France : 7 millions de victimes de cybercriminalité en 12 mois

Selon une étude réalisée par Symantec, 7 millions de français auraient été victimes de cybercriminalité lors des 12 derniers mois.

C’est un rapport dévoilé par Norton sur la cybercriminalité. Symantec a interrogé 13 000 adultes de 24 pays. En France, 7 millions de personnes adultes auraient été victimes de cybercriminalité au cours des 12 derniers mois. Un chiffre qui s’élève à 68 millions de personnes et de 378 millions dans le monde. Concernant la fameuse « génération Y », 47 % de cette population auraient été victimes de cybercriminalité au moins une fois dans leurs vies.

Symantec estime que le coût de la cybercriminalité a été de 738,465 millions d’euros, lors des 12 derniers mois, rien que pour la France. A l’échelle Européenne, ce chiffre est de 9,598 milliards d’euros.

L’étude a aussi démontré que 41 % des utilisateurs de smartphones français ont été victimes, lors des 12 derniers mois et que seulement 23 % des utilisateurs de smartphones installent un software de sécurité basique et gratuit sur leurs terminaux. Les personnes sont moins sensibilisées concernant la sécurité de leurs terminaux mobiles.

La frontière entre la vie professionnelle et la vie personnelle (Chiffres pour la France)

29 % des personnes adultes interrogées auraient admis utiliser un même terminal pour travailler et jouer. 35 % des personnes utilisant un terminal fourni par leurs employeurs l’utilisent aussi pour envoyer des courriers personnels. Et 34 % terminaux fournis par les employeurs sont utilisés par les enfants de leurs utilisateurs pour des téléchargements, des jeux et des achats en ligne.

En France, 18 % de la population utiliserait le même cloud pour des données personnelles et des données professionnelles. Et une bonne partie de ces personnes ont déjà partagé des informations professionnelles avec des amis ou de la famille, via ces services de stockage en ligne. Dans son communiqué, la firme de sécurité informatique estime que cette absence de barrière met les entreprises en danger et les expose à des fuites d’informations sensibles.

Réseaux sociaux et identité numérique

53 % des Français ne se déconnecteraient pas à la fin d’une session, sur les réseaux sociaux. 39 % partageraient leurs mots de passe avec une autre personne et 43 % entreraient en contact avec des inconnus.

(Source)

Image : Par Albaniaman (Travail personnel) [CC-BY-SA-3.0], via Wikimedia Commons


Nos dernières vidéos

3 commentaires

  1. bob (mc melun) on

    Je ne vois pas le rapport entre le coût de la cybercriminalité et le reste.

    Il n’y a quoi de financier dans ne pas avoir un anti-virus sur son ordinateur ou téléphone (ou un gratuit, ouah, le scoop, Symantec ne trouve pas bien le gratuit, prff) ou utiliser un terminal unique ou le même cloud pour la vie privée ou le boulot ?

  2. C’est du pur Norton cette communication paniquante! Et tout y est mélangé sans entrer dans les détails.

    Quand au cloud je n’en suis pas un fan, là il y a beaucoup de questions à se poser dessus tel qu’il est maintenant je pense. Attendons de voir son évolution…

    Luc

  3. Bonjour,
    Je me permets de vous raconter ma mésaventure, car j’ai été victime d’une escroquerie sur le site de rencontre LOVOO.
    Je m’appelle Alexis BAZINET, Il y a trois semaines j’ai fait connaissance par le biais de ce site d’une femme prénommée Christine Morel. Nous échangions des messages ainsi que des photos et deux visioconférences. Une semaine après notre rencontre elle me signale quelle doit se rendre en Côte d’ivoire pour affaire. Jusque-là, pas d’inquiétude de ma part. La deuxième semaine elle m’annonce quelle à des problèmes pour payer ses dettes là-bas pour pouvoir rentré en France. Elle me demande de l’aide financière, mais j’ai refusé car j’étais très méfiant. Elle me propose alors, prétextant ne pas avoir de compte bancaire personnel de m’envoyer un chèque d’un montant de 5800 euros de son oncle, pour que je l’encaisse sur mon compte et de l’aider ensuite. Etant de nature généreuse et serviable j’ai accepté avec réticence. Le lendemain j’ai reçu un coup de téléphone d’un homme avec un accent bizarre, disant qu’il appelle de la part de Christine Morel et me confirmant l’envoi de ce chèque. J’ai reçu ce chèque deux jours après et je l’ai encaissé aussitôt comme convenu avec elle. Ensuite elle m’a demandé de lui envoyer un premier mandat cash de 1500 euros. Ce que j’ai fait. Aussitôt, le même homme apparemment me recontacte pour vérifier si j’avais bien envoyé l’argent. Je lui confirme l’envoi. Je confie mais inquiétudes à Christine Morel, qui elle me dit que je peux avoir confiance et que cet homme et une sorte de conseiller financier de son Oncle. Ensuite je lui fais un second mandat cash de 2500 euros. Même manœuvre de la part de cet homme. Puis pour le dernier envoi par mandat cash, le virement ne peut pas être effectué car ma carte bancaire est bloquée. Je lui explique que je ne peux pas faire le virement. Et c’est à ce moment-là ou tout s’accélère et je me fais harceler de plusieurs coups de téléphone et messages de son oncle me menaçant de faire opposition au chèque de 5800 euros. Pour éviter des ennuis, je lui fais donc un virement bancaire sur le compte de la mère à son amie. Croyant être débarrasser de cette histoire, elle recommence à me demander de l’aide. A ce moment-là j’ai arrêté notre relation virtuelle et j’ai bloqué tous les numéros et le siens sur lequel ils m’harcelaient. Deux jours après j’ai relevé mon courrier et j’ai constaté une lettre de ma banque me signalant une opposition à ce chèque, du coup je me retrouve avec une dette de 5800 euros. Pris de peur je me suis rendu à la brigade pour déposer une plainte sans suite. Trois mois après toujours dans mes recherches avec l’aide des amis j’ai contacté l’ORGANISATION INTERNATIONALE DE POLICE CRIMINELLE-INTERPOL spécialisée dans les dossiers de cybercriminalité et autorisée par le Décret n° 2009-1098 du 4 septembre 2009 portant publication de l’accord entre le Gouvernement de la République française et (OIPC-Interpol) et grâce aux mails, aux appels téléphoniques et aux SMS, les OPJ de cette Organisation ce sont investis personnellement pour que ces escrocs soient retracés, arrêter et présenter à la justice. J’ai été finalement remboursé et dédommagé. N’hésitez pas à la contacter
    Voici leurs adresses mails : oipc_i@yahoo.com / oipc_i@outlook.fr
    Cordialement

Send this to a friend