Connect with us

Réseaux sociaux

Facebook prend de nouvelles mesures contre les titres trompeurs

Facebook améliore son système de vérification des faits, en permettant à ses partenaires de signaler un titre (mais pas l’article en entier) comme étant une désinformation.

Il y a

le

Depuis l’élection présidentielle aux Etats-Unis, Facebook a enchaîné les mesures pour réduire la propagation des articles de désinformation sur son réseau social. Et actuellement, ces efforts semblent porter leurs fruits puisque 3 études indépendantes viennent d’indiquer que l’engagement des utilisateurs du réseau social avec les sites qui diffusent des fake news a baissé de manière considérable.

Néanmoins, cela n’empêche pas l’entreprise d’apporter des améliorations aux dispositifs en place. Et dernièrement, d’après un article de Poynter, Facebook a décidé de s’attaquer aux titres trompeurs.

Zone grise

En effet, il peut arriver que si le contenu d’un article est factuel, son titre soit trompeur. Pour les fact-checker qui collaborent avec Facebook, et qui permettent au réseau social de détecter les fake news, cela peut être une source de confusion.

De ce fait, Facebook a décidé de proposer une nouvelle fonctionnalité aux organisations de vérification de faits avec lesquelles il travaille. Désormais, celles-ci peuvent marquer un article entier comme faux, ou bien seulement un titre. Et un titre marqué comme faux peut conduire à une pénalisation sur le fil d’actualité pour l’article (mais avec un degré inférieur).

> Lire aussi :  Et si les entreprises commençaient à lutter contre la discrimination à l'embauche ?

Cité par Poynter, Adrien Sénécat des Décodeurs (partenaire français de Facebook pour le fact checking), admet que cette fonctionnalité peut être utile dans certaines situations, « lorsque certains sites Web utilisent des titres pour diffuser de fausses déclarations mais s’appuient davantage sur un corps d’article qui ne dit pas la même chose ».

« Nous espérons que cette nouvelle option d’évaluation donnera plus de clarté aux vérificateurs de faits et aux éditeurs », explique quant à elle une représentante de Facebook.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests