Montre Kisai Online : un accéléromètre au service de l’heure

Online est le nom de la nouvelle création de Tokyoflash. Sa particularité : un accéléromètre qui permet de passer d’un mode d’affichage plutôt obscur à un affichage numérique presque classique au gré d’un simple mouvement de poignet.

Un accéléromètre dans une montre. Il fallait y penser, Tokyoflash l’a fait avec la montre Kisai Online. Le designer japonais avait déjà pensé à intégrer l’écran tactile sur plusieurs de ses créations. Mais cette fois-ci, c’est un MEMS (Micro-Electro-Mechanical Systems) présent dans tous les smartphones et tablettes du marché, plus précisément un accéléromètre, qui se niche donc au coeur de la montre Online. Et de lignes, il est bien question puisqu’elle arbore un affichage de lignes verticales façon Matrix. Dénommé « Cryptic Mode », il rend la lecture de l’heure ardue même si un déchiffrage de chacun des chiffres est présent sur la notice. Les lignes dépassent le cadre de l’écran LCD et font tout le tour du bracelet comme un cycle perpétuel, celui de l’heure par exemple.

Mais tourner votre poignet sur lui-même et la montre sort alors comme par magie de sa torpeur. L’heure s’y lit très simplement. Elle est ainsi distillée comme un bien très précieux. Toute une philosophie… Dommage toutefois qu’une fois passé dans le mode dit « regular », un nouveau mouvement de poignet ne permette pas de passer dans l’autre mode. Il faudra donc attendre que la montre repasse elle-même dans le mode « Cryptic » afin d’en faire la démonstration à vos amis par exemple. D’autant plus qu’en tournant le poignet, une petite animation a bien lieu.

L’implémentation est parfaitement réussie et il faut bien spécifiquement tourner le poignet, ce qui exclut le déclenchement suite à d’autres mouvements parasites du poignet.

Comme à son habitude, le fabricant a pensé à la décliner dans différentes versions. Plusieurs rétroéclairages LED sont proposés (bleu, rouge ou « naturel ») ainsi que deux finitions pour le bracelet et le corps de la montre (noir ou argent).

Il s’agit d’une montre bracelet et il faudra donc faire sauter des maillons pour l’ajuster à votre poignet. La montre s’adresse plus aux hommes puisqu’elle ne conviendra pas aux petits poignets.

Outre l’heure et les minutes, elle peut afficher la date et offre une alarme. Deux boutons permettent de la régler et de sélectionner la fonction tandis que des symboles disposés de part et d’autre de l’écran LCD indiquent le mode affiché, si une alarme est programmée, s’il s’agit du matin ou de l’après-midi. On regrettera l’absence d’un mode 24 heures.

Enfin, une petite animation peut être activée et déplace un segment toutes les deux secondes.

La montre fonctionne avec une pile de type CR2032. Le bracelet et le corps de la montre sont en acier inoxydable.

Un vrai petit bijou, mélange de Tron et de Matrix pour l’affichage et du cryptex du Da Vinci Code pour le mode d’affichage dérobé.

Comptez 134.20€ pour vous l’offrir.

(source)


Nos dernières vidéos

8 commentaires

  1. Salut!

    J’avais déjà bien aimé la Optical Illusion de Kisai où il fallait s’arracher les yeux pour pouvoir déchiffrer l’heure. Du coup celle-ci me semble beaucoup plus simple d’usage mais elle est tout aussi superbe. J’aime bien le concept de cette marque. Et en plus vous êtes sûr d’épater vos copains et de susciter la curiosité avec un objet pareil au poignet.

  2. Pingback: Montre Kisai Online : un accéléromètre au service de l'heure | SerenDeep | Scoop.it

  3. Pingback: Montre Kisai Online : un accéléromètre au service de l'heure | CRAKKS | Scoop.it

  4. Bonjour,

    En fait, ce n’est pas nouveau le principe de l’accéléromètre sur les montres. C’est entre autres Mutewatch qui l’a démocratisé :

    http://www.autoroot.info/35-mo.....-grey.html

    On retrouve un cadran qui par défaut n’affiche… rien. On bascule son poignet sur 90 degrés et l’heure s’affiche. Simple et ingénieux. Et c’est aussi une vraie montre geek 🙂

  5. Décidément ils sont extra chez Tokyoflash ! A chaque nouveau modèle je scotche sur leurs idées XD
    Mais bon, comme le dit carsalis faut s’arracher les yeux des fois pour arriver à lire l’heure !

Répondre