Mobile World Congress 2010 : ce que j’ai retenu

Le Mobile World Congress a fermé ses portes hier et c’est l’heure du bilan pour tous les participants. Si cette édition n’a pas été le théâtre d’annonces exclusives ou fracassantes, elle a révélé ou confirmé certaines tendances qui pour certaines étaient déjà dans l’air. Voici ce que j’en ai retenu. Multiplication des systèmes d’exploitation mobiles

Le Mobile World Congress a fermé ses portes hier et c’est l’heure du bilan pour tous les participants.

Si cette édition n’a pas été le théâtre d’annonces exclusives ou fracassantes, elle a révélé ou confirmé certaines tendances qui pour certaines étaient déjà dans l’air. Voici ce que j’en ai retenu.

intromwc

Multiplication des systèmes d’exploitation mobiles : vers une segmentation du marché ?

Je ne sais pas si c’est une bonne nouvelle, tant pour les développeurs que pour les consommateurs (même si la concurrence leur est généralement favorable), mais ce MWC 2010 a un peu donné l’impression que chaque constructeur et chaque éditeur mettait un point d’honneur à annoncer son système d’exploitation, au point que l’on finit par s’y perdre un peu. Au lieu de se concentrer sur l’optimisation et l’intégration des OS existants, le marché éclate et l’on compte aujourd’hui une dizaine d’OS mobiles : les géants BlackBerry, Windows Mobile, Apple, Android (avec encore trois versions), Symbian, et les challengers qui semblent avoir été dégainés au dernier moment pour le congrès, comme le Bada de Samsung, le Brew de Qualcom (et HTC), MeeGo du duo Nokia Intel (un OS qui ne vise pas que les mobiles) et d’autres, plus exotiques.

Des annonces qui démontrent la volonté des constructeurs de garder le contrôle sur le contenu de leurs appareils, afin de pouvoir le monétiser via l’incontournable App Store et fidéliser (pour ne pas dire) ficeler leurs clients. Une façon aussi, comme pour Bada par exemple, de refaire entrer les opérateurs téléphoniques dans la danse en leur proposant un partage des revenus sur les applications, qui est en train de leur échapper. Attention cependant à ne pas se tromper de message. Je pense que les constructeurs et les opérateurs commettront une erreur s’ils communiquent sur le système d’exploitation. N’oublions pas que l’objectif de tous les constructeurs et de tous les opérateurs est de conquérir le plus de clients possible, et de les garder le plus longtemps possible. Or le client final, celui qu’on appelle communément le « grand public », n’a généralement que faire du « système d’exploitation », un terme d’informaticien dont la plupart du temps il ne connait même pas la signification.

Android en voie de devenir un OS « grand public » ?

Cette remarque n’est pas incompatible avec le paragraphe précédent. J’ai noté deux indicateurs qui laissent penser qu’Android pourrait sortir rapidement de la sphère techno-geek-Google-fan dans laquelle il est encore confiné pour devenir rapidement un OS équipant le mobile de madame Michu, mais encore mieux : un OS pour mobiles low cost. Hormis l’exemple du très séduisant Sony Ericsson Xperia X10 Mini, qui ressemble à un vrai bijou pour fashionita jusque dans l’habillage graphique des menus Android, c’est le constructeur chinois Huawei qui assurait une présence importante avec une gamme complète de mobiles exclusivement Android d’entrée de gamme, dont certains modèles pourraient être commercialisés en France à partir de 250 euros  hors abonnement. Voir aussi la présentation du nouvel Alacatel OT-980 sous Android qui devrait être prochainement disponible en France, Espagne Italie et Royaume-Uni pour moins de 200 euros. Madame Michu fera peut-être du Android sans le savoir, ce qui représente la meilleure garantie d’investir un marché grand public. Car madame Michu n’achète pas un OS mais un mobile.

L’explosion des applications mobiles fait le bonheur des petits éditeurs

J’ai rencontré quelques éditeurs d’applications mobiles et, même si la concurrence est très féroce et tire déjà les prix vers le bas, ils avaient à peu près tous le sourire et un carnet de commandes bien garni. Le MWC avait d’ailleurs aménagé un hall complet dédié à cette activité, l’App Planet, ou chacun enchaînait les rendez-vous pour vendre ses solutions.

Chacun veut son App Store mais tous s’unissent pour un App Store unique

C’était peut-être l’annonce la plus étonnante de ce MWC (parce-que la moins crédible ?) : vingt-quatre des plus grands opérateurs mondiaux[1] viennent de créer la Wholesale Applications Community, un consortium qui a pour ambition de créer une place de marché sous la forme d’un kiosque unique de téléchargement d’applications mobiles. Lancée sous l’égide et avec la bénédiction de la GSMA (l’association GSM qui organise le MWC), la Wholesale Applications Community vise l’objectif de proposer aux développeurs d’applications la possibilité de diffuser plus facilement leurs programmes vers un nombre d’utilisateurs potentiels plus importants, et vers davantage de terminaux. Dans cette annonce on comprend bien qui est visé : la déflagration Apple avec l’iPhone (et bientôt l’iPad) et son App Store, qui vampirise pratiquement l’intégralité du marché des applications mobiles (140.000 apps disponibles et 3 milliards de téléchargements en 18 mois)  provoque encore quelques répliques. J’ai du mal à croire que ce consortium puisse représenter une alternative crédible quand je vois tous ses membres, qui sont aussi concurrents entre eux le reste du temps. De plus, une application Android n’étant pas compatible avec un téléphone Windows Mobile, je ne vois pas quelle valeur ajoutée peut apporter ce type d’alliance. Il existe déjà des sites qui recensent et distribuent des dizaines de milliers d’applications pour plusieurs systèmes d’exploitation. Ou alors il faudra faire quelque-chose de très simple, efficace, accessible à partir de n’importe-quel mobile avec reconnaissance immédiate du modèle et de l’OS, mais un tel consortium est-il capable de mettre cela en place ? J’en doute.

Parmi les autres sujets qui mériteraient aussi d’être évoqués, on pourrait noter également le décollage de la publicité sur mobile et des solutions de paiement pour les e-commerçants mobiles, ainsi que les premières démos de 4G (LTE). J’y reviendrai peut-être plus tard.

Le Mobile World Congress 2010 était donc celui des systèmes d’exploitation et des kiosques d’applications, ces annonces faisant un peu d’ombre aux nouveautés présentées. Un salon, contrairement aux précédentes éditions, très recentré sur les mobiles (peu d’innovations périphériques présentées, du genre tablettes ou GPS… )

Et au cas où vous voudriez encore un peu de lecture, voici les trois éditoriaux que j’ai publiés sur le site évènementiel monté par Orange pour l’occasion :

[1] América Móvil, AT&T, Bharti Airtel, China Mobile, China Unicom, Deutsche Telekom, KT, mobilkom austria group, MTN Group, NTT DoCoMo, Orange, Orascom Telecom, Softbank Mobile, Telecom Italia, Telefónica, Telenor Group, TeliaSonera, SingTel, SK Telecom, Sprint, Verizon Wireless, VimpelCom, Vodafone et Wind.

mwc

02

03

05

06

07

04

08

09

10

11


Nos dernières vidéos

25 commentaires

  1. La force de l’App Store était justement d’être le premier à faciliter la vente sur internet (catalogue fournit, micropaiment…). Si toutes les marques s’y mettent autant tous avoir son Prestashop comme chez Jack.
    De la même façon tout le monde cherche a faire du buzz et à capter le flux principal des internautes, chose impossible si tout le monde réussis. Bref pour vous faire remarquer porter des T-Shirts originaux à faible tirage, passez donc chez http://www.jackuse.com 😉

  2. Pingback: Google’s Google Shopper app for Android based devices | Mac | AboutAndroid.info

  3. Pingback: HTC Legend vs HTC Desire vs Google Nexus One | AboutAndroid.info

  4. Pingback: BREAKING: WordPress Down: WordPress.com Experiences Outage | TechNexus.info

  5. Eric

    @Benjamin : Nokia était bien présent, mais n’avait pas de stand dans l’enceinte du salon. Ils avaient fait le choix d’une présence extérieure à quelques dizaines de mètres du show en occupant plusieurs centaines de m2 et deux étages d’un hôtel de Barcelone, avec démos, lounge, salle de presse et buffet. Ils ont aussi organisé la plus grande soirée du show mardi soir. Ils étaient donc bien là, mais différemment. Ceci s’explique par le fait qu’ils n’avaient pas d’actualité importante qui coïncide avec les dates du salon (aucune nouveauté à présenter), et que la présence d’un stand n’aurait pas eu beaucoup d’intérêt ni pour eux ni pour les visiteurs.

  6. Que signifie le « 3 versions d’Android » ? Tu veux parler des surcouches tels que Sense 2.1, celle du XPERIA X10 ?

  7. L’article résume très bien le problème des App Store. Ça devient le Far-West et pour l’utilisateur et les développeurs, très pénible voir horrible.
    A titre personnel j’ai un Samsung player Addict sous Windows Mobile 6.1 pro avec Orange et donc j’ai droit :
    – au Samsung Store de Samsung,
    – au Market Place de Microsoft,
    – à l’Orange store d’Orange
    sans compter les dizaines de sites qui recensent les applications Windows Mobile!. C’est un vrai cauchemar et j’ai marre de faire le guignol pour trouver une application.
    Et sans compter que pour chaque store, lorsque l’on veut acquérir une application payante, faut s’inscrire, passer par tel ou tel fournisseur de paiement, laisser le N° de CB et tout le tralala….
    Donc le système de verrouillage d’Apple, on a beau dire ce que l’on veut, est de loin le meilleur aussi bien pour eux que pour l’utilisateur qui y trouve de la simplicité.

