le droit de parole, mais quand on voit le nombre de messages dans ce genre, ça fait vraiment plus rire du tout.

  6. citron mecanic on

    je lis le blog sur le site du mag les inrockuptibles (lesinrocks.com) ici le blog (celui de Serge Kanganski) est réellement considéré comme un prolongement du mag papier pour le journaliste en question, qui ne peut pas tout y dire par simple manque de place (ça aussi c’est une autre (r)evolution pour les jouirnaliste : la possibilité d’un espace d’expression sans contrainte matérielle d’espace), c’est son propre blog (pas le blog officiel du mag) mais reste dans le cadre du mag bien que, parfois, il est, sinon en contradistion disons en décalage avec la ligne éditoriale sur certains points précis, c’est très particulier un blog de mag car c’est presque un espace privé (celui du journaliste) intégré dans un espace commun et public (le mag), complètement dedans mais totalement autonome, et en effet c’est une relation plus vivante et "à chaud" avec le lectorat, il descend dans l’arêne pour préciser/répondre et ça surprend un peu car on a nos vieilles habitudes de lecteurs de mag papier.
    (au passage pas de titres aux réponses, classement comme sur presse citron, c’est mieux en effet). Voilà ma ‘tite expérience avec le blog d’un mag papier.

  7. Je suis auusi dérouté par l’ordre retrochronologique des commentaires ainsi que par le fait de mettre un titre à une réponse, ce qui est assez amusant en revanche c’est concernant donc ces fameuses réponses faites sur les sites d’actu, le journaliste après avoir écrit un article est complètement en retrait ainsi les lecteurs s’approprient l’info et les débats d’idées la plupart du temps se finissent en jeu de celui qui fera le meilleur mot, bien sûr plus un sujet est orienté politique plus il est prétexte au ping-pong verbal et quand les gens sont civilisés (qu’ils ne s’insultent pas pour idées contraires) cela donne parfois de succulentes répliques.

    Qu’un journaliste ne réponde pas dans un débat qu’il a lancé ne me gêne pas par contre concernant un blogueur qu’il ne réponde que très rarement à ses lecteurs me gêne bien plus, on pourrait pour leur défense dire que ces blogueurs n’ont pas que ça à faire mais alors dans ce cas pourquoi envoyer 150 twitts par jour pour dire des choses aussi pertinentes que "je mange avec Nicolas ? " cela m’étonnera toujours.

  8. Mon avis rejoint celui de Lousia : ce n’est pas parce que l’on met des commentaires (ou des vidéos, ou des podcasts…) que les journaux ont compris le web.

    Ils n’ont pas compris que le temps de rédaction d’un article est équivalent au temps de réponse des commentaires pour maitriser le débat.

    Cela fait partie de mes batailles auprès de mes clients.

    Quant à l’ordre des commentaires, c’est d’une absurdité renversante…

  9. L’ordre rétrochronologique permet aussi un meilleur référencement des commentaires les plus récents à mon avis. Les commentaires les plus récents étant sur la première page. Réflexion à approfondir.

  10. citron mecanic on

    -> Enzo
    oui dans la mesure où les spiders analysent en priorité le texte placé haut dans la page, mais vaut-il mieux optimiser un blog pour les moteurs ou pour les lecteurs… c’est à approfondir également 🙂

  11. Oui, les commentaires c’est bien mais quand les auteurs n’y répondent pas ce sont plus des comment taire? 😉

    Perso, ça m’enerve ces auteurs qui ouvrent des commentaires auxquels ils ne réagissent pas. Dans ce cas autant ne rien ouvrir. Et ne pas faire semblant qu’on est ouvert au débat. Vaste fumisterie: typique des médias dépassés qui veulent faire croire qu’ils sont dans le coup: le virage web 2.0 c’est fait sans eux et continuera sans eux.

  12. Je vous invite, pour compléter cette lecture, à lire ce billet :
    http://www.observatoiredesmedias...

    Il en ressort clairement que l’interactivité sur les sites de la Presse quotidienne, ressemble plus à un gadget, à un moyen de coller à l’air du temps, plutôt qu’à une véritable révolution dans la façon de penser le journalisme ou le rapport au lecteur.
    En un mot, le rapport au lecteur n’a pas changé. On lui laisse quelques miettes pour qu’il s’amuse , voire qu’il s’étripe avec son voisin. Mais chacun reste chez soi.

  13. Eric,

    Si tu veux un média hyper interactif avec de vrais journalistes derrière qui répondent vraiment aux questions des blogueurs sur des questions d’actu vas jeter un coup d’oeil au blog actu d’orange. Tu as deux sujets par jour en général et dès que tu poses une question, soulève un problème, les journalistes te répondent c’est de la vraie interactivité.

  14. raaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah, merci de dénoncer le classement rétrochronologique des commentaires !!!
    j’en peux plus de cliquer sur les pages "précédentes" pour retrouver l’origine de certaines réponses !!!
    A quand la fin de ce diktat (un option à cocher ?) sur les sites de libé ou du monde ???

    De même, j’aimerais bien que soit notifier si l’article de presse d’origine a été édité par le journaliste (car pas mal de commentaires des lecteurs concernent des correctifs, ambiance wikipédia !)

  15. … que soit "notifié"… pardon pour la faute !
    (comment ça, y’a pas de fonction "edit" ici aussi ?!!)

  16. La solution alternative aux commentaires "directs" sur les sites d’infos eux-mêmes est d’utiliser un site dédié à cela : MpokNews mpoknews.fr/ par exemple (forum de discussions sur l’actualité)

Répondre