Foxconn, l’entreprise qui fabrique certains des produits Apple, va « employer » 1 million de robots

Foxconn, l’entreprise qui construit en autres les produits Apple, Nokia et Sony va commencer à remplacer ses travailleurs humains par des robots.

Foxconn, l’entreprise qui construit en autres les produits Apple, Nokia et Sony va commencer à remplacer ses travailleurs humains par des robots.

Les iPhones, iPads et autres seront probablement bientôt construits en grande partie par des robots comme l’annonce le journal chinois Xinhua. Dans les prochaines années le géant taïwanais de la manufacture éléctronique Foxconn va remplacer un bon nombre de ses employés humain par environ 1 million de robots.

Les robots seront associés aux travaux les plus répétitifs comme la peinture et l’assemblage des composants, des tâches qui sont à l’heure actuelle toutes réalisées par des humains. L’entreprise possède déjà quelque 10.000 robots, un nombre qui devrait passer à 300.000 l’année prochaine et atteindre 1 million d’unités en 2014 d’après Terry Gou le fondateur de Foxconn.

Foxconn est l’entreprise de manufacture électronique la plus grande du monde, elle assemble beaucoup des produits de certaines grandes marques comme Apple, Sony, Nintendo, HP et Nokia. Le journal Xinhua précise que Foxconn employe actuellement 1.2 million d’employés dont 1 million vivent en Chine continentale.

La chose qui m’a en fait le plus surpris à la lecture de cette nouvelle c’est le fait que les opérations de base et ultra-répétitives des chaines de montage de la High-Tech sont réalisées à la main à l’heure actuelle, quelque chose qu’on peut facilement oublier. Tous nos iPhones ou autres sont en fait peints, assemblés et testés à la main.

Dans la transition il est fort probable qu’un grand nombre d’employés actuels de Foxconn va perdre leur emploi alors qu’une ville entière (de plus d’un million d’habitants donc) est maintenant centrée autour de cette entreprise. Le problème social posé par cette suppression de postes de masse probable est évident et je doute que beaucoup d’informations filtrent sur l’avenir précis des employés licenciés.

Des problèmes sont déjà survenus dans cette ville-usine qu’est Foxconn, et qui est souvent accusée d’offrir des conditions de travail infernales à ses employés. Par exemple une explosion dans l’usine a tué 3 employés en Mai en juillet un homme est mort après une semaine de 60h et en 2010, 26 employés de l’entreprise auraient tenté de se suicider, 12 sont morts.


27 commentaires

  1. Un long débat effectivement… Mis à part le désastre social que ceci peut engendrer, il semblerait que des emplois à faible valeur ajoutée soient détruits et remplacés par des emplois hautement qualifiés (développement de robots).
    Ceci est de bon augure pour « l’usine du monde », qui n’a donc plus seulement ses bas coûts salariaux à mettre en avant. Elle s’automatise…

  2. Il y aura certes moins d’ouvriers attachés aux tâches répétitives mais plus d’employés qualifiés pour la maintenance de tous ces nouveaux robots. Même si j’imagine bien que la balance perte d’ouvriers gain de techniciens ne va pas être positive sinon quel intérêt pour Foxconn. Evidemment, je ne pense pas que les ouvriers licenciés aujourd’hui deviendront les techniciens qualifiés de demain… dommage.

    Les chinois suivent exactement le même modèle que nous avons appliqué il y a quelques années dans l’automobile notamment.

  3. Je suis partagé par ton dernier paragraphe, qui fait un peu FUD, non ?

    Sans minimiser la peine de ces ouvriers, qui vraiment triment dans ces usines (plus que de raison – la n’est pas la question), on parle de 1.2M d’employés, c’est énorme, plus que nos références courantes, on ne sait pas bien évaluer et juger ce que ça représente.

    C’est, en gros, 1/20e de la population active de France, ou l’on compte plus de 10k suicides /an. Pris sous cet angle, on pourrait dire qu’ils sont plus heureux que nous… c’est le problème de sortir 3 chiffres du chapeau.

