Suivez-nous

Tech

Microsoft décèle un cas de pédopornographie en surveillant ses utilisateurs OneDrive

En surveillant les comptes utilisateurs OneDrive, Microsoft est parvenu à déceler un criminel.

Il y a

  

le

 
OneDrive Microsoft
© Microsoft

Microsoft propose par défaut son service OneDrive comme solution de stockage dans le Cloud pour les utilisateurs des logiciels Office 365, ou d’applications mobiles développées par la firme de Redmond. Tous ces services passent inévitablement par OneDrive, et les utilisateurs doivent savoir qu’en stockant leurs documents sur OneDrive ils peuvent faire une croix sur leur vie privée.

Pour beaucoup cela représente un problème, mais cette surveillance accrue de la part de Microsoft a dans de nombreux cas donné des résultats positifs. Les conditions d’utilisation de OneDrive prévoient certaines restrictions concernant le contenu que vous pouvez stocker. Lorsque vous créez votre compte, Microsoft vous informe que ses équipes seront amenées à vérifier que votre contenu est conforme.

Une surveillance qui divise

La firme de Redmond effectue des contrôles réguliers du contenu des comptes clients. C’est ainsi que la société a récemment découvert qu’un utilisateur stockait des images inappropriées de jeunes enfants dans OneDrive. Grâce à cette découverte, Microsoft a permis de déceler ce cas de pédopornographie et aux autorités de l’écrouer. Jario Antonio Cabrera a admis avoir téléchargé et visionné les trois images et la vidéo retrouvées sur son compte OneDrive, mais n’a pas confirmé leur provenance. Suite à cela, cet homme a été inculpé pour 3 chefs d’accusation.

En effectuant ses vérifications, Microsoft a classé ces contenus dans la catégorie A2. Cette catégorie est décrite comme ceci par Microsoft : « toute image représentant de la nudité et un ou plusieurs des éléments suivants : contrainte, poses sexuellement suggestives centrées sur les parties génitales, attouchements inappropriés, toute représentation qui n’a pas de valeur littéraire, artistique, politique ou scientifique ».

Cet exemple relance le débat autour de l’accès aux informations personnelles. Nombreux sont les utilisateurs qui n’acceptent pas que l’on ait accès à leurs photos, vidéos, et autres documents, ce qui est extrêmement compréhensible. Cependant, sans cette surveillance, cet homme n’aurait sûrement jamais été inculpé et aurait continué ses activités illicites. Que pensez-vous de cette surveillance mise en place par Microsoft ?

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

9 Commentaires

9 Commentaires

  1. YoYo

    25 février 2020 at 18 h 20 min

    Encore et toujours : « Un peuple prêt à échanger sa liberté pour sa sécurité ne mérite ni l’un ni l’autre et finira par perdre les deux. »

  2. Ssss

    25 février 2020 at 19 h 00 min

    Heureusement qu’ils ne track pas les lanceurs d’alertes

  3. Jimmy Cram

    25 février 2020 at 19 h 26 min

    « Que pensez-vous de cette surveillance mise en place par Microsoft ? »
    Moi, je suis pour même si ma vie privée photographique est consultée de près, mais comme je n’utilise pas OneDrive ça ne me gène pas plus que ça, sauf que comme j’utilise Google Photos et Google Drive, ça revient au même; Un amerloc peut en remplacer un autre 😀

  4. Sam

    26 février 2020 at 8 h 54 min

    Je ne sais pas si TOUS les utilisateurs sont explicitement au courant que Microsoft surveille leur OneDrive, et c’est ça le problème. On peut se questionner, notamment au niveau personnel : ne pas mettre toute sa vie privée en pensant que personne ne verra rien. Ou professionnel (espionnage industriel ?).

  5. Pierre

    26 février 2020 at 9 h 21 min

    Tout dépend par qui ou par quoi est effectué le contrôle, ce que l’article, sauf à avoir mal lu,ne précise pas.Donc,
    – Si ce contrôle est effectué par des humains (dont le curseur sur l’échelle de ma confiance tend à se déplacer trop souvent vers le bas), je suis contre!
    – Si ce contrôle est effectué uniquement par un robot programmé (IA) pour détecté des contenus, en l’occurrence de type A2 (donc garantie sans aucune intervention humaine sur ces derniers) avec signalement automatique direct au service de police compétant pour mener l’enquête, je suis pour!

  6. dada051

    26 février 2020 at 9 h 44 min

    Le problème c’est qu’ils sont obligés de dire qu’ils scrutent les comptes pour trouver ce genre d’activités. Du coup les gens qui ont ce genre d’activités évitent ces services, du coup ça ne sert plus à rien de scruter. Après ils sont obligés de scruter pour fournir le service (par ex la génération de mot clefs à partir du contenu des photos). Maintenant ça ne veut pas dire que ma vie privée n’est plus privée, juste que le cercle « privé » s’est agrandi d’un nouveau « copain ». Qu’ils fassent des stats sur mon compte ne me dérange pas non plus, à partir du moment où c’est anonymisé et que les données ne peuvent pas être recoupées (c’est ce dernier point qu m’embête le plus)

  7. LOLO

    26 février 2020 at 20 h 35 min

    Microsoft devrait nous payer pour qu’ils aient accès à nos infos… Et SURTOUT nous payer pour donner du travail à leur equipes de recherche 🙂

  8. Ichijou

    27 février 2020 at 14 h 39 min

    Pour justifier le pire on prend pour exemple le pire, même si c’est un cas rare et isolé.
    1984 – la double pensée

  9. Raph

    6 avril 2020 at 10 h 10 min

    Bonjour,
    Il manque la zone géographique où a eu lieu cette opération. Est-ce possible dans l’UE?
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests