Google donne -enfin- les vraies raisons de la fermeture de Google Reader

La nouvelle de la fermeture de Google Reeder avait causé un raz-de-marée de réactions négatives. Google s’explique.

Google avait fait connaître la fermeture de Google Reader de manière presque désinvolte, l’annonçant au milieu d’une liste d’autres services arrêtés lors du ménage de printemps habituel.

Ils avaient alors très brièvement mis en avant le déclin d’usage du service sans entrer davantage dans les détails.

Une nouvelle façon de consommer l’information

Wired a pu s’entretenir avec Richard Gingras, Senior Director News & Social Products chez Google concernant cet arrêt soudain.

Pour Montain View, la raison semble évidente… en 2013, nous ne consommons absolument plus l’information comme au lancement de Google Reader en 2005. Le smartphone ne s’est popularisé que deux ans plus tard avec le premier modèle d’iPhone.

Gingras l’explique en ces termes :

« Notre culture a évolué vers une consommation quasiment constante de l’actualité. Les utilisateurs de smartphones et de tablettes vont chercher des petites doses d’information tout au long de la journée. Cela remplace entièrement les anciens comportements où nous avions une consommation uniforme lors du petit déjeuner ou dans le canapé à la fin de sa journée. »

Google Reader n’était plus un modèle pertinent dans notre société actuelle.

Et s’il y a un public évident qui reste fidèle à ce mode de consommation, Google ne souhaite pas utiliser ses ressources pour poursuivre cet objectif… laissant des acteurs comme Feedly ou Digg venir combler l’espace avec des produits mieux adaptés.

Google prépare le futur de la consommation d’information

Cependant, si Google ne croit plus en ce modèle, cela ne veut pas dire qu’ils ne vont pas chercher un moyen plus intelligent de délivrer de l’information. En effet, Richard Gingras tease « un moyen transversal aux produits Google, de faire surgir de l’information pertinente et personnalisée pour l’utilisateur, au moment le plus approprié ».

On pensera évidemment à Google+, le service qui concentre le plus de ressources de la firme de Montain View actuellement, mais aussi Google Now. En effet, le système de cartes qui apparaissent dans ce service (et donc aussi dans les Google Glass qui intègrent en partie ce système) sera amené à pusher de l’information de plus en plus ciblée et stratégique dans les futures mises à jour.

(source)


  • Découvrez la bande-annonce de Girlboss, la nouvelle série de Netflix

    Voici une bande-annonce qui devrait ravir les fans de Gossip Girl et Sex in the City. Girlboss vous entraîne sur les pas de Sophia Amoruso, papesse de la vente en ligne. […]

  • Mercedes Concept A Sedan : la prochaine Classe A a un visage

    Encore un concept chez Mercedes, et une fois de plus, un concept qui annonce un modèle de série appelé à être renouvelé rapidement : la Classe A. Voici la Concept A Sedan Un nouveau design qui se précise Insufflé par l’AMG GT Concept présentée au salon de Genève, le design de la prochaine génération de Mercedes [...] […]

  • [Shanghai 2017] Volkswagen I.D. Crozz : l’autre anti Tesla Model X

    Dans son élan de multiples variantes de sa future gamme électrique, Volkswagen dévoile un SUV Coupé, répondant à l’appellation I.D. Crozz Concept. Un concept appliqué à plusieurs carrosseries Esthétiquement parlant, le lien de filiation avec le concept I.D. est frappant. On retrouve la face avant adoptant la même identité visuelle aux projecteurs à l’apparence d’yeux, et la [...] […]

Nos dernières vidéos

27 commentaires

  1. Mouais…
    Mais ils auraient quand meme pu le laisser « mourir », car de nombreux utilisateurs s’en servaient au quotidien …

  2. Surtout parce que les flux RSS ne génèrent pas d’argent, l’utilisateur ne va pas sur le site donc pas de Google Ads, Analytics etc.

    On vois aussi que Google abandonne les standards (XMPP, RSS etc.)

  3. « Les utilisateurs de smartphones et de tablettes vont chercher des petites doses d’information tout au long de la journée », c’est exactement ce que fait un lecteur de flux RSS, d’apporter les news régulièrement. Pourquoi donner une explication si bancale?