    Bon, sinon, je vais me mettre à la production de Robots esclaves, ca a l’air plein d’avenir, à moins qu’ils ne rêvent de moutons électroniques 🙂

  4. Difficile d’avoir un avis sur une telle information : d’un côté il y a la suppression de millions d’emplois de l’autre il y a le fait que ces millions de travailleurs font un travail hyper répétitif qui ne peut épanouir personne…

  5. Il faut aussi noter que la Chine manque de bras, surtout sur la partie côtière. Il y a de nombreux Chinois qui ne sont pas revenus sur la cote après le nouvel an Chinois, et je suppose que Foxconn comme toutes les autres boites a du en souffrir.
    Si l’on ajoute ça au cout de la main d’œuvre qui explose littéralement, ça me semble pas illogique, même si moralement, on peut juger cela regrettable.

  6. Pingback: Télétravail et tiers-lieux : revue du 05/0/11

  7. Pingback: Des chiffres et des liens | MatooBlog

  8. Si les robots font tout le boulot, que va faire l’homme ?
    Par François Bugeon 10/08/2008

    Le but d’une robotisation n’est pas forcément de produire plus et mieux qu’un homme, mais de le supprimer. Toutes les tâches dépendantes du savoir-faire plutôt que de la conception sont susceptibles d’être robotisées : cueillir des pommes, réparer une automobile, traduire, servir derrière un comptoir, s’occuper d’élevages d’animaux, changer les couches d’un enfant ou pratiquer une opération du cerveau.

    Et contrairement à ce que l’on peut imaginer, ce sont les services à la personne qui pourraient être robotisés en premier

    Aux Etats-Unis, le Pentagone a décidé que dès 2015, un tiers de ses véhicules terrestres devrait rouler sans pilote.

    Comme toutes les nouvelles technologies, les robots adaptés au marché s’imposeront en moins de dix ans. Dès lors, aucune entreprise ne pourra faire l’économie de sa robotisation massive pour rester dans la compétition économique. Aucun pays ne pourra se l’interdire si son voisin l’autorise, et à moins que toutes les nations ne reviennent à un fonctionnement autarcique, l’ensemble de la planète robotisera le travail.

    Nos sociétés doivent se préparer à la raréfaction brutale du travail

    Selon l’évolution actuelle de la robotique, la raréfaction du travail interviendra d’ici vingt à trente ans au maximum, et elle surviendra à une vitesse telle que nos sociétés seront incapables de réagir correctement. C’est à ce défi qu’il faut faire face, et non pas à la fin du travail, qui reste néanmoins un aboutissement quasi certain.

    C’est un fait, la question n’est plus « comment faire pour que les gens travaillent encore ? “, mais ‘comment faire pour vivre sans dépendre de son travail ? . Le questionnement essentiel d’un certain Karl Marx, en somme…
    > http://bit.ly/nFMVUE

    BONUS « La robotique à la portée de tous »
    Ils courent, ils marchent, ils volent, ils nagent, ils parlent, ils nous imitent, ils tentent de nous comprendre…
    > http://bit.ly/oVbEZo

  9. Les robots sont parmi nous !
    Par Korben 13/12/2008

    j’ai trouvé cette étude qui nous apprend qu’il y a actuellement plus de 1 millions de robots industriel dans le monde. Le pays en tête avec 295 robots pour 10 000 ouvriers est le Japon… En Europe, il y a 50 robots pour 10 000 ouvriers

    On apprend aussi qu’en 2011 ils seront 1,2 millions… et que cela ne fera bien evidemment que croitre au fil des années.

    Bref, si vous en doutiez, n’hésitez plus, la robotique, c’est l’avenir !
    > http://bit.ly/rm8d8e

    BONUS « Live Japon : des nouvelles des robots ! »
    Il est grand temps de rendre justice aux armées de roboticiens nippons qui s’escriment à attirer l’attention du monde sur leurs créatures, en les rendant plus intelligentes, et ce dans l’espoir d’en faire des vrais copains de l’homme…
    > http://bit.ly/np8sIE

  10. Pingback: Clément Hallet – "Mes" news » Apple publie la liste de ses fournisseurs et leurs violations des droits de l’homme Jean-Baptiste

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Presse-Citron 2005 - 2018 | A propos | Contact | Site hébergé par Cognix Systems | Informations sur les cookies