  8. Moi je retiens…

    En positif :
    – La taille du salon
    – La diversité et la qualités des stands
    – La splendeur de certains stands (Samsung, Windows, skype…)

    En négatif :
    – Pas de grosse innovation « choc » (sauf Windows 7)
    – Pas de stand (ou je l’ai loupé) Free mobile
    – Des connexions exécrables aussi bien en wifi que en filaire sur les stands
    – Un wifi public … qui marchait pas
    – Le hall des app (7) un peu fade en innovation
    – Un prix d’entrée abusif (heureusement j’ai été invité)
    – Le temps maussade
    – Les français parlent toujours aussi mal anglais ^^

  9. Pingback: Google Shopper App launched for Android | AboutAndroid.info

  10. pour Palm ça parait presque logique vu qu’il n’avaient pas de device ni de nouvel OS à présenter. Leur plus gros boulot actuellement est de distribuer leur 2 devices dans tous les pays.

  11. Punaise, ça s’emballe tellement que je n’y comprends plus rien !

    Petit développeur de jeux sur mon temps libre j’ai souhaité réinvestir Adobe Flash et j’ai donc tout naturellement suivi ce congrès de loin.

    Je ne suis pas fort convaincu. Partout on nous montre les mêmes applications, les mêmes jeux débiles vraiment pas performants et j’ai même eu l’impression d’en voir ramer sur l’iPhone 3GS et le Nexus One !?
    Qu’en est-il vraiment ?

    C’est déjà terriblement compliqué avec la sortie prochaine de Flash CS5 et la présence du player 10.1 sur les mobiles ARM.

    Alors ? Cela en vaut-il la peine ?
    Je trouve que le message n’est pas clair pour cette branche de développeur. Enfin, c’est mon avis perso…

    J’ai déjà du mal à faire en sorte que mes titres C/C++ fonctionnent sous Mac OS, « Windows 98,XP,Vista,7 » et Linux ubuntu, etc.
    Alors en plus si je dois viser 6 OS mobiles pour un jeu mobile, que faire ??

  12. Pingback: Best Android Phone, Google Nexus One Or Motorola Droid? | AboutAndroid.info

  13. Pingback: Google Shopper : Become a Smart Shopper with Android Phones | AboutAndroid.info

  14. @Elesi: que faire ? hé ben tu fais comme moi: tu te dis: putain de monde de merde et tu te jettes sous les rames du métro…
    ouais parce que des fois, y en a marre.

  15. @Eric : si tu as vu des solutions de paiement sur mobile intéressantes après notre rencontre, je suis preneur car pour ma part je n’ai rien vu de révolutionnaire … 🙂

  16. Multiplication des systèmes d’exploitation mobiles :

    J’y vois le signe d’un marché qui n’est pas mature.
    Tout le monde est perdant.
    Les développeurs ne peuvent pas s’investir sur plusieurs plateformes.
    Le consommateur est perturbé ( pour ma part : j’attends le ‘iphone killer ).
    Les fabricants ne doivent pas s’y retrouver non plus.

    Oui à la diversité, mais trop … c’est trop !

  17. salut Eric. good wrap up.

    Je pense que l’emergence des applis et des differents OS est effectivement un phenomene a observer. Mais n’oublions pas le fer de lance du MWC:

    – Internet Mobile (qui permet tout cela!)
    – Les nouveaux players (Huawei => Phone, Alcatel-Lucent=>Appli, Cisco=>Mobile, Google=>Telecom…)
    – L’absence de Nokia et Vodafone.
    – L’etablissement des nouvelles chaines de valeurs telecom (dont resulte l’anoucement WAC).

    J’en oublie surement, mais la chose a retenir, c’est la crise telecom (increasing users, increasing services, less CAPEX invested, controlled OPEX and prices being squeezed). Qui donne lieu a tout ce que j’ai mentionne au dessus…

    Voila my 2 cents!

  18. Les consommateurs se font trop souvent prendre par le marketing impressionnant mise en place pour de nouveau gadget… Souvent les premières versions de produits sont de beaucoup inférieures aux versions suivantes qui bien souvent sortent quelques mois plus tard.

    En plus de tout ça, les versions suivantes sont habituellement un peu moins dispendieuses…

  19. Pingback: Du Windows 7 sur toutes les plateformes

  20. Pingback: Cisco Unified Contact Center Express 8 Video Tutorials Install And Upgrade - Free Software, Shareware Downloads and More

  21. Je pense qu’il est bien qu’il y est plein d’os différente car sinon ont retombe ensuite dans le travers d’un seul qui à le monopole et qui fait se qu’il veut.

Répondre