Suivez-nous

Tech

La viande cultivée en laboratoire pourrait être pire pour l’environnement

La viande cultivée en laboratoire pourrait avoir des conséquences mal estimées sur l’environnement.

Il y a

le

De la viande artificielle dans nos assiettes

Le problème du long terme de la viande cultivée

On le sait, la viande a un terrible impact environnemental. La pollution liée à notre consommation de carnivores représente une large part des gaz à effets de serre. Faute de vouloir tous devenir végétariens du jour au lendemain, on a cru que la solution pourrait venir de la viande conçue en laboratoire. Des entreprises ont mis au point des faux steaks réalistes afin de nous convaincre.

Mais une étude publiée par des chercheurs d’Oxford montre que l’effet à long terme sur l’environnement de la viande cultivée en laboratoire pourrait en fait être pire.

Demain tous végétariens ?

Concrètement, les élevages de ruminants rejettent beaucoup de méthane alors que les laboratoires rejettent eux plus de CO2. Le méthane est 25 fois plus puissant pour ce qui est du réchauffement de l’atmosphère, mais son effet ne dure qu’une douzaine d’années. Pour le CO2, son effet, se mesure à plus d’un siècle. Pour les calculs à long terme, le CO2 est donc beaucoup plus nocif.

 La viande de synthèse impacte moins le réchauffement climatique dans un premier temps, mais l’écart avec l’élevage de bovins se resserre sur le long terme (1 000 ans), et dans certains cas, la production de bœuf traditionnelle impacte moins le climat, vu que les émissions de méthane, contrairement à celles de CO2, ne s’accumulent pas

précisent ainsi les chercheurs. De quoi faire de la viande de bœuf un véritable luxe. Qu’elle soit naturelle ou conçue dans un laboratoire. A moins que l’on ne trouve une nouvelle alternative… Et en attendant, si vous avez besoin de vous rappeler pourquoi ce soir vous devriez manger une salade et pas un steak, on vous laisse avec BBQ Song, la chanson de Greeenpace imaginée pour dénoncer la surconsommation de viande.

Source

3 Commentaires

3 Commentaires

  1. Quentin

    22 février 2019 at 10 h 42 min

    Ça omet le fait que la viande il faut la nourrir et donc raser des forêts (c’est responsable d’une bonne partie de la déforestation de l’Amazonie) pour faire pousser leur nourriture (qui faut irriguer pour la faire pousser). Donc si on prend en compte tout l’impact environnemental de la viande, la viande en laboratoire n’est pas encore une solution à exclure…

    • Pierre

      25 février 2019 at 13 h 44 min

      Et la culture du quinoa ou autre céréale n’a aucun impact sur l’environnement peut-être ? Et admettons que demain nous cessions de manger de la viande et qu’on laisse moutons, vaches, canards etc issues de l’élevage à l’état sauvage et en supposant qu’ils arrivent à s’adapter au milieu sauvage après des générations sous domestication vous pensez vraiment que cela n’aura aucun impact sur l’environnement et la bio-diversité ?! Et comment protéger les cultures ? On fait comme avec les loups, on les abats à vue ?!

  2. Phil

    25 février 2019 at 8 h 53 min

    Tricatel, on y est.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests