Le SEO serait-il (enfin) mort ?

L’annonce de la « mort du SEO » revient tel un marronnier dans le petit monde des référenceurs. Une très sérieuse étude du site ahrefs annonce quant à elle la mort de ce qu’on nomme « on page » SEO, à savoir l’optimisation d’une page pour le référencement. Qu’en est-il réellement ? Nous vous donnons notre avis dans un tout aussi sérieux article.

la mort du SEO

Derrière ce titre racoleur (qu’on assume) se cache une étude très sérieuse réalisée par l’équipe d’ahrefs, service en ligne permettant de mesurer ses backlinks et d’autres indicateurs très utiles au référenceur.

Pour être exacte, ahrefs indique que c’est le SEO « on page » qui serait mort, c’est-à-dire les actions d’optimisation d’une page dans le but de se positionner dans les moteurs de recherche. Ces actions d’optimisation concernent plusieurs éléments et font partie des « bonnes pratiques » SEO préconisées par tout consultant SEO digne de ce nom à savoir :

  • balise title
  • structure de page Hx
  • url des pages
  • nom de domaine
  • temps de chargement de la page
  • https ou http
  • longueur du contenu
  • liens externes
  • etc…

Bref, tous les éléments qu’un référenceur peut optimiser ne seraient finalement pas suffisants pour se positionner dans le moteur de recherche Google..

La méthodologie ahrefs

2 millions de requêtes ont été analysées pour les besoins de l’étude. 2 millions (rien que ça) de mots clefs aléatoires recherchés sur Google pour étudier des résultats qui concluent à l’impitoyable sanction : « On page SEO » is dead !

Tout au long de l’étude, ahrefs rappelle qu’il ne faut pas confondre causalité et corrélation (ou « Cum hoc ergo propter hoc » pour les plus latinistes d’entre vous) et démontre, schéma à l’appui, le peu d’impact de l’optimisation des éléments « on page » sur le positionnement.

La conclusion de l’étude

La conclusion de cette étude ? Les backlinks seraient toujours plus efficace que l’optimisation « on page ». On n’en attendait pas moins d’un service en ligne qui analyse les backlinks. Mais l’auteur ajoute qu’un contenu pertinent serait plus efficace que les backlinks. Et l’optimisation « on page » ne fonctionnerait que lorsqu’il y a un manque de contenu et de backlinks.

Bref, vous l’avez compris, contenu pertinent + optimisation « on page » + backlinks et vous avez là un site de qualité avec tout le potentiel pour se positionner sur les requêtes les plus concurrentielles sur Google.

Pour lire l’étude en entier (en anglais) cliquez-là

 

 


Nos dernières vidéos

15 commentaires

  1. Même pas peur.

    Je continuerai à pondre de belle fiche produit avec title, contenu (non dupliqué), Hn, etc… Pour les backlinks c’est un peu plus compliqué je l’avoue, une fois qu’on a fait le tour des meilleurs annuaires, bah faut chercher du link ailleurs, pas facile.

    • Eric

      Corrigé (pour la petite histoire le créateur de #bescherelletamere était notre voisin de co-work, comme quoi…)

    • Marie Pourreyron

      Oups ! Eric a été plus véloce que moi pour corriger cette faute que je ne fais en général jamais. Bref, je vais me coucher plus tôt désormais pour éviter cela 🙂 merci de votre compréhension !

  2. C’est tellement mieux les backlinks sur des sites bien optimisés on-page SEO. Et ahrefs a bien intérêt à insister sur les backlinks également !

  3. Il sont revenu sur leur article et finalement n’ont laissé que les données factuelles d’analyse.

    C’est toujours débile de dire : il faut ca mais ça, ça y’a moins d’impact, c’est pas parcque vous avez un cerveau que vous n’avez pas besoin de jambes pour aller pisser, par exemple.

  4. expérience me montre que le onpage SEO est loin d’être mort. Cependant, sans surprise, l’architecture du site et son contenu est bien plus important que le reste.

    Je rejoins totalement l’avis de Jessy qui a très bien illustre la situation avec une belle métaphore.

  5. Il y a optimisation “On page” et optimisation “On page”. Ce qui marche toujours, c’est les Rich Snippets qui eux influenceront l’affichage des détails directement sur Google (ex: notation, temps de cuisson, horaires d’ouverture…), donc, peuvent influencer directement l’internaute à cliquer sur un lien plus qu’un autre. Par contre, depuis Humming Bird et RankBrain, c’est sur que pas mal de techniques sont maintenant obsolète voir penalisante (ex: keywords stuffing et autre phrases avec des mots de liaison manquant ou ponctuation oublié…). Bref, le SEO n’est pas mort, il évolue, comme d’habitude 😉

  6. SEO a vécu si longtemps. Et pas de doute qu’il est encore vivant . Cependant , il a obtenu un peu faible , en raison du fait que Social Media Optimization ( SMO ) reprend sa place . Avant , il a fallu seulement une quantité décente de contenu et un couple de liens retour pour obtenir un meilleur classement dans les moteurs de recherche , mais maintenant le scénario a changé . SEO est devenu une plate-forme plus centrée sur le client en termes de vitesse du site , le contenu , l’autorité de domaine , la compatibilité multi-plateforme , et d’autres aspects .

  7. Dans le doute, faisons du SEO on-site, du backlinks, du contenu propre, de l’opti technique… et adaptons-nous sans cesse aux nouveautés de l’algorithme de notre moteur de recherche préféré 🙂 Quel beau métier quand même que le SEO !

  8. Merci Marie pour cet article et étude de Ahrefs.
    Il est vrai que tous les 6 mois on peut lire que le SEO est en perte de vitesse et condamné à terme.
    Cependant, lorsque l’on observe les dépenses marketing des annonceurs, le référencement naturel ne cesse de voir ses investissements augmentés. Ce levier me semble plus que jamais pertinent car il permet à un annonceur de développer sa visibilité sur le long terme. A contrario du SEA par exemple..
    De plus le SEO englobe de plus en plus de facettes (RP, Social, etc).
    La base d’un bon référencement reste la même : technique + contenu + netlinking.

    Au plaisir d’en discuter.

Répondre