Intelligence artificielle : Facebook dope ses investissements en France

La numéro deux de Facebook, Sheryl Sandberg a fait de nombreuses annonces à l’occasion de sa venue à Paris. Petit tour d’horizon des plus importantes, notamment dans le domaine de l’intelligence artificielle.

IA : Apple rejoint Partnership on AI

Alors que la France se rêve en champion mondial de l’intelligence artificielle, Facebook pourrait bien lui apporter un renfort inattendu. Le réseau social a décidé d’investir 10 millions de dollars supplémentaires dans son laboratoire parisien dédié à l’IA : Facebook AI Resarch (FAIR). Cela permettra de recruter 30 doctorants de plus (contre 10 aujourd’hui) et de doubler le nombre de chercheurs et d’ingénieurs travaillant sur place.

Facebook continue de miser sur l’Intelligence Artificielle à Paris

« Nous avons créé FAIR en 2013 avec des objectifs ambitieux : faire avancer la science de l’intelligence et développer des technologies applicables en pratiquant la recherche ouverte. La France joue un rôle moteur dans la recherche mondiale en intelligence artificielle, et notre rôle est de donner des clés de réussite à la communauté qui fait rayonner la recherche française dans le monde. Je suis très fier de notre engagement toujours plus important pour accélérer la recherche française et européenne en intelligence artificielle » détaille le Français Yann Lecun, Chief Scientist pour FAIR.

Si les annonces sur l’IA attirent bien sûr plus l’attention, c’est le partenariat avec Pôle Emploi qui pourrait avoir le plus d’impact. En effet, d’ici l’an prochain, Facebook va former 65.000 chômeurs aux compétences basiques du numérique. On manque encore de détails sur le contenu réel de cette formation bien sûr, mais on peut imaginer que cela ira au-delà d’un simple atelier de plusieurs heures pour actualiser un CV.

Au rayon des autres projets, on trouve le financement de 10 serveurs de « dernière génération » pour des organismes de recherches et des start-ups. L’objectif ? Aider ceux qui ont des besoins importants en puissance de calcul mais pas les moyens de le financer. Attention à ne pas se réjouir trop vite toutefois, la France est encore loin d’être le siège européen de Facebook. C’est le Royaume-Uni qui revendique ce titre avec environ 2.300 salariés à prévoir pour fin 2018.


Un commentaire

  1. De la recherche pure sans aucune application commerciale, l’unique et seule condition pour toucher du crédit impôts-recherche en France…

Répondre