La 3G au sommet de l’Everest, on n’est plus tranquille nulle part

Avant, quand on atteignait un point de saturation à force d’être hyper-connecté au point de passer près des trois quarts de ses journées et de ses nuits sur internet, le remède était simple : hop, un petit trekking dans l’Anapurna, une escalade du K2 et on était désintoxiqué pour quelques semaines. Loin de tout, et

Avant, quand on atteignait un point de saturation à force d’être hyper-connecté au point de passer près des trois quarts de ses journées et de ses nuits sur internet, le remède était simple : hop, un petit trekking dans l’Anapurna, une escalade du K2 et on était désintoxiqué pour quelques semaines. Loin de tout, et du web, surtout.

Mais ce privilège va aussi bientôt être à ranger au rayon des souvenirs puisque la société népalaise Ncell, spécialisée dans le déploiement de réseaux mobiles et filiale du suédois TeliaSonera vient d’annoncer qu’une antenne-relais 3G avait été installée à proximité du village de Gorakshep, dans un des camps de base du Népal, à 5200 mètres d’altitude. Selon l’opérateur, le signal peut être capté au somment de l’Everest, à 8848 mètres, avec une qualité qui permettrait même de faire des appels vidéo.

C’est certainement une bonne nouvelle pour tous les alpinistes et explorateurs qui souhaitent rester en contact avec leur base et leur famille, et transmettre en direct images et impressions de leur expédition. Une bonne nouvelle également pour leur sécurité puisqu’ils pourront plus facilement envoyer des SOS en cas de problème, sans avoir à s’équiper de lourds dispositifs satellite.

Une moins bonne nouvelle pour l’esprit d’aventure et la tranquillité forcée qu’induit le fait de ne pas pouvoir accéder au web ou téléphoner pendant quelques jours.

Cela étant, pour être complètement coupé d’un réseau 3G, il n’est pas nécessaire d’être dans un coin reculé du globe, puisque ces derniers sont de plus en plus connectés. Non, il suffit de venir dans ma rue, au cœur de la bonne ville de Lyon, où nous vivons dans une zone blanche depuis que le GSM existe puisque ni le réseau SFR ni celui d’Orange ne sont disponibles sur quelques dizaines de mètres-carrés. Ceux qui cherchent à me joindre sur mon mobile quand je suis à mon bureau savent de quoi je parle.

C’est mon petit Everest à moi. Enfin, c’était. Sinon il y a le train, aussi , et l’avion. Mais plus pour très longtemps.


Nos dernières vidéos

17 commentaires

  1. Mais vous découvrez la mondialisation !!!
    Et presque partout les ondes nous inondent… même dans le Lot ils ont réussi en 2009 à nous ajouter des antennes pour supprimer les points noirs… heureusement les arbres en laissent quelques-uns… quelques maisons épargnées…

  2. Effectivement, ce sera surement bien utile pour ce sport dangereux qu’est l’escalade. Rassurer les familles inquiètes, c’est plutôt une bonne chose.

    Autre solution sinon pour les vrais aventuriers : ne pas prendre son portable/ordinateur etc… 🙂

  3. Qui dit présence d’un réseau ne signifie pas pour autant recevoir des communications… Bah oui, il faut quand même un appareil. On peut choisir ou pas de le prendre avec sois. Je crois ne pas encourir la peine de mort si je laisse mon iPhone à la case lorsque je pars en ballade. Que ce soit pour cueillir des champis ou bien conquérir des sommets. Par contre, l’aspect sécurité en cas de problème est non négligeable. D’autant que de plus en plus de monde (peu expérimentés) se lancent dans ce type d’ascension…
    Reste à connaitre la raison première qui a amené cette société à mettre en place ces installations…

  4. Cette nouvelle a été mal comprise du monde entier. Personne n’a su analyser le besoin réel pour les secours d’avoir un relais efficace avec le monde afin d’organiser les recherches, permettre aux grimpeurs de garder le contact jusque dans les pires moments. Je crois qu’il y a quinze MORTS chaque année parmi les grimpeurs de l’Everest. Grimper l’everest n’a rien à voir avec un petit délire de bobo en mal de 3G, faut pas délirer.

  5. euuh … ya un autre truc pour se couper du net …
    le bouton power de ton ordi, et de ton tel …
    C’est un peu comme arrêter de fumer… Tu peux toujours te coller un autocollant apple sur le bras en guise de patch 🙂

  6. Mouais.
    Il y a le mode avion aussi.
    Il y a même, si, si, un commutateur marche/arrêt sur les téléphones.
    Enfin, il y a toujours l’effet tunnel : chhh froucchhh allo ?
    🙂
    Db

  7. Bonne nouvelle pour les victimes des hautes montagnes. Pour le reste, je pense qu’il faut savoir soi-même se couper du monde de temps en temps, et ce, même si la possibilité de s’y connecter existe. Finalement, ce n’est donc qu’une question de volonté 😉

  8. Pingback: Connexion à internet : jusqu’où ? | adhumi

  9. Et y a t-il encore quelqu’un qui s’étonne qu’une personne sur 2 choppe le cancer? ou la grippe I phone? mdrrrrrr

  10. Pingback: Le pouvoir d’internet

  11. Pingback: Voyages : L’Inde du Nord

  12. En effet, les morts sur le dernier tronçon sont nombreux (http://godheadv.blogspot.com/2.....erest.html), mais désormais nous pourrons tous guetter le « devinez d’où je Twitte ? Du toit du monde, GG! ».

    Sinon, en France, dès qu’on est dans une combe ou derrière un pic, ça capte rien, c’est toujours libre de toute pollution électronique !

Send this to a friend