La note de Nokia dégradée par une agence de notation

Elle est loin, très loin, l’époque où la firme dominait le marché des mobiles durant les années 2000. Et pour preuve : l’agence de notation Moody’s a, ce mercredi 27 juillet, mis Nokia un peu plus dans la difficulté, en dégradant sa note à Baa2.

Article rédigé par Kevin Verger, ex-rédacteur sur Sharknews, prochainement étudiant en histoire, et (bien sûr) passionné de high-tech.

Elle est loin, très loin, l’époque où la firme dominait  le marché des mobiles durant les années 2000. Et pour preuve : l’agence de notation Moody’s a, ce mercredi 27 juillet, mis Nokia un peu plus dans la difficulté, en dégradant sa note à Baa2.

Pour rappel, les agences de notation sont des organismes ayant pour but de noter des entreprises (voire des pays) sur différents critères : environnemental et financier principalement. C’est de ce dernier critère dont s’occupe Moody’s. Ainsi, sur une échelle qui lui est propre (qui va de Aaa pour le « mieux » à C pour le moins bien), Moody’s donne des notes aux grandes boîtes, à traduire par « bonne situation financière, crédits sécurisés » ou par « finances pourries, crédits risqués » selon les cas.

Wolfgang Draack, un des vice-présidents de Moody’s, explique cette décision de baisser la note « par la baisse de compétitivité de l’offre de smartphones de la plate-forme Symbian ». En d’autres termes, Nokia aurait tout intérêt à innover, voire à mettre au placard l’OS Symbian, qui ne fait plus le poids face à iOS, Android, ou même Windows Phone 7. C’est d’ailleurs en ce dernier que la firme finlandaise a vu, dès février 2011, une opportunité de remonter la pente. Malheureusement, l’accord entre Nokia et Microsoft n’a pas prévu de porter ses fruits avant la fin d’année.

Rappelons qu’au 2ème trimestre de 2010, Nokia affichait un bénéfice de 227 millions. Cette année à la même période, soit seulement 1 an plus tard, c’est 368 millions d’euros de perte qui les font souffrir ! Et cette dégradation de note qui s’ensuit risque de placer Nokia dans une sorte de cercle vicieux, à l’image de la crise grecque, pas à la même échelle certes, mais dans un système similaire, dans lequel les marchés financiers, à la vue de cette note en baisse, délaisseront Nokia, freinant indirectement son innovation… et c’est le serpent qui se mord la queue.

Au final, ces deux crans de perdus interviennent logiquement, et sûrement sans grande surprise pour Nokia, qui s’est déjà vu récemment être dégradé par les 2 autres plus grosses agences de notation (Standard & Poor’s et Fitch Ratings). Il ne reste plus qu’à attendre la fin de l’année pour voir la réaction de Nokia avec WP7, puisque qu’il semblerait que ce soit leur seule solution envisagée pour sortir la tête de l’eau.


Nos dernières vidéos

8 commentaires

  1. Depuis la chute de Lehman, les agences de notations semblent être devenu un sujet d’intérêt.

    Néanmoins c’est un sujet qui demande une grande rigueur dans son traitement. J’ai l’impression que les approximations sont ici nombreuses (même si j’apprécie la tentative d’aborder le sujet)

     » Moody’s donne des notes aux grandes boîtes, à traduire par « bonne situation financière, crédits sécurisés » ou par « finances pourries, crédits risqués » selon les cas. »
    Les agences de notation ne notent pas des sociétés, elles notent la qualité des emprunts émis par les sociétés (on parle de signature). De plus, les agences de notation sont payées par les boites en question pour émettre les notes. Ces détails sont importants

    « Pour rappel, les agences de notation sont des organismes ayant pour but de noter des entreprises (voire des pays) sur différents critères : environnemental et financier principalement »
    Les agences de notation n’attribuent en aucun cas leur note sur le critère environnemental « principalement », mais bien sur l’évolution globale de risque de l’entreprise a être capable ou non de rembourser son prêt.

    « Nokia dans une sorte de cercle vicieux, à l’image de la crise grecque, pas à la même échelle certes, mais dans un système similaire, dans lequel les marchés financiers, à la vue de cette note en baisse, délaisseront Nokia, freinant indirectement son innovation… et c’est le serpent qui se mord la queue. »
    Le marché ne va pas délaisser Nokia surtout que Baa2 n’est pas catastrophique, cela va juste obliger Nokia à offrir une meilleur rémunération sur ces emprunts.
    Le parallèle avec la Grèce est étonnant vu que nous ne sommes pas du tout dans l’éventuellement d’un défaut de paiement de Nokia.

    Si la finalité de l’article est de souligner les difficultés stratégiques de Nokia, certes, mais faisons le bien

  2. Je m’étonne toujours de constater comment Nokia, alors qu’il représentait il y a quelques années l’un des meilleurs fabricants de mobile, a pu sombrer de cette manière et perdre toute cette avance.

    J’ai mes meilleurs souvenirs de mobiles « connectés » sur des Nokia (E71, E51 etc), et aujourd’hui aucun modèle Nokia actuel n’a su me séduire pour l’utiliser au quotidien.

    C’est vraiment dommage de voir cette firme sombrer peu à peu sans savoir vraiment pourquoi…

  3. J’ai du mal à saisir, c »est sérieux cette histoire ?
    Nokika va mal ça on le sait mais une agence de notation sur une entreprise ?
    Moi pas malin désolé :p

  4. Nokia ont mis très longtemps à comprendre que symbian ne fait pas le poids face aux concurents, ios android et wp7. Après avoir investit dans un N97 dont j’ai était TRES déçu et je n’en suis pas le seul à en croire les nombreux témoignage sur le web je me suis tourné vers android dans un premier temps sur un petit wildfire de htc pour récemment succomber au Galaxy S2. Et y’a pas à dire mais niveau ergonomie c’est le top ! J’espère pour nokia que WP7 va réussir à simposer !

Répondre