  4. Pour mon cas, l’utilisation de flux rss n’a jamais été aussi importante depuis que j’ai mon 1er iPhone 3G : google reader permet(tait) la synchro de lecture entre mon iPhone et mon mac, ou ma tablette. Avant smart phone et tablette, j’utilisais peu les flux rss.

  5. Google Reeder, petite coquille dans le début de l’article 🙂

    J’aurais largement préféré qu’il laisse le choix aux utilisateurs plutôt que de fermer ce service…A+ marie

  6. FennNaten on

    « Cela remplace entièrement les anciens comportements où nous avions une consommation uniforme lors du petit déjeuner ou dans le canapé à la fin de sa journée. »

    Heu… ou pas. Je ne sais pas pour la majorité des gens, mais personnellement je bosse, du coup je fais ma conso d’info à des moments déterminés à savoir le matin dans les transports, le midi à la fin de ma pause dèj (donc maintenant ;p ) et le soir en arrivant chez moi, plus éventuellement à la pause dans la matinée et/ou à la pause dans l’aprem.

    Soit un max de cinq consultations, dont une longue (celle du soir) et quatre brèves.
    Les consultations courtes consistent généralement en un passage en revue rapide des flux RSS. L’info très courte sera lue, l’info insuffisamment intéressante éliminée sans autre forme de procès, le reste envoyé dans pocket pour lecture lors de la consultation longue. Pour cette utilisation le combo reader (maintenant feedly mais je le trouve quand même moins réactif et moins ergonomique) en pésentation compacte pour naviguer rapidement + reader comme tampon entre les sessions, c’est le must.

    Que des journalistes ou des spécialistes de la veille et de la curation soient branchés en permanence, ça me semble normal, pour les autres corps de métier, non: ça plombe forcément la concentration et la productivité.

  7. Personnellement l’avantage de flux est que l’on peut suivre un blog sans forcément devoir aller dessus sans arrêt pour connaître les news.

    Dans peu de temps on peut aussi se dire que les Pages (présente dans tous les réseaux sociaux) peuvent ressembler les bon vieux blogs.

  8. Le standard n’évoluant pas, il y avait surement moyen de faire simplet « publicisé » un peu, et tout le monde était content, la maintenance de ce service devait pas être bien lourde

  9. Je pense comme Antoine que la raison est purement financière. L’évolution des produits de Google depuis qu’ils ont changé de CEO va clairement vers une centralisation plus poussée pour les données de l’utilisateur.

    Le « Don’t be evil’ qui a plu à tant de personnes n’est décidément plus d’actualité…

  10. luckygulli

    Il y a certes des choses à repenser, mais pas forcément tout… Pourquoi ne pas nous écrire notre journal, un peu comme ce que faisait iGoogle ?

  11. baratapas on

    Ben c’est bien gentil de la part de Google de vouloir remplacer Google Reader par autre chose, mais pourquoi le fermer avant de sortir cette autre chose?
    De toute façon, ils peuvent se brosser pour que j’utilise Now ou Google+, sachant maintenant que comme Reader, ils le fermeront quand ils voudront!

  12. Google montre surtout dans cette affaire, et encore une fois, qu’il est dangereux de s’immerger totalement dans sa sphère d’applications. Décisions unilatérales, aux raisons pas très claires, le service à l’utilisateur est un « moyen » et non un objectif. Contrairement à ce que toute la Google communication laisse entendre. Bon, ceci dis, chez les autres c’est pas mieux, on est d’accord.

  13. Perso je suis vraiment dégouté de la fermeture de Google Reader.
    L’interface était vraiment bien pensé, je n’ai pas trouvé mieux ailleurs.
    Du coup, passer chez Netvides, avec un interface pensé différemment ne me fait guère apprécier ce changement.

  14. « Les utilisateurs de smartphones et de tablettes vont chercher des petites doses d’information tout au long de la journée »
    Stupide. et faux, du moins pour une grande partie de la population qui travaille et ne PEUT pas passer son temps à actualiser la page d’accueil d’un site d’info pour voir s’il y a des nouveautés.
    Pareil pour Twitter, où en 10 minutes (voir moins) l’info est noyée dans le flux. Je ne vais pas, le soir (seul moment de la journée où j’ai le temps de « m’informer ») remonter tous les tweets publiés depuis le matin.
    S’ils perdent de l’argent dans ce service, qu’ils se limitent à cette explication et qu’ils n’aillent pas nous faire croire que nous n’en avons pas besoin.

