Ford SYNC débarque bientôt en Europe

Ford organisait jeudi dernier la journée “Talking Cars and Beyond” dans son centre de recherche d’Aix-la-Chapelle, en partenariat avec Nuance, société leader sur les technologies de reconnaissance vocale. Ford a profité de l’occasion pour annoncer l’arrivée très prochaine de SYNC sur le marché européen.

Ford organisait jeudi dernier la journée “Talking Cars and Beyond” dans son centre de recherche d’Aix-la-Chapelle, en partenariat avec Nuance, société leader sur les technologies de reconnaissance vocale. Ford a profité de l’occasion pour annoncer l’arrivée très prochaine de SYNC sur le marché européen.

Petite piqûre de rappel

SYNC est le système de connectivité embarquée avec reconnaissance vocale développé par Ford pour ses véhicules en collaboration avec Microsoft. Nuance, société experte en technologie vocale, travaille depuis quelques temps déjà avec le constructeur américain sur l’amélioration de ce système, qui fut lancé en 2007 aux États-Unis. Si le nom de cette société ne vous évoque pas grand chose, sachez qu’elle joua un rôle lors de la création du dictaphone en 1907, et qu’elle est derrière les logiciels et applications Dragon (Dragon Naturally Speaking pour les ordinateurs, Dragon Dictation et Dragon Search pour l’iPhone).

Ford SYNC permet aux conducteurs des véhicules qui en sont équipés de passer des appels téléphoniques, envoyer des SMS et en recevoir, ainsi que de se faire orienter tout en leur permettant de “garder les yeux sur la route et les mains sur le volant” (slogan qui ressortait à chacune des présentations et démos). Ce système n’entraîne aucun coût supplémentaire après achat de la voiture, et ne requiert pas d’abonnement.

Les commandes vocales sont disponibles après appui sur un bouton situé sur le volant, et les utilisateurs peuvent consulter et interagir avec le système grâce à l’écran centrale et son interface intégrée MyFordTouch.

De nombreux périphériques peuvent être connectés à l’environnement de la voiture, grâce à une borne se trouvant au centre du véhicule. Les smartphones peuvent ainsi être liés via Bluetooth, et un port USB permet de brancher une clé 3G (qui permet à la voiture de devenir un point d’accès à un internet, accessible par WiFi pour n’importe quel passager) et un baladeur numérique ou tout autre support mémoire USB. Usage supplémentaire de ce port USB : la possibilité de mettre directement à jour la version logicielle de SYNC, celle-ci évoluant et intégrant de nouvelles fonctionnalités au fil des retours d’expérience de ses utilisateurs (les mises à jour actuelles concernent pour l’instant principalement l’interface). Comme l’affirme Jason Johnson, ingénieur de développement des produits Ford, les gens vont commencer à mettre à jour leur voiture comme ils ont désormais l’habitude de le faire avec leurs ordinateurs et smartphones.

A ce jour, la fonctionnalité la plus utilisée par les utilisateurs de SYNC est, selon Ford, celle des appels, suivie de prêt par l’utilisation du lecteur MP3.

SYNC permet enfin à ses utilisateurs de piloter certaines des applications de leur smartphone grâce à AppLink, un programme capable de contrôler certaines applications via le Bluetooth du téléphone en adaptant les commandes vocales et les boutons d’interaction présents sur le volant aux différentes options d’une appli tournant sur le smartphone connecté. Les applications supportées par AppLink sont évaluées méticuleusement avant leur ajout au système, Ford comptant s’assurer que ses utilisateurs ne risquent en aucun cas de se faire distraire par celles-ci, et qu’elles seront adaptées à une conduite sûre. Les applications disponibles sont principalement des applications de radio (on retrouve notamment Pandora aux US), mais aussi de réseaux sociaux et de flux d’actualités.

Au sujet des commandes vocales, les utilisateurs peuvent pour l’instant donner des instructions simples telles que “appeler untel” ou “écouter tel artiste”.

SYNC en route pour l’Europe

Désormais présent sur 4 millions de voitures aux États-Unis, Ford souhaite étendre son système en l’introduisant en Europe. Le constructeur compte atteindre les 13 millions de clients SYNC d’ici 2015, visant les 3,5 millions sur les routes de notre continent pour cette même année.

