Incident Gmail : Google passe au rapport

Je n’ai aucune espèce d’idolâtrie pour Google, mais force est de reconnaître que la réactivité et la capacité de cette société à faire amende honorable en fournissant de façon transparente des explications et des outils supplémentaires aux internautes sont tout simplement incroyables. Malgré son gigantisme, cette entreprise démontre dès qu’elle en a l’occasion qu’elle a

Je n’ai aucune espèce d’idolâtrie pour Google, mais force est de reconnaître que la réactivité et la capacité de cette société à faire amende honorable en fournissant de façon transparente des explications et des outils supplémentaires aux internautes sont tout simplement incroyables.

Malgré son gigantisme, cette entreprise démontre dès qu’elle en a l’occasion qu’elle a su garder une agilité de start-up.

La preuve en est encore faite avec la mise en place, deux jours seulement après la fameuse panne de Gmail, d’un tableau de bord du fonctionnement des applications Google. De Gmail à Gtalk en passant par Google Calendar, ce sont 10 services phares de Google qui sont monitorés en direct avec pour chacun 4 statuts : Fonctionnement normal, Dysfonctionnements, Interruption de service, et Explications, parmi lesquelles on trouvera les raisons de la panne Gmail (PDF). Il manque juste un onzième service dans cette liste : le moteur de recherche, qui a connu quelques ratés il y a deux semaines.

La boucle est bouclée. Tout cela pour des services gratuits. Chapeau bas.


Nos dernières vidéos

10 commentaires

  1. Quand on voit la panique mondiale que provoque une panne chez Google, je me dis que ce système d’information est, par la force des choses, presque une nécessité.
    Google y trouve son compte, nous aussi, en un mot : parfait ! 🙂

  2. Y’en a qui ont du boire des litres de café chez Google pour pondre en 2 jours un outil de « monitoring » !

    Sinon je peux pas m’empêcher de tiquer un peu quand tu dis « Tout cela pour des services gratuits. »
    Il faudrait plutôt dire « pour des services financés par la pub », car Google est TRES rentable et dire « service gratuit » peut donner un peu l’impression d’un service bénévole de la part de Google pour le néophyte…

  3. Eric, il est bien évident que ce tableau de monitoring existait déjà bien avant la panne de GMail, à usage interne, et sous une forme évidemment bien plus riche et détaillée que ce qui nous est donné à voir aujourd’hui.

    La seule nouveauté, c’est simplement que Google a décidé de publier une synthèse, et en a donc fait une petite page web pour le grand public 🙂

  4. hier c est ce que j ai dit tout pareil
    rajoutant que c est un peu le coté mediocre du web 2 se voulmant les as de la com et communicant comme une huitre la veille du jour de l an sur la plupart des site nouvelle economie
    la ils ont dit tout de suite
    par contre l affolement geek sur ce coup demontre quand meme une certaine betise deconnecté du millieu

  5. Eric

    @Pierre Col :
    Bien sûr j’imagine bien qu’ils ont quelques outils de monitoring chez Google 🙂
    Mais justement ça n’enlève rien à leur réactivité, je ne suis pas sûr que beaucoup d’entreprises en feraient autant.

  6. Bonjour Eric,

    Google a été effectivement réactif même si le projet était lancé depuis plusieurs mois et que la sortie du tableau de bord était de toute façon très imminente.

    Rappelons cependant que Google n’est pas (pour une fois) le premier à lancer un tel service. Par exemple, Amazon propose à ses clients un service similaire : AWS Service Health Dashboard (http://status.aws.amazon.com/). Mieux, n’importe qui peut connaître l’état des principaux services d’Amazon Web Services, minute par minute (mais aussi jour par jour) et s’inscrire au Flux RSS de son choix (ce qui ne fonctionne pas encore chez Google puisqu’on a droit à un superbe « coming soon » sur le flux).

    La transparence des services pour ceux qui évoluent dans le nuage (cloud computing) me semble primordiale pour accroître leurs réussites et favoriser l’adhésion des professionnels (surtout européens) dans le monde du « As a Service ». L’initiative médiatique de Google va probablement en faire réagir plus d’un..

Répondre