  15. Comme la plupart des commentaires précédents je trouve la raison donnée par Google assez bancale.

    Comme dit précédemment, c’est au contraire maintenant que les Smartphones et tablettes existent que Google Reader prend tout son sens.
    Je pensais même qu’enfin les RSS pouvaient se démocratiser car dans les faits peu de gens en ont connaissance.
    Pour moi il aurait suffit de présenter Greader de façon plus fun, plus grand publique et de mettre plus en avant ce service (meilleure intégration à Android) pour que pas mal de monde se mette à l’utiliser.

    Enfin on verra ce qu’ils vont nous proposer mais je n’ai que peu d’espoir (intégration poussée à G+ pour sur).

  16. En ésperant que digg nous sor un beau et bon lecteurs de flux rss (nouvelle géneration)
    C’est fini l’ouverture de google ? je le crains de plus en plus.

  17. Personnellement j’utilisais google reader pour stocker mes flux rss changeant beaucoup d’application mobile pour les lire je suis très déçu

  18. Entièrement d’accord avec d’autres personnes qui trouvent le raisonnement de Google infondé.
    Jusqu’à plus amples informés, le flux rss est le moyen le plus immédiat et contrôlé par l’utilisateur pour se tenir à jour sur ses centres d’intérêts.
    Une fonctionnalité de Google reader qui me manque cruellement sur Feedly, le moteur de recherche sur le contenu des flux indexés.

  19. L’enfumage continue… comme le soulignent certains commentaires, les raisons évoquées par Google sont clairement bidons, ils essaient juste de rattraper le coup…

  20. Mouais, me semble un peu bidon quand même l’explication… Pour ma part, je lis tout au long de la journée mes flux et Reader me permettait de synchroniser cette lecture sur smartphone, tablette et pc.
    Si c’était la question « Money », il aurait pu intégrer des touches de Google Adwords dedans, ça m’aurait pas gêné. Je suis une grande fan de Google et de ses produits en général, également utilisatrice de Google Apps for Business, mais un coup comme ça, ça me ferait bien plier bagage !
    Quant à Feedly, il a beau être plus « sexy », j’accroche pas vraiment…

  21. Bon, comme ceux qui ont commenté précédemment, il est évident que Google essaye de passer de la pommade sur le « tout argent » comme méthode de fonctionnement.

    Donc, on le sait, si cela ne rapporte rien, pourquoi le faire?
    En même temps, cela fait partie du jeu non? Pensez-vous vraiment que ces sociétés le font par plaisir pour nous? 😉 ahahahahah

    Heureusement, nous sommes intelligents, la preuve, bon nombre d’entres-nous ont, dès l’annonce, changé et migré pour des solutions gratuites, qui fonctionne aussi bien, voire même mieux… 😉

    Moi je dis: merci Google, grâce à toi, j’ai au moins UN service en mois rattaché à toi (ouf!) lol 😉

  22. C’est quand même ce qu’on a trouvé de mieux pour suivre tous les derniers billets de nos sites préférés. C’est pour ça que nous avons jugé utile de poursuivre l’expérience RSS avec Flux.

  23. Google était ma page préférentielle, je suis triste de cette fermeture car qu’elle url mettre a présent pour mes recherches (je sais il y en pleins d’autres), mais pour moi c’était la meilleure, chacun son avis 🙁

  24. Pfff ça craint en effet ! Du coup j’ai cherché dès que j’ai su à changer ma page d’accueil, et suis allé chez http://navigoo.fr , une page française personnalisable et sans grande prétention mais pratique… On est jamais si bien servi que par les petits producteurs locaux !

Send this to a friend

Lire les articles précédents :
Programme PRISM, la NSA et le FBI auraient-ils accès aux serveurs de neuf géants de la technologie ?

Avec l''opération PRISM le FBI et la NSA auraient accès aux données contenues sur les serveurs de neuf géants du...

Fermer