Suivez-nous

Salons et conférences

Le CES 2020, vitrine de la ville de demain

Cette année, le CES aura été placé sous le signe de la smart city.

Il y a

  

le

 
CES 2020
© Presse-citron.net

Avec plus de 4 500 exposants et 170 000 visiteurs, l’édition 2020 du CES a marqué les esprits. Des plus jeunes startups jusqu’aux plus grands groupes, les innovations présentées ont couvert toutes les thématiques avec toujours le même mot d’ordre : rendre le monde meilleur.

Parmi les grandes tendances de cette édition 2020, la 5G, la smart city et la mobilité urbaine ont été au centre de toutes les discussions. Valérie Levkov, SVP Afrique et Moyen-Orient pour le groupe EDF note l’émergence de tendances fortes dans tous ces secteurs : « l’une d’entre elles est l’utilisation des données : on passe de l’ère où on allait chercher les données à l’ère où on développe des algorithmes pour offrir de nouveaux services, toujours plus orientés clients ».

La 5G, incontournable du CES 2020

Alors qu’elle commence tout juste à être déployée aux États-Unis, la 5G a animé le débat toute la semaine à Las Vegas. Le CES 2020 a rassemblé tout l’écosystème – avec notamment les opérateurs télécoms américains qui sont venus en nombre pour défendre cette avancée technologique.

Face à l’explosion des volumes de données et face au besoin de rapidité de la transmission des informations, la 5G se présente comme la solution adaptée à ces nouveaux usages. La technologie est 100 fois plus rapide que la 4G, et permet d’éviter le passage (chronophage) par un serveur distant. Avec un tel débit, la 5G devrait révolutionner bon nombre de secteurs à l’instar de l’IoT ou encore l’intelligence artificielle.

5G

La 5G dans le ciel de Las Vegas © Presse-citron.net

Outre les nombreux smartphones et ordinateurs en 5G qui ont été dévoilés lors du CES, la technologie devrait soutenir le développement de la mobilité urbaine – et par extension des villes intelligentes. Le meilleur exemple d’application dans la mobilité urbaine est probablement l’opérateur sud-coréen SK Telecom qui a profité du CES pour dévoiler un système de cartographie baptisé « Road Learner ».

Alimenté par des capteurs posés sur des voitures, le dispositif collecte et analyse en temps réel les informations sur la circulation grâce à la 5G. Avec sa solution, l’opérateur veut ainsi poser les bases d’une infrastructure qui permettra aux voitures autonomes de circuler dans Séoul.

La Smart City dévoile ses plans

Annoncée comme le remède aux défis de la ville moderne, la « smart city » veut faciliter la vie de ses citoyens en s’appuyant sur les algorithmes. Mobilité, santé, trafic ou qualité de l’air – autant de problématiques auxquelles sont confrontées les villes du XXIe siècle – et qui ne pourront disparaitre qu’à l’aide de technologies plus durables.

Le marché commence à s’organiser pour répondre à ces besoins du futur : cette année, le nombre d’exposants au CES impliqués dans la smart city a cru d’environ 25%. Alexandre Perra, Directeur Exécutif Innovation, Stratégie et RSE du groupe EDF appréciait la qualité des projets présentés sur le salon : « aujourd’hui, on constate une vraie tendance à chercher des solutions pour résoudre les problèmes du quotidien. Pour les startups, EDF leur donne la possibilité d’accélérer et de passer à une échelle supérieure ».

Le PDG de Toyota, Akio Toyoda, a fait le déplacement à Las Vegas pour dévoiler les plans du groupe en matière de ville intelligente. Baptisé « Woven City », le premier projet du constructeur automobile servira de prototype pour la ville de demain. Selon les premières indications, il sera construit sur un ancien site industriel de Toyota, au pied du Mont Fuji.

Toyota a profité de la vitrine du CES pour inviter les entreprises intéressées à venir contribuer au projet : le constructeur automobile compte sur des partenaires pour mettre en place une infrastructure connectée qui permettra de faire communiquer les personnes, véhicules et bâtiments entre eux. Le PDG du géant nippon précise : « ce site contrôlé permettra de tester des véhicules autonomes, le MaaS, la robotique et l’IA dans un environnement réel ».

La Woven City ne va pas sans rappeler quelques projets menés à bien par le français EDF, à l’instar de Sanya en Chine ou encore Singapour – qui reste aujourd’hui un exemple en matière de ville intelligente. Celle-ci peut se féliciter d’être « responsable, bas carbone et connectée », les trois mots d’ordre d’EDF pour caractériser une smart city.

