Suivez-nous

Internet

L’utilisation des bloqueurs de pub est en baisse en Europe et aux États-Unis

Les utilisateurs estiment toutefois que les publicités en ligne ne sont pas toujours pertinentes.

Il y a

  

le

 
adblock-plus-logo
© ABP

Il y a encore quelques années, le sujet des bloqueurs de publicité faisait beaucoup réagir les annonceurs et les éditeurs de sites. Le modèle de la gratuité est en en effet mis à mal par ces adblockers qui font mécaniquement diminuer les revenus. Certains portails ont même adopté des politiques assez agressives en exigeant une désactivation de ces derniers pour pouvoir poursuivre la navigation.

Selon une étude réalisée dernièrement par AudienceProject, le recours à ces outils de blocage serait toutefois en diminution aux États-Unis et en Europe. Dans le détail, 41 % des Américains, 36 % des Britanniques, 48 % des Allemands, 27 % des Danois, 32 % des Suédois, 31 % des Norvégiens et 24 % des Finlandais les utilisent. En comparant avec les données recueillies en 2016, la baisse intervient dans chacun de ces pays.

Une tendance à la stabilisation en France

Pour autant, les internautes font part de leur préoccupation face aux publicités en ligne. Ainsi près des trois quarts des répondants estiment qu’elles sont pas pertinentes pour eux. De même, environ 70 % d’entre eux sont agacés par les publicités vidéo ou les annonces intempestives.

En ce qui concerne la France, la tendance semble être similaire. Le site La Réclame a partagé les résultats d’une étude menée par Eyeo, en partenariat avec YouGov en fin d’année dernière. Il en ressort tout d’abord que la tendance à l’adblocking s’est stabilisée autour de 30 % d’utilisateurs, soit un niveau inférieur aux pays précités.

Les utilisateurs français semblent avoir pris conscience des enjeux importants pour les sites et 64 % des personnes interrogées savent que les éditeurs s’appuient sur des publicités payées pour garantir la gratuité des contenus qu’ils proposent. 61 % d’entre eux n’apprécient pas non plus les pratiques visant à désactiver les bloqueurs à leur insu. Enfin, 61 % des internautes sont prêts à désactiver leur bloqueur sur les sites qui proposent un faible nombre de publicités.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

4 Commentaires

4 Commentaires

  1. Jimmy Cram

    8 novembre 2020 at 13 h 02 min

    « Le modèle de la gratuité est en en effet mis à mal par ces adblockers qui font mécaniquement diminuer les revenus. »
    Non, j’utilise un adBlocker et je ne fais pas perdre de revenu à quiconque puisque, avant, sans adBlocker, je ne cliquais pas sur les pubs et, passais mon temps à chercher entre les pubs ce que je voulais lire.

  2. JoW

    9 novembre 2020 at 0 h 30 min

    Salut Jimmy, chaque pub genere de l’argent a son visionnage et au clic, ca leur permet derrière d’avoir des données de marketing, j’utilise aussi un adblocker et le désactive uniquement sur les sites qui ont des pubs que je considère saine comme une bannière, pas de pop-up, de truc mensonger, de fakenews a la facebook etc.
    Le problème c’est qu’un utilisateur confirmé, sait qu’il doit utiliser un bloqueur, parceque énormément de sites abusent, avoir une pub dans un coin pas de problèème, quand y’en a 10 sur une seule page, c’est lourd.

    • JoW

      9 novembre 2020 at 0 h 34 min

      En gros, de mon point de vue et nen terme de temps investi, je préfère whitelister les sites digne de confiance que blacklister les sites douteux, qui sont majoritaire a mon gout.

  3. JoW

    9 novembre 2020 at 0 h 36 min

    Il y a aussi un point majeur pour moi, bloquer les pubs youtube, puisqu’il ne rémunère même plus les youtubers, je n’ai aucunement envie de financer google, ils sont pas a plaindre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les meilleurs forfaits

Les tests