Suivez-nous

Lifestyle

Festival Burning Man : le projet fou de Donald Trump

L’administration Trump prétend vouloir sécuriser le célèbre festival Burning Man d’une drôle de façon.

Il y a

le

Burning man
© Unsplash - Bry Ulrick

Peace and love, my friend ? Euh, plus vraiment, si l’on en croit le dernier projet de l’administration Trump. La section du Nevada du Bureau of Land Management (BLM), qui administre le désert de Black Rock où se tient le festival culturel alternatif Burning Man depuis 1990, a publié en mars une proposition extrêmement inhabituelle demandant des changements majeurs concernant les autorisations encadrant l’événement.

Parmi les propositions, celle notamment de faire payer une force de sécurité privée à l’organisation de Burning Man, mais surtout de construire une barrière de béton sur une distance de seize kilomètres  autour du site de l’événement. Avec ce « mur » (qui aurait plutôt l’aspect d’une rambarde de béton similaire à celles qui séparent les voies d’une autoroute), le BLM entend sécuriser le périmètre en rendant notamment impossible l’intrusion forcée d’un véhicule, mais également évaluer l’impact écologique de Burning Man, dont la précédente édition a rassemblé 70 000 personnes.

La proposition de 372 pages, si elle est mise en œuvre, « changerait à jamais le tissu de l’événement Burning Man, sinon le tuerait », a écrit le projet Burning Man en réponse la semaine dernière. Le comité d’organisation du festival estime en effet que cette contrainte coûteraient un total de 20 millions de dollars chaque année, ce qui aurait pour effet de faire passer le prix du ticket d’entrée d’environ 400 à 686 dollars. Une manne aussi pour le Bureau of Land Management, qui prélève un pourcentage sur chaque billet.

Le festival le plus écologique du monde a-t-il besoin d’un mur ?

Burning Man, également connu sous le nom de Black Rock City, se proclame fièrement le plus grand événement « Leave No Trace » au monde. Il gère un « Ministère des Travaux publics » qui parcourt à pied chaque centimètre de l’espace alloué au festival pendant des mois après l’événement, et nettoie également la route avoisinante. L’idée de ramasser et nettoyer après son passage est en effet ancrée dans les principes fondamentaux de l’événement.

L’enceinte en béton souhaitée par le BLM viendrait en remplacement de l’actuel « Trash Fence », une barrière d’environ 1 mètre de hauteur en forme de filet en plastique soutenue par des piquets en bambou qui entoure le festival. Ce dispositif, mis en place dès 1995 sur proposition d’un festivalier, a prouvé sa redoutable efficacité pour délimiter le lieu, mais surtout pour retenir et emprisonner tous les déchets produits lors de l’évènement et poussés par le vent.

Concernant la sécurité, Aucun véhicule n’a tenté d’entrer par la clôture ces dernières années. Ce qui n’est pas surprenant pour quiconque a vu la situation sur le terrain. Une seule route d’accès, la Gate Road, permet d’accéder à l’événement en toute sécurité, sans risquer de se retrouver coincé dans la poussière ou d’être pris par l’équipe du festival, qui est dotée d’une vision radar et nocturne.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests