Connect with us

Réseaux sociaux

LinkedIn épinglé pour avoir utilisé 18 millions d’adresses mails de non membres

Coup dur pour LinkedIn qui a été pris la main dans le sac à utiliser les adresses mail de 18 millions de personnes (non membres du réseau) pour effectuer de la publicité sur Facebook… Une violation manifeste de la loi sur la protection des données.

Il y a

le

LinkedIn sur un iPhone

L’affaire fait du bruit en Irlande depuis que les autorités de la Commission irlandaise de protection des données ont fait remonter une bien curieuse pratique de la part du réseau social professionnel LinkedIn. Un rapport de cette commission met en évidence de graves manquements aux lois sur la protection des données, puisque 18 millions de personnes (non membres du réseau) ont vu leur mail utilisé pour acheter de la publicité sur Facebook.

Quand LinkedIn se sert des mails des non membres pour faire son petit business

Évidemment, les choses ont rapidement changé, LinkedIn a pris des mesures immédiates et drastiques pour se mettre en conformité avec la loi, reste qu’on se demande pourquoi l’entreprise a eu besoin de piocher dans des mails de non membres, au lieu des 600 millions d’utilisateurs que revendique le réseau social. Visiblement, il semble que l’objectif était de mieux vous connaître sur Facebook, afin d’inciter de nouvelles relations. C’est donc bien pour améliorer son ciblage publicitaire que LinkedIn a acheté 18 millions de mails.

> Lire aussi :  LinkedIn s’inspire également des Stories

Finalement malgré les critiques envers le RGPD, c’est bien à compter du 25 mai après la mise en application du Règlement général sur la protection des données, qu’un grand nettoyage a été effectué pour supprimer toutes traces de mails ou de données de non membres… Du moins au niveau européen ! La commissaire expliquait : « Suite aux conclusions de notre audit de LinkedIn Ireland, en tant que responsable du traitement des données des utilisateurs de l’UE, a demandé à LinkedIn Corp de cesser le traitement pré-informatique et de supprimer toutes les données à caractère personnel associées à ce traitement avant le 25 mai 2018 ».

LinkedIn a évidemment réagi suite à cette plainte et enquête, en déclarant par le biais de Denis Kelleher, le responsable de la protection de la vie privée, chez LinkedIn : « Nous apprécions l’enquête de la commissaire à la protection des données concernant une plainte relative à une campagne de publicité et nous avons pleinement coopéré ». Ce dernier a ensuite ajouté : « Malheureusement, les processus et procédures en place ne sont pas suivis et nous en sommes désolés. Nous avons pris les mesures appropriées et amélioré notre façon de travailler pour que cela ne se reproduise plus. Au cours de l’audit, nous avons également identifié un autre domaine dans lequel nous pourrions améliorer la confidentialité des données des non-membres. Nous avons donc volontairement modifié nos pratiques ».

1 commentaire

1 Commentaire

  1. Patrick

    27 novembre 2018 at 12 h 37 min

    N’oublions pas que le patron de Linkedin est MICROSFT.
    Et que ce dernier a utilisé tous les coups possibles pour faire accepter Windows 10 (et son aspirateur de données) à ceux qui ne le voulaient pas.

    Le schéma reste le même : on entreprend une action peu recommandable – si quelqu’un découvre l’affaire, on présente quelques vagues excuses, et on recommence dans quelques semaines.

    Depuis l’achat de Linkedin par Microsoft, je ne m’y connecte plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests