l’ICANN libère les noms de domaine : vers la fin du règne des .com ?

Cette nouvelle va potentiellement changer l’internet tel que nous le connaissons. En effet, l’ICANN a annoncé la possibilité de créer un nombre illimité de terminaisons de noms de domaine. Dans le communiqué l’organisation évoque le début d’un nouveau boom de l’internet. A quand « http://www.presse.citron » ?

Cette nouvelle va potentiellement changer l’internet tel que nous le connaissons. En effet, l’ICANN a annoncé la possibilité de créer un nombre illimité de terminaisons de noms de domaine. Dans le communiqué l’organisation évoque le début d’un nouveau boom de l’internet. A quand « http://www.presse.citron » ?

Un nouveau monde de domaines

C’est sans doute la nouveauté la plus importante dans la régulation des noms de domaine depuis l’instauration du « .com ». Le conseil de l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), l’institution à but non-lucratif qui s’occupe de l’attribution et de la régulation des noms de domaines a approuvé la création de nouveaux « top-level domaines » (l’equivalent de .com, .net ou .fr) de manière ouverte pavant ainsi la voie à tout un nouveau monde d’URL potentielles. Théoriquement dès l’année prochaine des domaines comme presse.citron, images.google ou jean.baptiste pourraient voir le jour !

« l’ICANN a ouvert le système d’adressage de l’Internet aux possibilités illimités de l’imagination humaine. Personne ne peut prédire aujourd’hui où cette décision historique nous mènera. » a déclaré Rod Beckstrom le président de l’ICANN.

Et maintenant les mauvaises nouvelles

Jusque là vous devez vous dire : « mais c’est génial ! » et vous avez raison seulement voila, tout n’est pas si simple et trois grands problèmes s’opposent à création de votre « http://famille.tartenpion » :

  • Seules les « organisations publiques ou privées établies » auront une chance de créer leur nom de domaine personnalisé
  • Les organisations devront apporter la preuve de leur droit à utiliser les mots de l’adresse
  • Le coût sera de 185.000 dollars à la création plus 25.000 dollars de gestion annuels…

Oui le dernier point est particulièrement refroidissant, néanmoins si vous êtes à la tête d’une organisation reconnue et que vous en avez les moyens les dossiers de demande seront disponibles de janvier à avril 2012 sur le site de l’ICANN pour la première vague de domaines. On sait déjà que la ville de Paris sera candidate pour le « .paris ».

Wait and see

Si pour l’instant les conditions citées précédemment empêchent le commun des mortels de se créer son nom de domaine « top-level » personnel, une fois les premières vagues de création pour les grandes entreprises et la démocratisation de ces nouvelles adresses, on peut imaginer une baisse graduelle des tarifs et une véritable ouverture au public d’ici quelques années. Les immortels .com ont encore probablement de beaux jours devant eux mais ils risquent tout de même de prendre un petit coup de vieux l’année prochaine.


18 commentaires

  1. Il existe déjà une palanquée d’extensions pas franchement utilisées ce qui augure mal d’un succès massif de nouvelles extensions. Tout cela parce que le commun des mortels ne ne reconnait par défaut que le .com ou l’extension standard de son pays…

  2. Il va se passer la meme chose qu’avec les domaines de type .eu & co. c’est a dire qu’ils sont inréférencable. Aujourd’hui, pour ne prendre que cet exemple, le .eu n’est pas trouvé sur Google France, seul le .fr et le .com (et ses 2 comperes .net et .org) sont acceptés. Il n’existe pas de Google Europe, donc le .eu ne sert a rien.

    Aujourd’hui les moteurs de recherches ont construit leur algorithme sur la nationalité des sites, et la manière la plus importante est l’utilisation des extensions.

    Maintenant je pense que ca va cartonner, toutes les grandes marques voudront proteger leur domaine, et donc ils vont les acheter, et au final vous vous dites, a quoi cela peut bien servir d’acheter des domaines juste pour pas qu’on vous les prenne…. Pourquoi les sortir ?

    Ensuite sur le niveau pratique du domaine… Ils vont sortir le .cocacola et donc le site sera accessible a la super adresse cocacola.cocacola ouahou…

  3. Encore une idée un peu à côté de la plaque j’ai l’impression…
    Tous ceux qui pourront s’offrir ces terminaisons de noms de domaine exotiques vont les acheter, comme cité plus haut, juste pour ne pas que quelqu’un d’autre le fasse avant. Je ne suis pas sûre que ça ouvre un monde de créativité…
    Encore que face.book ou encore g.mail, moui non je ne vois pas trop l’intérêt en fait 😛

  4. Certes il y’a le prix prohibitif (qui favorise clairement les grosse enseigne), la quasi impossibilité de bien se positionner sur ces noms de domaine (mobi, .tel, .eu), j’y vois surtout une perte d’identité d’internet. L’utilisateur lamba connait 2/3 tld (disons .fr / .com / .gouv (impot 😉 ) , et il s’embrouille déja.
    Avec des nom de domaine comme .citron ou .peugeot, comme le dis ci bien Yuitoka, ça va être la fête du slip 😉

  5. Encore un truc pour faire du fric.. Après une floppée d’extensions que personne n’utilise, voici venir les extensions persos.
    On se dit que faire de la tune n’a pas de limites chez l’icann.
    Une question, est-ce que les IDN seront autorisés?
    Non parce que ca pourrait encore augmenter les limites ça! Au lieu d’acheter que .bet, il faudra .bèt .bet.bét .bêt.
    Beurk ils me font de plus en plus vomir avec leurs attrappe couillons.

  6. Sauf pour les pillules, le poker, et le porno, je pense pas qu’il risque d’y avoir beaucoup de nouvelles extensions. A ce prix là, seules les très grandes multinationales pourraient acheter un nom de domaine, et encore, car comme le souligne à juste titre steph, à référencer, ça doit être galère…

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.