L’Édito du Lundi : quelles conséquences pour le nouveau fil d’actualité Facebook qui exclut marques et médias ?

Facebook a annoncé le 11 janvier un changement radical dans l’algorithme qui gère son fil d’actualité. Quelles conséquences pour les producteurs de contenus habitués à les diffuser via le réseau social aux deux milliards d’utilisateurs ?

Facebook déploie à partir de cette semaine un nouvelle formule de son fil d’actualités, dans laquelle la priorité sera désormais donnée aux contenus partagés par les proches (principalement famille et amis), au détriment des marques et autres pages.

Cette nouvelle version, dont les tests dans six pays (Sri Lanka, Bolivie, Slovaquie, Serbie, Guatemala et Cambodge) avaient déjà ému, voire effrayé les éditeurs en octobre dernier, pose de nombreuses questions, notamment pour les médias dont l’audience et la notoriété se sont construites exclusivement via Facebook. Il s’agit en effet du changement le plus important de ces dernières années dans l’algorithme du réseau social aux deux milliards d’utilisateurs, peut-être depuis la mise en place de la timeline en septembre 2011.

Dans une vidéo d’explication, le grand manitou du News Feed Facebook, Adam Mosseri, a ce mot assez surréaliste : « Nous nous attendons à ce que vous passiez moins de temps sur Facebook, mais que ce temps soit de meilleure qualité ».

Quelles en sont les raisons ? Que va-t-il se passer concrètement pour les médias, et comment gérer les conséquences de ce changement au mieux, que vous soyez éditeur ou que vous utilisiez Facebook pour faire de la veille d’actualité ?

On vous dit tout dans cet édito vidéo.


2 commentaires

  1. Merci. Tout est dit (ou presque cf. plus bas). Il est clair qu’il était déraisonnable de tout miser sur un seul flux, voire sur les réseaux sociaux (don’t build your home on rented land).
    Cela dit je trouve que Facebook 1. n’est pas fiable 2. se fout de la gueule de ses clients (les annonceurs) et qu’il aurait peut-être fallu le souligner dans votre édito, même de manière poli.

Commenter