Les Bretons veulent leur propre emoji

On le dit souvent, les Bretons sont partout. Et comment on le sait ? Grâce à une bannière presque aussi fameuse que la française ! Le Gwen Ha Du, le drapeau de la Bretagne a franchi les frontières depuis longtemps. Il est agité dans tous les grands événements internationaux, même au Mondial en Russie. Il existe pourtant un endroit où on ne peut pas le trouver. Un petit village numérique qui lui résiste encore : l’univers des émojis.

Un symbole connu sur toute la planète…

Cet oubli pourrait être amené à disparaître, une demande officielle a été faite auprès du Consortium Unicode. La même institution qui a accepté de voir apparaître les smileys des roux, a pourtant déjà refusé une fois.

C’est l’association « .bzh » qui gère les noms de domaine éponymes qui est derrière cette initiative. Ils ont lancé une pétition avec un hashtag de ralliement #emojibzh, comme le précise nos confrères de Numerama. La frustration vient surtout d’une chose. D’autres territoires français ont déjà leurs propres emojis comme  la Martinique, Saint Pierre et Miquelon ou encore les Terres Australes Françaises. Des drapeaux non liés à des pays sont aussi présents comme celui du Texas par exemple.

Le Gwen Ha Du n’a toujours pas son émoji

Alors pourquoi le Gwen Ha Du n’y est-il pas encore ? Tout serait une question de lobbying. Et personne ne soutient suffisamment les petits bretons. « Le dossier a été rejeté à cause d’une absence de soutien des GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon). Nous avons compris que c’était les GAFA qu’il fallait convaincre » explique Matthieu Crédou, un des co-fondateurs de l’association à BFMTV.

> Lire aussi :  Bientôt un émoji de drapeau Corse ?

Résultat, c’est par une pétition que la Bretagne espère désormais tirer son épingle du jeu. Et la lutte est plus que symbolique car selon les études, la région Bretagne est la première sur Instagram. Elle est aussi celle dotée de la plus forte identité régionale. Plus de 3.000 personnes ont déjà signé la pétition. Si vous voulez vous y joindre c’est ici.


Un commentaire

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.