Connect with us

Ordinateurs

Microsoft donne un gros coup de pouce à Linux et libère 60000 brevets

Microsoft intègre l’Open Innovation Network et décide de soutenir l’open source. La firme se soulage de 60.000 brevets, un choix stratégique visant à protéger Linux.

Il y a

le

Brevets : Microsoft love Linux

Après de multiples désaccords avec l’OIN (Open Innovation Network) et de nombreuses années de politique protectrice de ses brevets, Microsoft vient de proclamer l’ouverture de 60 000 d’entre eux en open source. Rappelons que ce fond de propriété intellectuelle fut créé par des géants comme Phillips, Sony et IBM en 2005.

Après la guerre, Microsoft contribue et rejoint le fond de l’open source

Par cette démarche, la firme de Redmond met fin à une historique opposition entre deux visions du monde du logiciel, et va même jusqu’à contribuer au développement de l’open source avec une offrande plutôt conséquente. Ce sont autant de brevets mis à disposition des développeurs, préservant ceux-ci de poursuites juridiques en cas de création semblable à un brevet existant.

Le vice-président Erich Andersen responsable des affaires juridiques de la firme souligne et confirme que « Ce n’est pas un secret, il y a eu quelques désaccords dans le passé entre Microsoft et la communauté open source à propos des brevets ».

> Lire aussi :  Bon plan : Microsoft Surface Pro, Go, Laptop jusqu'à -40% 🔴

Un pas stratégique vers l’open source

En intégrant l’Open Innovation Network, Microsoft rejoint 74 autres sociétés actuellement favorables à l’open source, et partageant l’idée d’accorder une certaine liberté à l’ensemble des développements sous Linux. Ce geste n’est toutefois pas uniquement dicté par un esprit charitable, mais bel et bien par une nécessité liée à la conjoncture actuelle.

En effet, le fait est que l’open source connaît depuis ces dernières années un développement impressionnant, mais surtout inéluctable, et que de nombreux professionnels y font appel pour des raisons évidentes. Microsoft, qui dans un premier temps connaîtra un manque à gagner certain, du fait des brevets désormais libres de droits, fait également un choix stratégique visant à conserver son lien avec les professionnels.

Tournée vers le passé, la Free Software Foundation estime cependant que « Ces pas significatifs peuvent offrir un certain répit après ces milliards de dollars que Microsoft a extorqué aux redistributeurs de logiciels libres ».

9 Commentaires

9 Commentaires

  1. Patrick Huet

    13 octobre 2018 at 12 h 50 min

    Et que reçoit Microsoft en échange ?
    J’aimerais bien le savoir.

    • shita_judith_kong_êtasoeur

      13 octobre 2018 at 22 h 03 min

      Des cacahuets !!!
      Microsoft pioches dans l’Open Source et le libre, GNU Linux ou la culture humaine depuis toujours comme chacun de nous dans la nature… Une chance déjà qu’il en reste !

    • Emmanuel Ghesquier

      14 octobre 2018 at 0 h 48 min

      C’est précisé, en fait c’est une manière de conserver la main mise sur le secteur des entreprises, payant ou gratuit ils continueront d’utiliser indirectement leur service. Avant une entreprise qui migrait vers le open source, c’était un client de perdu… désormais , c’est un client de gardé… Il y aura toujours autre chose à lui vendre. De plus, mieux vaut que les développeurs utilisent leurs bouts de code gratuitement, que ceux de la concurrence pour les services ou applis du futur

  2. Valente

    14 octobre 2018 at 11 h 21 min

    Microsoft devrait rendre l’argent extorqué de ses pseudo-brevets aux sociétés ayant été rackettés.
    Et Microsoft ne fait aucun cadeau ; il ne fait que suivre les standards de l’industrie.

  3. Adrian Sealelli

    14 octobre 2018 at 12 h 11 min

    Microsoft aurais mieux fais de passer à Linux parce que Windows c’est vraiment de la merde (excepté 98, XP, 7). Pour ma part je suis sous MacOS et je ne suis pas déçu

  4. anonyme

    14 octobre 2018 at 15 h 48 min

    oh là là tout doux avec MS et l’open source-c’est comme ça que le monde de l’open source se retrouve sous la coupe de MS (surtout qu’ils ne leurs restent plus que les PC-les smartphones,les tablettes=c’est cuit et W10 a beaucoup de mal à se faire une place)
    ils ont surement une très bonne idée en tête,et elle n’est surement pas favorable à l’utilisateur- alors achtung

  5. anonyme

    14 octobre 2018 at 16 h 00 min

    même démarche qu’avec les supermarchés=au départ une bonne douzaine d’enseignes plus toutes les autres petites marques indépendantes;et aujourd’hui seulement 4 grandes enseignes qui font la pluie et le beau temps et IMPOSENT leurs lois.
    la mécanique est TOUJOURS la même et la finalité aussi-CQFD

  6. Jean-Christophe CAZENAVE

    15 octobre 2018 at 8 h 09 min

    Stratégie, stratégie quand tu nous tiens !!! J’ai cherché à te détruire de toutes lesmanières, sans y arriver, maintenant je phagocyte. Pas de doute, le mot politique commerciale prend tout son sens. A l’heure de la virtualisation tous azimuths, le véritable ennemi n’est-il pas plutôt du côté de Google OS ? Pour info, un petit git clone bien senti pemet de compiler les binaires Kubernetes pour Linux, Mac OS, Windows, …

  7. Simply Fetch

    15 octobre 2018 at 16 h 07 min

    C’est de bonne augure pour le projet libre ReactOS, un clone libre et gratuit de l’architecture NT. 😉
    https://www.reactos.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests