Le meilleur de la presse, un blog qui lit les journaux

Voilà le genre d’idée qui me trottait dans la tête, notamment quand j’ai lancé Le Focus : créer une sorte de passerelle entre presse écrite et web. Un site comme Revue2Presse propose déjà une approche intéressante, et Google Fast Flip s’y est collé aussi il y a quelques temps. En version blog, cela donne ce

Voilà le genre d’idée qui me trottait dans la tête, notamment quand j’ai lancé Le Focus : créer une sorte de passerelle entre presse écrite et web. Un site comme Revue2Presse propose déjà une approche intéressante, et Google Fast Flip s’y est collé aussi il y a quelques temps.

En version blog, cela donne ce nouveau site, lancé par Olivier Marone[1] : Le Meilleur de la Presse est un site dans lequel Olivier publie quotidiennement, manuellement et à l’ancienne des extraits des articles de journaux qui ont retenu son attention dans ses lectures quotidiennes.

Une sorte de fil de citations des bonnes feuilles des quotidiens, des hebdos et des magazines français, avec en bas de chaque billet la référence de l’article mentionné (journal, n° de l’exemplaire, date, page), et une façon de montrer que certains internautes, même fortement investis dans le web, les réseaux sociaux et le numérique, n’oublient pas d’acheter et lire de temps en temps des journaux, qui restent des sources d’information, mais également (et peut-être surtout) de réflexion.

Une bonne façon aussi de se faire une petit pige presse quotidienne, même si un petit effort de design pour rendre la chose un peu plus attractive serait aussi le bienvenu. Pour cela, ce blog, qui demande probablement à son auteur un travail important, gagnerait certainement à être plus exhaustif en étant collaboratif, avec plusieurs contributeurs, ce qui permettrait de constituer une véritable archive de l’actualité en presse écrite.

[1] créateur d’Envie d’entreprendre


Nos dernières vidéos

16 commentaires

  1. L’initiative est très bonne. Ca permet aussi de sélectionner ce que l’on souhaite lire quand on recevra son quotidien par porteur à 16h 🙂

  2. Merci beaucoup Eric pour cette mise en avant bienvenue.

    Effectivement – cela me demande pas mal de temps – et le but est de développer le côté collaboratif 😉

    Avis aux amateurs donc !!

    As tu reçu mon mail concernant l’opération pour décembre ? Vinvin, Mry, Deedee, Patrice C, Christophe G,… ont déjà répondu oui ! Et toi ?

  3. Mouai je trouve ca tres light et si on veut vraiment soutenir la presse papier on propose un vrai panorama de presse et on paie la redevance CFC. Sans interet pour moi.

    • Eric

      @Benjamin : je ne suis pas juriste expert en droit d’auteur mais je pense qu’il n’y a pas de problème. La règle de la citation courte avec lien direct vers la référence source est bien respectée. Au pire si le site reçoit du monde les journaux auront des lecteurs en plus.

  4. @Eric. J’ai tenu un site de ce type, mais axé sur une niche thématique. J’ai recu de nombreuses plainte de sites sources alors que je ne reprenais que quelques lignes. J’étais très clair sur l’origine des articles avec tous les liens nécessaires. Mais l’augmentation du trafic des sites sources n’était pas un argument suffisant. Ceci est d’autant plus vrai que les articles sont écrit pas des journalistes qui essaient de gagner leur croute. Dans le cas d’une reprise partielle d’un billet de blog, les choses sont plus souples.
    Je ne suis pas juriste aussi, mais ce que j’avais retenu c’est qu’il faut que la citation courte doit être accompagnée d’un texte qui lui, est issue d’une création personnelle. La citation seule est considérée comme une violation du droit d’auteur.

    • Eric

      @Benjamin : ok, merci pour ces précisions. Si les éditeurs de presse écrite réagissent de la sorte alors que leur modèle est déjà très mal en point, il y a en effet vraiment de quoi être inquiet pour eux…

  5. En droit français, la revue de presse est une exception au droit d’auteur défini par l’article L. 122-5 du Code de la propriété intellectuelle.

    La jurisprudence la restreint strictement à « la présentation conjointe et comparative de divers commentaires émanant de journalistes différents et concernant un même thème ou un même événement ». Le droit de réciprocité a aussi été évoqué lors des débats parlementaires sur la loi du 11 mars 1957 régissant en France le droit d’auteur. Ce droit de réciprocité n’a pas été transcrit dans la loi mais la revue de presse au sens du droit français – consistant à reprendre une partie d’articles ou informations publiées par d’autres et dont ces tiers restent propriétaires – est en fait réservée aux « organes de presse ».

    Les conditions cumulatives indispensables pour prétendre à cette exception au droit d’auteur sont donc:

    * élaboration par un organe de presse, qui ne saurait s’opposer à l’utilisation réciproque de ses propres articles par les autres organes de presse cités pour leurs propres revues de presse;
    * regroupement organisé par thème ou événement: la revue de presse – même si les critères sont moins sévères que pour les ouvrages de compilations définis par le Code de la Propriété Intellectuelle – doit faire montre d’un effort de compilation témoignant d’un travail de classement;
    * respect du droit moral et patrimonial des auteurs: citations courtes qui ne devraient pas dispenser le lecteur de lire l’article original, mention complète de l’auteur et de l’organe source permettant au lecteur de s’y reporter aisément.

    La revue de presse est donc gratuite si son élaboration respecte les critères visés plus haut et ne sont extraits de sources aux supports protégées (base de données, journal électronique): elle ne donne alors pas lieu à redevance pour la reprise des informations ou commentaires.

    Pour répondre à la compilation à usage interne par beaucoup d’entreprises d’articles concernant l’entreprise elle-même ou son domaine d’actitivé, le Centre Français d’exploitation du droit de Copie (CFC) a créé la notion de panorama de presse, assemblage d’articles ou d’extraits d’articles.

    Le panorama de presse, comparable dans sa forme à la revue de presse par sa reprise d’articles ou informations, est par contre soumis à redevance, définie par le CFC agissant comme mandataire des ayants-droit en fonction du nombre d’exemplaires diffusés, de la fréquence et du volume des panoramas de presse. Cette redevance est due chaque fois que les critères cumulatifs ci-dessus ne peuvent être respectés.

    L’autorisation préalable demandée avant reproduction est maintenant tombée en désuétude, la plupart des auteurs et organes de presse préfèrent orienter vers le CFC pour centraliser les demandes.

    L’exception de citation prévue par le Code de la Propriété Intellectuelle peut aussi vous autoriser à reproduire quelques lignes d’un ou plusieurs articles de presse dans vos propres œuvres. Les conditions ici aussi cumulatives pour bénéficier de cette exception sont :

    * courte citation : votre ouvrage ne doit pas dispenser le lecteur de se reporter aux articles originaux (la tendance sur le web est même d’inciter le lecteur par un lien cliquable). La brièveté de la citation s’évalue en fonction à la fois et cumulativement de la longueur de votre ouvrage et de celle de l’œuvre citée ;
    * justification par le caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d’information de votre ouvrage qui doit faire preuve d’originalité et témoigner d’un travail effectif de création ;
    * respect du droit moral de l’auteur : la source et le nom de l’auteur doivent être mentionnés pour chacun des articles cités ; pour les citations sur le web la bonne pratique consiste à écrire en entier le nom de l’œuvre ou de l’organe de presse en faisant un lien sur l’URL correspondante ;
    * non-dénaturation de l’esprit ou de la forme de l’œuvre citée.

    Le critère le plus souvent appliqué par les juges du fond est celui du travail intellectuel effectif ; l’esprit du Code de la Propriété intellectuelle est de respecter les fruits de ce travail intellectuel. Toute action de concurrence déloyale ou de parasitisme sera sanctionnée.

    (cf wikipedia)

  6. merci à ceux qui rappellent (peut-être malgré eux) qu’il existe un métier (obscur peut-être pour la majorité des internautes qui pensent être totalement compétents en recherche d’info), qui consiste à traiter l’info, ça s’appelle documentaliste, ça ne s’improvise pas, on fait des études pour ça (si si, dingue non ?). Et malgré twitter, facebook, google, les entreprises en embauchent encore…. et si en fin de compte, une simple connexion internet ne suffisait pas pour être info-compétent ?
    Attention à bien différencier amateur et professionnel quand même, on ne vit pas encore d’amour et d’eau fraîche, vous tous les premiers !

  7. Pingback: Internet & Presse Papier: Ami ou Ennemi ?

  8. Excellente initiative.
    Pour ma part, j’utilise Google actualités qui résume déjà pas mal les dernières actu du moment en direct. Cependant, Google fait des liens vers des articles en ligne. Avoir des mises en avant de certains articles de presse écrites apporte un plus.
    Je vais m’intéresser à ce blog de plus près!

Répondre