SYNC en passe de faire son entrée sur le marché européen, reste à savoir… quand ? Si l’on en croit le staff Ford présent à l’événement, celle-ci devrait prendre lieu au cours du deuxième semestre de cette année. Un lancement pour la fin de cet été, voire plutôt en septembre/octobre, mois au cours desquels se tiendra le mondial de l’automobile est ainsi envisageable.

Toujours est-il que l’heureux élu qui se verra équipé le premier du fameux système a été révélé : il s’agira du B-MAX, minispace présenté au cours du Mobile World Congress de Barcelone ainsi qu’au Salon automobile de Genève. Selon Stephen Odell, président et CEO de Ford Europe, ce modèle, qui reste l’un des plus abordables de la marque, servira indéniablement de “fer de lance du déploiement de SYNC” en Europe.

Après le B-MAX devraient suivre en fin d’année la Focus, le C-MAX, le Transit et la Fiesta.

Dans un premier temps, SYNC sera disponible dans 9 langues : l’anglais, le français, l’espagnol, le portugais, l’allemand, l’italien, le néerlandais, ainsi que le turc et le russe. Ford compte par la suite couvrir 10 langues supplémentaires. Il va de soi que l’expertise de Nuance en matière de technologies vocales a joué un rôle important face au défi posé par le nombre de langues à intégrer pour l’ensemble de l’Europe. SYNC intègrera directement, en fonction du pays dans lequel la voiture a été achetée, un package de langues fortement susceptibles de pouvoir être parlées sur ce territoire. Pour vous donner un exemple, une voiture belge équipée de SYNC couvrira : l’anglais, le français, le néerlandais et l’allemand.

SYNC intègrera, comme c’est déjà le cas aux US avec le 911, la fonctionnalité d’appel d’urgence Ford SOS. Pour notre célèbre 112, celle-ci a été développée  en partenariat avec l’Association européenne du numéro d’appel d’urgence (EENA). En cas de déploiement de l’un des airbags, l’appel d’urgence est lancé depuis le téléphone connecté (le conducteur a 10 secondes pour l’annuler) et diffuse automatiquement un message pré-enregistré dans la langue qui correspond aux coordonnées GPS du véhicule aux opérateurs des services de secours locaux — le dispositif couvre à ce jour une trentaine de langues. A noter que si le conducteur et ses passagers quittent le véhicule, l’appel pourra directement être repris sur le téléphone. Selon Gary Macahdo, directeur de la EENA, la mise en place de ces solutions permettant de lier les véhicules aux centres d’appel d’urgence contribuera à sauver des vies en Europe.

Quel avenir pour la reconnaissance vocale ?

Ford et Nuance ont profité de l’événement pour nous donner un avant goût des futures évolutions à venir dans le domaine de la reconnaissance vocale et des technologies tournant autour. Force est de constater que celle-ci ne cesse de prendre de l’ampleur du côté des nouvelles technologies. Ordinateurs, smartphones, mobiles (Siri aura clairement annoncé la tendance), télévisions, et même appareils de soins médicaux, tout est en train d’y passer ! Comme le prédit Stefan Ortmanns, vice président de Nuance, la technologie vocale est au centre de la prochaine génération des interactions homme-machine et est actuellement en train de se répandre dans des milliers d’applications. Quand on prend conscience que la voix nous permet de transmettre jusqu’à trois fois plus rapidement des informations, on peut en effet comprendre la toile qui est en train de se tisser devant nous.

Le nouveau challenge de la reconnaissance vocale, c’est maintenant le langage naturel. L’objectif est ainsi de s’éloigner d’une grammaire fermée (avec de simples commandes comme “appeler”, “jouer”, etc.) pour introduire une grammaire ouverte, plus libre et flexible. Ford et Nuance poursuivent leurs travaux dans ce sens, afin de mettre au point des systèmes embarqués capables de reconnaître et interpréter une expression et un débit de parole naturels, et de voir leurs clients s’adresser à leur voiture comme à une personne (autant vous dire que le résultat risque d’être assez flippant sur ce gars).

