Suivez-nous

Smartphones

Ils démontent un Huawei P30 Pro pour savoir quels composants proviennent des USA

Quelle est la dépendance de Huawei vis-à-vis des fournisseurs américains ? Pour en avoir une idée, le média Nikkei a décidé de démonter un smartphone P30 Pro pour déterminer l’origine des composants.

Il y a

  

le

 

Par

Zoom Huawei P30 Pro
Le quadruple capteur photo du P30 Pro © Presse-citron.net

À cause des sanctions américaines, Huawei se voit privé des services et technologies de sociétés basées aux États-Unis. De ce fait, le constructeur risque de ne plus recevoir de licence Android délivrée par Google (mais celui-ci pourra toujours utiliser la version open source de l’OS). ARM, qui fournit des technologies essentielles pour les processeurs de smartphones, a également cessé de collaborer avec Huawei, car ses produits incluraient des technologies d’origine américaine (ARM est une société britannique).

Mais Huawei pourrait-il facilement se passer des technologies et composants fournis par les sociétés américaines pour ses smartphones ? Le média Nikkei a démonté un Huawei P30 Pro afin de savoir combien il y a de composants américains à l’intérieur du smartphone.

15 composants américains sur 1 631, mais des composants importants

Après le démontage, Nikkei a conclu que sur 1 631 composants du P 30 Pro, seulement 15 sont fournis par des sociétés américaines.

Mais les choses, cependant, ne sont pas aussi simples, car lorsqu’on tient compte de la valeur de ces composants, on découvre que les éléments fournis par des sociétés américaines représentent 16,3 % du coût total des composants du Huawei P30 Pro.

Ces composants américains incluent le DRAM fourni par Micron, des semi-conducteurs de communication fournis par Skyworks Solutions et Qorvo ou encore le verre Gorilla Glass fourni par la société Corning et qui permet d’avoir des écrans durables.

Avant le bannissement américain, Huawei aurait eu le temps d’acquérir un énorme stock de composants afin de continuer à produire ses smartphones.

Mais sur le long terme, l’entreprise devra trouver des alternatives aux composants qui sont proposés par des fournisseurs américains, sauf si ceux-ci utilisent une faille juridique pour contourner l’interdiction de faire du business avec Huawei.

6 Commentaires

6 Commentaires

  1. Chebbah

    29 juin 2019 at 0 h 40 min

    Quand il ont décortiquer ce téléphone de marque huawei Ont ils trouvées des composants espion
    Pour le compte du gouvernement chinois ?
    Ou esque les état Unis ont juste peur que cette marque soit la numéro 1 mondial car nous sommes nombreux à croire que les américains cherchent seulement des excuses pour brisé leur adversaire.

    • vVDB

      29 juin 2019 at 11 h 16 min

      S’il y a quelque chose c’est dans le processeur, ils gèrent son design. Si une telle option existe, elle est activable mais pas activée en sortie d’usine…
      Mais le plus simple, c’est de router le flux vers un serveur maîtrisé par un chinois pas forcément Huawai, il n’y a pas besoin de composant spécifique pour ça…
      Les mobiles ‘conversent’ tout le temps avec le constructeur, avec Google et les fournisseurs d’appli donc tout est déjà en place, il suffit probablement d’un shit code pour activer la ‘copie’ du flux…

      • Galadhereth

        29 juin 2019 at 12 h 17 min

        Mais les smartphones américains, européens, japonais ont le même type de composants et les mêmes possibilités d’espionnage, d’écoute. De plus, il est bien connu que Google, Facebook… (Qui sont américains) collectent plein d’infos sur notre vie privée. Pour moi, l’argument américain ne tient pas la route, leur but est juste d’empêcher Huawei de devenir no 1

    • JFLB

      29 juin 2019 at 12 h 54 min

      Ce ne sont pas les téléphones qui sont soupçonnés mais les composants réseau installés dans les antennes 4g et 5g. Pas besoin de mettre quoi que ce soit dans le téléphone pour espionner. Par contre c’est effectivement une mesure à la Trump, Cisco a été pris la main dans le sac il y a quelques années. Donc… les fabricants américains espionnent aussi.

    • Flo

      30 juin 2019 at 18 h 54 min

      Je suis d’accord à 100%!C’est une manœuvre des États Unis et une fake news de Trump qui ont peur que Huawei deviennent Numero1!Rappelons nous l’invasion de l’Irak, il n’y avait pas d’armes chimiques comme ils le prétendaient. Je possède un Huawei dont je suis très satisfaite et je ne me sens pas espionnée par les chinois mais plutôt parles Américains et Google qui nous traque partout via leurs applications et réseaux sans qu’on le réalise vraiment!

  2. jean antoine arnau

    29 juin 2019 at 10 h 14 min

    Ces composants américains sont tous fabriqués en Chine…il devraient ne plus les livrer..la Chine peut faire bien plus de mal aux Etats Unis que le contraire…la seule chose qui les tient c’est les brevets. En tant que dictature communiste, il pourraient très bien décréter que ces brevets ne sont plus valables en Chine. Et continuer à les fabriquer pour eux même sous un autre nom en modifiant 2 ou trois trucs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top forfait mobile

Partenaire

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les meilleurs forfaits

Les tests