Les imprimantes 3D : un véritable problème pour les constructeurs de menottes

Durant la conference Hackers on Planet Earth (H.O.P.E.) qui s’est tenue à New York, on a pu assister à une étrange démonstration. Un hacker allemand qui est aussi un consultant en sécurité (pratique) a démontré à quel point il était facile de reproduire des clefs de menottes avec de simples imprimantes 3D.

« Ray », c’est ainsi que se fait appeler le consultant en sécurité qui a exposé la vulnérabilité des menottes utilisées par les forces de l’ordre. Il a effectué sa démonstration durant la conférence Hackers on Planet Earth (H.O.P.E.) qui s’est tenue à New York du 13 au 15 juillet 2012. Il a d’abord insisté sur le fait que son objectif n’était pas de faciliter la tâche des criminels mais de mettre en lumière les failles de sécurité que ceux-ci pourraient exploiter.

Avec des simples copies de clefs en plastique qu’il a réalisées avec une imprimante 3D, il a pu ouvrir plusieurs modèles de menottes des constructeurs allemand Bonowi et anglais Chubb.

Car si les constructeurs de menottes destinées aux forces de l’ordre prennent soin de contrôler la distribution des clefs, celles-ci sont les mêmes pour un modèle de menottes donné. Un policier doit pouvoir menotter un individu suspect tandis que son collègue au commissariat doit pouvoir les lui retirer. N’importe quelle copie d’une clef standard permet dès lors d’ouvrir les menottes d’un modèle donné d’un constructeur. La sécurité s’appuie sur le fait qu’il est très difficile d’en obtenir. Difficile mais pas impossible puisque Ray indique qu’il en apparait très rarement mais parfois sur eBay.

C’est ainsi qu’il a acheté des clefs pour les modèles Chubb et Bonowi. Il les a ensuite modélisées en 3D et a utilisé ce modèle 3D avec une imprimante Repman 3D. Des copies de clefs en plexiglas peuvent dès lors être fabriquées très facilement en masse et n’importe qui disposant du modèle 3D et d’une imprimante 3D peut créer son propre jeu de clef.

Ray a d’ailleurs précisé qu’il comptait uploader les fichiers 3D pour la clef Chubb sur la plateforme de partage Thingiverse. Une démarche qui pourrait bien le conduire tout droit en… prison (menotté ou non).

(source)


Nos dernières vidéos

17 commentaires

  1. La vente de modèles sur Ebay n’est-ce pas là le coeur du vrai problème de sécurité ? Là à part la copie en série (qui doit pouvoir se faire sans imprimante 3D)…

  2. Je pense que c’est quand même un peu tiré par les cheveux.

    Il y a donc des milliers de clefs identiques et il est très difficile de s’en procurer une pour 30 secondes pour faire une empreinte (et utiliser des méthodes classiques pour copier une clef, même si elle n’est pas standardisée)? Ou bien pour 3 heures pour en faire une copie?

    Finalement est-il si difficile que ça d’en reconstituer une à partir d’un’ paire de menottes? (bien que je pense que partir d’une des milliers de clefs dans la nature est beaucoup plus simple)

    Il ne fait pas exagérer – les méchants se procurent des lance-roquettes, des jammers de GPS et je ne sais qui encore et il y aurait un problème avec une clef?

  3. Mouarf.
    On les retrouvera assez vite sur TPB.

    Du reste et cela nous concerne tous : nos serrures à 3 ou 5 points (voire davantage) seront bientôt aussi fragiles que ces menottes étant donné qu’à l’instar des espions (qui ont toujours copié n’importe quelle clé en quelques secondes dans les films) il est d’ores et déjà possible d’en faire une copie : il suffit de l’avoir dans le collimateur d’un scanner 3D quelques secondes.

    Actuellement, les clés genre Bricard ou Fichet ne sont protégées que parce qu’aucun serrurier (honnête) ne s’engagerait à les copier sans preuve de possession (la carte plastique que le fabricant remet au propriétaire d’un jeu de clés).
    Avec un scanner 3D et une imprimante 3D c’est du passé et cela ne m’étonnerait pas que dans les années qui viennent on assiste à des cambriolages sans effraction de plus en plus nombreux.
    Et, forcément, dans ces cas là, l’assureur ne veut pas en entendre parler étant donné qu’il n’y a pas eu effraction !

    Gare à nous !

    db

    db

  4. @Gourmet : sauf avec un élement mobile dans la clé qui rend sa copie très trés compliquée ! Je doute que les imprimantes 3D puissent créer un système mobile..;-)
    De plus les clés sont généralement livrées par le serrurier dans un sachet plastifié, non transparent et scellé par le fabricant. Donc le serrurier n’a pas la possibilité de copier les clés sans éveiller les soupçons du client. C’est le procédé utilisé chez Picard Serrures.

  5. Il n’y a plus qu’à faire des paires de clefs publiques et privées dans la vraie vie 🙂

    Bon ceci dit, pour des menottes ce n’est pas très grave, on utilise plutôt ça comme un moyen de tenir un individu tranquille, que comme un moyen d’emprisonnement.
    Comme le souligne Wojtek, on utilise tout aussi bien les bracelets plastiques.

  6. Plus de 25 ans que les imprimantes 3D existent. Pas besoin d’en posséder une, suffit de faire appel à une société de service.
    @Tom-over: Oui, il est possible de réaliser des éléments mobiles (tout dépend de la technologie utilisée)
    Sinon, passer par un scan et une imprimante 3D pour copier une cléf… c’est utiliser un rouleau compresseur pour écraser une mouche…

  7. Pingback: Security & Network | Pearltrees

  8. Je n’y crois pas trop…. les éléments mobiles ne font que quelques millimètres et fonctionne avec un ressort…
    Rien avoir avec une clé toute simple de menotte ou cadenas !
    Il serait beaucoup plus simple de passer par la fenêtre que de tenter de copier une clé de haute sécurité avec une imprimante 3D ! !

  9. Pingback: Les imprimantes 3D : un véritable problème pour les constructeurs de menottes | Veille de Black Eco | Scoop.it

Répondre