Newsletter et classement de site dans Google : le démenti de Matt Cutts

Matt Cutts, le spécialiste et gourou du SEO chez Google (autrement dit : Dieu), lit les blogs. Non seulement il lit les blogs, mais il prend le temps de poster des commentaires, parfois. On reproche souvent à Google de manquer de transparence et d’agir en despote sur le classement des sites dans ses résultats de recherche, mais quand c’est l’un de ses plus éminents représentants qui prend la plume pour tordre le cou à une allégation erronée, on écoute, on apprécie et on corrige.

Matt Cutts, le spécialiste et gourou du SEO chez Google (autrement dit : Dieu), lit les blogs. Non seulement il lit les blogs, mais il prend le temps de poster des commentaires, parfois. On reproche souvent à Google de manquer de transparence et d’agir en despote sur le classement des sites dans ses résultats de recherche, mais quand c’est l’un de ses plus éminents représentants qui prend la plume pour tordre le cou à une allégation erronée, on écoute, on apprécie et on corrige.

Depuis ce matin et la publication de cet article signé Jake Ludington sur Lockergnome, indiquant que la gestion mal appropriée d’une newsletter pouvait affecter le classement d’un site dans les résultats de recherche de Google, le web et plus particulièrement le petit monde du SEO est en émoi. Si certains spécialistes étaient sceptiques, force est de reconnaître que, justement en raison de la culture du secret autour de l’algorithme de Google, toute information qui parait cohérente et qui ne peut être vérifiée conduit rapidement à toutes sortes de spéculations. Il suffit de voir les différentes interprétations qui sont faites des déclarations de Matt Cutts sur l’importance (ou pas) du no follow pour comprendre qu’une préconisation peut être comprise de façon opposée selon les personnes qui la reçoivent.

Google a dû juger l’affaire assez grave, ou du moins importante pour se fendre d’une réponse et donc remettre les pendules à l’heure de la façon la plus claire, ce qui est quand même assez rare : Matt Cutts indique dans les commentaires de l’article mais également sur un autre forum que cette allégation est totalement fausse : « Okay, here you go: Google doesn’t use email as an indicator in search rankings », puis un peu plus loin « To the best of my knowledge, we don’t use email reputation in any way in our search rankings ». Ce qui en français dans le texte, donne : « Ok, allons-y :  Google n’utilise pas l’email comme un indicateur pour les classements de recherche » et « Autant que je sache, nous n’utilisons la réputation par email d’aucune façon dans nos résultats de recherche ».

En supposant qu’il s’agit bien du vrai Matt Cutts et que celui-ci dit la vérité (mais il n’y a pas vraiment de raison d’en douter vu le fil de discussion), voilà un démenti qui rassurera probablement tous ceux qui ont connu quelques sueurs froides aujourd’hui, et qui permet aux blogs qui ont relayé cette information erronée, dont votre serviteur (oui fouettez-moi) de battre leur coulpe. Cela étant, le chapitre sur la nécessité de maintenir une base d’adresses email à jour et de la purger régulièrement garde toute son actualité.

Pour info si vous ne connaissez pas : le blog de Matt Cutts




Nos dernières vidéos

17 commentaires

  1. Très bien! Matts Cutts a du intervenir. Ceci dit, moi ça ne me choquerais pas si Google déclassait les sites de spamers. D’ailleurs cette histoire leur a peut-être donné l’idée de prochainement s’y mettre!
    A mon avis, ils y ont déjà pensé! Ce qui doit les gêner c’est sans doute de n’avoir accès qu’à gmail, pas aux autres providers pour les stats de clics et d’ouverture de mail… ça doit fausser leur « calcul ». Il y a peut-être un risque à le dire aussi…

  2. Pour ma part, je trouve également que la prise en compte de la gestion des emails est importante pour l’avenir du Web. Cela va dans le sens du bouton « SPAM » de Chrome. Permettre aux sites qui s’engagent dans de bonnes pratiques et qui vont vers un marketing en ligne efficace, respectueux de ses utilisateurs est une vrai nécessité. La qualité, toujours la qualité et encore la qualité… Il n’y a que ça qui fait la différence !

  3. je me disais bien que vu que tout le monde peut envoyer avec l’adresse de tout le monde, ca devenait vraiment risque de faire dependre l’algo la dessus.

  4. Hummm il faut prendre de la hauteur et lire entre les lignes : google ne prend pas en compte les newsletter ca c’est clair mais la visite sur le site ciblé de la newsletter est elle analysée via la google bar… vous verrez dans ces mots ce que vous voulez..;-)

  5. Le problème est que Matt Cutts répond sur un peu tout et n’importe quoi à propos de Google, tandis qu’il est « seulement » en charge de l’équipe anti-spam.
    Quand il dit « to the best of my knowledge », c’est justement qu’il n’est pas le grand maître absolu de l’algo Google. Il y a des centaines d’ingénieurs qui travaillent en même temps sur le Search et MC ne pourrait pas avoir la prétention de superviser l’intégralité du travail de chacun.
    Dans un recoin de l’index, il peut très bien y avoir des techos qui testent l’email comme signal sans que MC soit au courant.
    Enfin bon, ne me faites pas dire que les faits cités sont avérés, mais plutôt que les propos de MC ne sont pas parole d’évangile.

  6. Coïncidence !?

    la newsletter de presse citron est passé pour la première fois dans le dossier spam de gmail. Et pourtant cela fait quelques mois que je reçoit la newsletter (et lit certains articles) dans la boite de réception

    :?.

  7. Bon et bien voila une bonne info. Le problème c’est que de nombreuses personnes ne prennent pas le temps de se désinscrire. Elles préfèrent lister les mails comme spam ce qui pourrait causer une baisse du classement non justifiée pour certains.

  8. On peut jetter une pierre à ceux d’entre nous qui ont obtenu un commentaire de Matt Cutts sur un de leurs blogs.
    Il a du le faire une fois pour la pub et c’est tout.

    Ca laisse peu de chance à ceux qui ont un blog en anglais. Can not Digg it.

  9. De toutes les façons on y croit plus aux déclarations de Matt Cutts. J’ai parfois l’impression qu’il est plus attaché et press et responsable de la communication qu’autre chose. Il ne doit pas avoir le temps de jeter un oeil à l’évolution de l’algorithme de Google.

    La communication : c’est malheuresement tout qui reste à Goolge. C’est d’ailleurs pour cela que les autres moteurs de recherche n’arrivent pas à s’imposer. Mais le vent tourne. Il parait que Bing est un excellent référent et ses utilisateurs achètent plus qu’ailleurs. C’est une info qui a son importance. Wait and see !

  10. En voila une nouvelle rassurante, pour une fois que Google est clair dans ses reponses ca change. Comme tu dis dans ton article l’histoire du do-follow et no-follow na jamais eu droit a une reponse aussi clair que celle ci. Mais bon ca me rassure ce serai un comble que Google utilise les newsletters pour son classement.

Répondre