Sans trop entrer dans les détails, le Président et Samsung Consumer Electronics, H.S. Kim, a également dévoilé les ambitions du groupe en matière de smart city. Dans une Keynote en amont du CES, l’homme fort coréen a déclaré que la prochaine décennie serait celle des expériences (« Age of Experience »). Il présage des innovations hardware et software centrées autour de l’humain qui « rendront le quotidien plus agréable et plaisant ».

Parmi les exemples évoqués lors de la conférence, Samsung s’est dit très favorable au développement du « Mobility as a Service » (MaaS) pour faciliter le déplacement en zone urbaine. Il ne s’est toutefois pas étendu sur son implication dans la thématique.

Mobility as a service

Keynote Samsung CES 2020 © Presse-citron

Réinventer la mobilité urbaine

Pendant des années, la présence des constructeurs automobiles au salon de Las Vegas était timide – voire symbolique. Aujourd’hui, le discours a complètement changé avec l’automobile et l’électronique qui sont deux thématiques indissociables. La technologie embarquée se montre toujours plus présente dans les véhicules, et le CES semble être devenu l’endroit idéal pour présenter ses nouveautés. Yannick Duport, Directeur Mobilité Électrique du groupe EDF résume la tendance de fond en matière de mobilité : « la mobilité du futur, c’est une mobilité plus autonome, plus connectée, plus partagée et bien sûr une mobilité électrique ».

Parmi les grandes surprises du CES, Sony a créé la sensation en dévoilant un concept de berline entièrement électrique : la Vision-S. Le japonais a voulu mettre en lumière son expertise technologique dans le domaine de la mobilité avec un véhicule équipé de 33 capteurs différents (CMOS, Lidar, radar). Ce concept car pourrait rapidement évoluer à l’en croire les déclarations de Sony puisqu’il serait en « bonne voie pour acquérir le niveau 2 d’autonomie ».

Si l’on ne sait pas encore si cette automobile sera produite à plus grande échelle dans le futur, cette stratégie serait en ligne avec le marché des véhicules autonomes et semi-autonomes qui devrait représenter 13 % des ventes de véhicules neufs dans le monde en 2025, et près de 25 % en 2035 selon une étude publiée par le BCG en 2018.

Sony Vision S

Sony Vision S © Presse-citron.net

Rouler à l’électrique est devenu une réalité, et le pionnier Tesla a pu découvrir une énième vague de concurrents au CES. Le groupe FCA a dévoilé 3 modèles hybrides rechargeables dans sa gamme historique : la Jeep Wrangler 4xe, la Jeep Compass 4xe et la Jeep Renegade 4xe. La société société italo-américaine s’est par ailleurs engagée à lancer plus de 30 modèles électrifiés d’ici 2022 dans le monde. L’un d’entre eux n’est autre que la Fiat Centoventi, un concept qui a été présenté lors du salon de l’automobile de Genève en 2019, et qui devrait circuler dans les années à venir.

Pour soutenir la démocratisation des véhicules électriques, les constructeurs pourront compter sur le soutien d’EDF qui a fait du développement des bornes de chargement et du « smart charging » deux axes clés de son Plan Mobilité Électrique. Dès 2022, le français ambitionne d’atteindre le statut de premier fournisseur européen d’énergie pour véhicules électriques en approvisionnant pas moins de 600 000 véhicules en électricité.

A côté des véhicules électriques, le projet (fou) de taxis volants d’Uber continue d’avancer. L’américain a dévoilé un partenariat avec Hyundai pour son futur réseau de taxis aériens baptisé « Uber Air ». Avec un design proche de celui d’un hélicoptère, cet appareil volant à propulsion électrique pourra atteindre une vitesse de croisière de 290 km/h pour une autonomie de 100 kilomètres maximum. Hyundai s’occupera de la production des véhicules, tandis qu’Uber prendra en charge la logistique et les services.

Uber Air

Uber Air © Presse-citron.net

Plus réaliste, la start-up française Wello nous a présenté son nouveau véhicule électrique baptisé « Family ». Ce vélo cargo possède une autonomie allant de 60 à 100 km et peut être rechargé sur secteur ou à l’aide de ses panneaux solaires. Cette nouveauté s’inscrit dans son objectif de créer des solutions de mobilités urbaines « douces et accessibles à tous, tout en offrant un éventail de services à forte valeur ajoutée« .

Avec son nouveau véhicule, Wello veut désormais s’attaquer au marché du grand public en offrant une alternative plus confortable aux vélos traditionnels. La startup collabore déjà avec des collectivités et des « entreprises comme EDF pour de la livraison et des déplacements sur des sites industriels » comme nous l’explique Arnaud Chereau, fondateur de Wello. Le Family sera disponible sur commande au courant de cette année.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests