Suivez-nous

Tech

Grosses ambitions pour Nvidia, qui rachète ARM pour 40 milliards

C’est désormais officiel, le géant américain Nvidia compte dans ses rangs la prometteuse entreprise ARM.

Il y a

  

le

 
Section Nvidia
© Nvidia

ARM est une société britannique, filiale de SoftBank, spécialisée dans le développement de processeurs d’architecture 32 bits et 64 bits de type RISC. Aujourd’hui, après de nombreuses semaines de rumeurs, Nvidia vient d’officialiser le rachat d’ARM pour quelque 40 milliards de dollars. Cette somme d’argent fait partie d’un accord plus compliqué. En réalité, Nvidia paiera directement 12 milliards de dollars à SoftBank, puis 21,5 milliards en actions Nvidia. Vous avez raison, le compte n’y est pas. 5 milliards supplémentaires seront placés en complément.

Jensen Huang, fondateur et PDG de Nvidia a déclaré à propos de cet accord : « Simon Segars et son équipe chez ARM ont construit une entreprise extraordinaire qui contribue à presque tous les marchés technologiques du monde. En unissant les capacités informatiques de Nvidia avec le vaste écosystème de l’unité centrale d’ARM, nous pouvons faire progresser l’informatique du cloud, des smartphones, des PC, des voitures et de la robotique, pour aller à la pointe de l’IoT et étendre l’informatique IA à tous les coins du monde. » Ce ne pas un simple rachat, cette transaction pourrait marquer un véritable tournant dans les domaines de l’IoT et de l’IA.

L’accord sera-t-il validé ?

Le siège social de Nvidia étant à Santa Clara en Californie, la société américaine ne demande en aucun cas à ARM de se délocaliser aux États-Unis, si bien que l’entreprise conservera ses locaux à Cambridge en Angleterre. Nvidia enverra tout de même 1,5 milliard de capital pour les employés de ARM. Jensen Huang ajoute « Nvidia conservera le nom et la forte identité de marque ARM ». Seulement 4 ans après le rachat d’ARM par SoftBank, voici que la société britannique change déjà de mains. À l’époque, SoftBank avait investi 24,3 milliards de dollars pour s’offrir les services ARM. Aujourd’hui la transaction pèse près du double, encore faut-il que le Royaume-Uni, la Chine, l’Europe, et les États-Unis valident cet accord.

Pour rassurer les décisionnaires finaux, Jensen Huang explique : « Nvidia ne conçoit pas de CPU, nous n’avons pas de jeu d’instructions pour les CPU, Nvidia ne licencie pas la propriété intellectuelle aux sociétés de semi-conducteurs, donc, et de cette façon, nous ne sommes pas concurrents. Nous avons l’intention d’ajouter d’autres outils IP et aussi, contrairement à ARM, Nvidia ne participe pas au marché des téléphones portables ».

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À la une

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests