Suivez-nous

Sciences

L’ISS utilise désormais un « bioréacteur à algues »

Les astronautes testent actuellement dans la Station Spatiale Internationale un bioréacteur à algues qui produit de l’oxygène et de la nourriture.

Il y a

le

NASA ISS sortie
© NASA

La Station Spatiale Internationale (ISS) est désormais équipée d’un bioréacteur à algues. L’appareil fournit à la fois de l’oxygène et de la nourriture et ce, de manière propre.

Un bioréacteur à algues qui fournit de l’oxygène et de la nourriture

L’une des principales difficultés de la Station Spatiale Internationale est d’avoir des systèmes en boucle fermée permettant de recycler quelque chose d’aussi indispensable que l’air que respirent les astronautes. L’air, l’eau et la nourriture sont des éléments indispensables et dans l’hypothèse de missions dans l’espace lointain, faire en sorte que ceux-ci soient recyclés en boucles fermées est indispensable car impossible d’embarquer suffisamment de réserves pour un très long voyage. C’est sur cette base que les astronautes de la Station Spatiale Internationale testent actuellement un bioréacteur à algues.

Selon nos confrères du site américain dédié à l’Espace, « space.com », c’est lundi que le bioréacteur à algues est arrivé dans la Station Spatiale Internationale. Il sera utilisé de concert avec un autre système d’assistance à la vie en boucle fermée. Cela permettra de convertir le dioxyde de carbone en méthane et en eau utilisable. Le reste de dioxyde de carbone sera consommé par les algues qui produiront de l’oxygène.

Si tout se passe bien, les astronautes qui participeront à de futures missions longue durée dans l’Espace lointain pourront compter sur un bioréacteur à algues afin d’avoir non seulement une source d’oxygène mais aussi de nourriture. Les algues sont effectivement riches en protéines et pourraient constituer jusqu’à 30 % de leur régime alimentaire.

Une technologie encore à ses débuts

La technologie du bioréacteur à algues n’en n’est encore qu’à ses premiers balbutiements. Oliver Angerer, le scientifique allemand responsable du projet, a ainsi déclaré dans un communiqué de presse : « Avec la première démonstration de l’approche hybride, nous sommes à l’avant-garde en ce qui concerne l’avenir des systèmes de support de vie ».

Le scientifique a ensuite ajouté sur la technologie de bioréacteur à algues : « Bien entendu, l’utilisation de ces systèmes est intéressante principalement pour les stations de base planétaires ou pour de très longues missions. Mais ces technologies ne seront pas disponibles en cas de besoin si les bases ne sont pas posées aujourd’hui ».

3 Commentaires

3 Commentaires

  1. pikaa

    13 mai 2019 at 6 h 04 min

    On savait de longue date qu’il y avait de l’eau là-haut:

    Dieu dit: Qu’il y ait une étendue entre les eaux, et qu’elle sépare les eaux d’avec les eaux. Et Dieu fit l’étendue, et il sépara les eaux qui sont au-dessous de l’étendue d’avec les eaux qui sont au-dessus de l’étendue. Génèse

    mais c’est mieux d’avoir enfin la preuve, ahah !

    • Ravidelacreche

      13 mai 2019 at 10 h 35 min

      T’as totalement pété un plomb toi, qu’est ce que tu racontes ?

      • pikaa

        14 mai 2019 at 8 h 20 min

        C’est pas faux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests