Le Museum of Modern Art va accueillir 14 jeux vidéo

« Le jeu vidéo est-il un art ? ». À en croire Wikipedia, l’art serait « une activité humaine, le produit de cette activité ou l’idée que l’on s’en fait, s’adressant délibérément aux sens, aux émotions et à l’intellect ». À méditer. Toujours est-il que la question ne laisse pas indifférent et est source de débat. Le Musée d’Art Moderne de New York, lui, a tranché, en faisant de la place dans ses locaux à 14 titres emblématiques de la culture geek.

« Le jeu vidéo est-il un art ? ». À en croire Wikipedia, l’art serait « une activité humaine, le produit de cette activité ou l’idée que l’on s’en fait, s’adressant délibérément aux sens, aux émotions et à l’intellect ». À méditer. Toujours est-il que la question ne laisse pas indifférent et est source de débat. Le Musée d’Art Moderne de New York, lui, a tranché, en faisant de la place dans ses locaux à 14 titres emblématiques de la culture geek.

Le MoMA (Museum of Modern Art) de New York a annoncé sur son site en fin de semaine dernière avoir fait l’acquisition de 14 jeux vidéo et que ceux-ci seront exposés à partir de mars prochain. D’autres suivront, comme Space Invaders, The Legend of Zelda et même Street Fighter II. Que les septiques se rassurent, GTA n’est pas (encore) en lice pour rejoindre le rang des oeuvres d’art. Voici les premiers jeux retenus :

  • Pac-Man (1980)
  • Tetris (1984)
  • Another World (1991)
  • Myst (1993)
  • SimCity 2000 (1994)
  • vib-ribbon (1999)
  • The Sims (2000)
  • Katamari Damacy (2004)
  • EVE Online (2003)
  • Dwarf Fortress (2006)
  • Portal (2007)
  • flOw (2006)
  • Passage (2008)
  • Canabalt (2009)

 

À travers ce choix, non seulement le MoMA affirme haut et fort que oui, le jeu vidéo peut être considéré comme un art, mais il le traite aussi comme une oeuvre « traditionnelle ». Il étudie et sélectionne les jeux vidéo sur des critères précis, comme l’esthétique bien sûr, mais aussi l’architecture (en l’occurrence, son code source). De plus, de la même manière qu’une peinture ou un film touche le destinataire, le jeu vidéo est directement lié au joueur et l’impact qu’il a sur celui-ci constitue un autre critère de sélection.

Ainsi donc, le musée s’est efforcé de rassembler les jeux et les consoles qui vont avec afin de proposer à ses visiteurs de découvrir (ou redécouvrir) ces perles vidéoludiques. En fonction du temps que requière chaque jeu et de l’état des jeux recueillis, les visiteurs auront accès à des versions limitées ou intégrales (une partie de Tetris ou de Pacman ne nécessitant que quelques minutes), via les originaux ou des émulations.

Ces titres historiques qui envahissent ce MoMA de New York s’inscrivent dans une dynamique d’acceptation du jeu vidéo comme étant un véritable objet culturel, n’en déplaise à certains irréductibles. Il y a tout juste un an, le Grand Palais accueillait (avec grand succès) l’exposition « Game Story ». L’originalité cette fois semble résider dans la place permanente qui est réservée à ce « 10ème art ».

(source ; images)


4 commentaires

  1. Je trouve très intéressant qu’une enseigne comme le MoMA s’ouvre vers les jeux vidéos.
    Pour information, l’exposition de jeux vidéo comme un art a été lancée à plus grande échelle par le Smithsonian Museum: http://americanart.si.edu/exhi.....hive/2012/
    Des sondages avaient été faits pour demander selon les différentes générations quels jeux étaient considérés comme de l’art. L’exposition s’est terminée en septembre dernier.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Presse-Citron 2005 - 2018 | A propos | Contact | Site hébergé par Cognix Systems | Informations sur les cookies