Les systèmes à venir seront ainsi capables de comprendre les intentions de leurs utilisateurs, y compris lorsque ceux-ci ne fournissent pas une commande exacte. Il y a en effet des dizaines de manières pour dire que l’on souhaite appeler quelqu’un : “j’aimerais appeler untel”, “passer un coup de fil à untel”…

La puissance informatique et l’accès à des bases de données externes qu’offre le cloud laissent penser que celui-ci pourrait bien jouer un rôle primordial dans le développement de commandes vocales de plus en plus sophistiquées, affaire à suivre !

Vers une voiture encore plus intelligente ?

Outre les avancées faites en matière de détection de collision et autres systèmes d’aide au créneau, Ford nous laisse entrevoir un monde où les voitures pourront communiquer entre elles, devenant des sortes de capteurs en mouvement et partageant de nombreuses informations au sujet des conditions de trafic (accidents, embouteillages).

On parle aussi d’une voiture connaissant les habitudes de son conducteur, lançant le chauffage ou la clim avant que celui-ci ne sorte de sa maison, et allumant la radio qui tournait jusque là dans sa cuisine…

Comme vous pouvez vous en douter, la mise en place d’un tel réseau pose de sacrées problématiques, que ce soit en terme de respect de la vie privée, de possesseurs de données, d’établissement de standards avec les constructeurs travaillant sur des systèmes similaires, ou encore d’adaptation aux législations des différents gouvernements.

L’autre point important, c’est celui de la sécurité, et de la fiabilité des données transmises et reçues. Comme le note Pim van der Jaght, directeur du centre de recherche européen de Ford, la principale menace de ce côté reste celle des hackers, qui pourraient chercher à générer des voitures fantômes, et simuler des situations dangereuses pour les usagers du système.

Toujours est-il que la voiture intelligente est bien loin d’avoir fini de faire parler d’elle, et pourrait bien se présenter comme le véhicule le plus sûr. Une compagnie d’assurance anglaise aurait d’ailleurs déjà commencé à préparer une adaptation de ses tarifs pour les conducteurs en possession d’un système tel que SYNC.


Nos dernières vidéos

9 commentaires

  1. Eric

    Je me demande si on ne va pas dorénavant choisir sa voiture en fonction de ce type d’équipement plutôt que pour sa motorisation ou sa ligne. Clairement, même si on n’est pas un fana de Ford, Sync devient un argument de vente très puissant, d’autant plus puissant si on est un peu geek sur les bords…

  2. Je suis surpris que tu evoques Nuance et leurs produits sans parler de Siri sur l’iPhone 4S. Certainement leur produit le plus connu a ce jour….

  3. Enfin de vrais usages possibles pour l’informatique embarqué en voiture ? Attendons de voir, mais ça semble très prometteur tout ça, après le MP3 et le GPS, ça sera peut être la prochaine grosse évolution du multimédia qui s’invite au volant…

  4. .. moi je ne vois qu’un retard monstrueux ! pas prêt de m’extasier face à des caisses grises en formes de cubes … La misère des équipements embarqués est juste risible , et je ne parle même pas du comparatif véhicules français Vs le reste du monde ( sur un niveau équivalent bien sur ) . Au hasard une 308 SW Neuve chez le concessionnaire .. un p’tit tour et bien non.. rien ! pas de prise rca , pas de ports usb , un bluetooth en option et encore uniquement pour le téléphone …+ de 20 K€ le bestiau autiste !! Le vendeur cherche encore a connecter son Iphone ,son droid ou même d’écouter des MP3 en dehors du superbe lecteur compatible avec quelques formats de CD .. La misère !!

  5. Bonjour,

    Moi ce qui m’étonne c’est qu’à l’exception de l’appel d’urgence : beaucoup d’autre marque propose la reconnaissance vocal (exemple parmi tant d’autre : TOYOTA Prius dispose de la reconnaissance vocal et les mêmes types de commandes/ordres sont pris en charge [selon les modèles]) ! ? !

    Alors « pourquoi en faire autant » pour Ford ?

  6. Pingback: Cadillac offre un iPad avec son dernier modèle pour apprendre à s'en servir

  7. @dehmeba Ford est le constructreur le plus innovant pour la reconnaissance vocale. Comme indiqué le système existe depuis 2007 est proposé dans 9 langues et 10 à venir. Je doute que Toyota propose 10 000 commandes même si des fonctions se rejoignent pour les appels ou la navigation.

  8. Pingback: Apprendre à utiliser votre voiture avec un iPad, c’est l’idée de Cadillac

Répondre