Natick, le nouveau data center sous-marin de Microsoft

Quels sont deux des problèmes majeurs d’un data center à l’heure actuelle ? La consommation énergétique très élevée et la chaleur dégagée. Deux données incompressibles en apparence. Toutefois, Microsoft est en train de tester une approche totalement révolutionnaire au large de l’Écosse. Un data center sous-marin. La phase 2 du projet vient d’être lancée dans la mer du Nord, près des îles Orcades.

Data center Natik de Microsoft

Un projet écologique et économique

L’intérêt est double. d’un côté refroidir le data center grâce au water cooling, comme dans votre ordinateur mais à une échelle totalement différente, en faisant circuler de l’eau dans les installations. Cela permettrait d’évacuer la chaleur de façon optimale.

Le second aspect concerne l’alimentation du data center lui-même. Grâce aux courants océaniques, plus besoin d’une source d’énergie extérieure. En sachant qu’un data center consomme autant d’énergie que 30.000 habitants européens, la donnée n’est pas vraiment à prendre à la légère.

Microsoft : projet Natik

L’aspect technologique n’est pas oublié

Un troisième aspect est aussi à prendre en compte. Microsoft n’est pas vraiment une entreprise caritative, il y a donc aussi un but commercial à prendre en compte. Dans ce projet, il s’agit concrètement  de la qualité du service. La majorité de la population mondiale vit sur la côte. Mécaniquement, des data center sous-marins seront donc plus proches et le temps de latence sera réduit en conséquence pour les internautes.

« La moitié de la population mondiale vit à moins de 200 km de l’océanLes signaux parcourent environ 200 km/milliseconde sur Internet, donc si vous êtes à 200 km, un aller-retour au centre de données prend environ 2 millisecondes, mais si vous êtes à 4 000 km, chaque aller-retour prend 40 millisecondes » souligne Microsoft.

Un détail pour vous mais des chiffres qui commencent à peser pour les accros à Fortnite par exemple. Pour l’instant, les data centers sont installés à 22 km des côtes et jusqu’à 100 mètres de profondeur. L’idée est de le tester pendant 5 ans sans maintenance particulière, afin de pouvoir chiffrer le coût réel de cette solution.


Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.