Le PDG de Lenovo laisse son bonus à ses employés !

Le PDG de Lenovo, Yang Yuanqing a pris la décision de distribuer son bonus de 3 millions de dollars à ses 10 000 salariés les moins biens rémunérés. Lenovo en bonne forme ! Le geste est symbolique mais n’en reste pas moins inhabituel et bien venu en ces temps de crise, Yang Yuanqing a donc

Le PDG de Lenovo, Yang Yuanqing a pris la décision de distribuer son bonus de 3 millions de dollars à ses 10 000 salariés les moins biens rémunérés.

Lenovo en bonne forme !

Le geste est symbolique mais n’en reste pas moins inhabituel et bien venu en ces temps de crise, Yang Yuanqing a donc décidé de laisser sa prime de trois millions de dollars qu’il avait obtenu en raison des très bons résultats de Lenovo.

En effet, malgré le contexte économique difficile et un marché PC qui semble marquer le pas, concurrencé notamment par les appareils mobiles, la firme chinoise Lenovo tire son épingle du jeu en s’installant, fin 2011, à la deuxième place des fabricants de PC; juste derrière HP qu’il pourrait cependant rattraper d’ici la fin de l’année 2012 selon certains analystes.

Cette réussite se traduit évidemment par des résultats (PDF) en forte hausse, le chiffre d’affaires de 29,574 milliards est en progression de 37% sur un an pendant que son bénéfice net affiche une hausse de 70% pour s’établir à 473 millions; ces résultats s’expliquent notamment par la place de Lenovo sur le marché chinois (32% de parts de marché).

C’est donc sans surprise que le PDG s’est vu attribué un bonus important mais contrairement à ce que l’on voit habituellement ce bonus ira aux employés ! Plus particulièrement aux 10 000 employés les moins bien payés, généralement ceux qui travaillent sur les chaines de montage. Après conversion, chaque salarié touchera environ 260 € soit 2 000 yuans, un montant légèrement inférieur au salaire moyen mensuel constaté dans les usines d’assemblage en Chine.

Récemment, le sous traitant Foxconn, spécialisée dans la fabrication de produits électroniques et connu pour ces conditions de travail particulièrement difficile, avait accordé une augmentation à ses salariés.

Du côté du PDG, Yang Yuanqing, pas d’inquiétude, ce dernier a touché, salaires et avantages compris, 14 millions de dollars sur l’année fiscal.

(Source : CNN & ZDnet)


Nos dernières vidéos

7 commentaires

  1. Voilà un geste assez noble de sa part, quelque soit les motivations cachées. Surtout en ces temps, un poil de « solidarité », c’est pas plus mal.

  2. Le fait mérite d’être signalé ! Certains diront qu’il a touché 14 millions donc ce n’est pas un effort de sa part … mais combien parmi ceux-ci auraient fait la même chose ?

  3. C’est vrai que c’est très symbolique, ca fait du 300 € chacun mais néanmoins ce type de comportement peut calmer certains sentiments d’injustice chez certains salariés. Alors tiens, d’habitude j’achète toujours du Mac… mais le prochain PC que je prendrai pourrait être un Lenovo… comme quoi… ce type de comportement est très appréciable.

  4. Clair que bcp devraient en prendre de la graine… ce qui fait le succes d’une entreprise, ca n’est pas uniquement grace au travail des dirigeants.. c’est aussi grâce au travail de tout les employés!

    Ca fait echo pour moi avec les tristes actualités du moment des fermetures de sites de production et autres délocalisations. Des employés qui ont travaillé pdt 20 ou 30 ans dans une boite, qui ont participé aux succès de celles-ci et sont remerciés comme ca sur l’hotel du profit à cours terme pour satisfaire les actionnaires, le gentil retraité de Floride et son fumeux fond de pension… augmenter les marges, la profitabilité, dégraisser, faire grimper le cours en bourse pour verser de meilleurs dividendes. Le systeme capitaliste a perdu la boule…
    Ouvrière cherche reconversion, le patron a fermé tout les champs de coton.

  5. C’est un beau geste ! Ça donne une impulsion et ça fait un gros buzz positif pour la boite. Dans 1 an nous nous en souviendrons et ça donne un capital confiance en une boite, même si elle fait les pires crasses par ailleurs. Nous sommes dans un monde de communiquant et de commu »niqués » (sic) …

Répondre