La nouvelle sensation auditive qui fait frissonner YouTube et internet

Connaissez-vous l’ASMR ? Bienvenue dans le monde des YouTubeurs du plaisir senso-auditif.

ASMR

Des vidéos de plusieurs heures. Des vidéos sans mise en scène, sans effets spéciaux, sans adolescents hystériques qui crient dans le micro en gigotant comme des possédés. Des plans fixes, pas de musique, pas de jingles énervants, pas de décor. Juste une personne qui murmure au micro en manipulant des objets aussi incongrus qu’une brosse à cheveux, une boite d’allumette ou des feuilles mortes.

Des vidéos qui font des millions de vues.

Oubliez tout ce que vous pensiez savoir concernant les recettes du succès sur YouTube, sur les YouTubeurs et autres vloggers, sur la façon de faire une vidéo de trois minutes pleine de bruit et de fureur. Bienvenue dans le monde feutré et surréaliste de l’ASMR.

ASM Quoi ? Rassurez-vous (ou pas), je ne vais pas vous parler d’une nouvelle pratique sexuelle ou de l’équipe de foot de Monaco, mais d’une nouvelle tendance qui est en train de faire son chemin sur YouTube et qui pourrait sérieusement reposer nos pauvres neurones quelque peu malmenés par une grosse décennie de bruit et de Gangnam Style.

L’ASMR est l’acronyme de Autonomous sensory meridian response, ou en français Réponse Autonome Sensorielle Méridienne, une sensation entre picotement et bien-être que ressentent certaines personnes lorsqu’elles entendent des sons doux, tels que des voix murmurées, le frottement d’un couteau étalant de la pâte à tartiner sur une tranche de pain grillé ou le tapotement feutré des ongles sur une table en bois.

Des sons feutrés qui déclenchent des « picotements »

D’abord confidentielle et prisée par un cercle d’initiés, cette pratique qui consiste à produire et regarder des vidéos ASMR commence à devenir mainstream sur les internets et évidemment en premier sur YouTube, le support idéal pour ce genre de programme. Un véritable phénomène documenté pour la première fois il y a seulement huit ans par une Jennifer Allen, une professionnelle de la cybersécurité américaine, qui a lancé le premier grand débat public sur l’ASMR en 2009 et a inventé le terme l’année suivante.

Depuis quelques mois on peut parler de véritable lame de fond puisque certaines vidéos ASMR attirent un public énorme, comme ce clip d’une femme tapotant une brosse à cheveux et jouant avec une plume de paon, par exemple, qui a attiré plus de 19 millions de vues, ou cette autre vidéo de dix heures (!) sans paroles d’un homme qui frotte doucement les paumes des mains en chuchotant des mots qui a été visionnée près de 14 millions de fois. Un autre exemple ? Ce clip d’une femme qui mange lentement un cornichon, qui a récolté près de 6 millions de vues à ce jour.

Certains YouTubers et YouTubeuses semblent même avoir flairé le bon filon et ont créé des chaines thématiques ASMR, comme ASMR Darling par exemple, qui juste un an après sa création rassemble déjà plus de 1,2 millions d’abonnés et dont les « Triggers to help you sleep » peuvent durer plus de quatre heures et recueillir jusqu’à 7 millions de vues. Qu’y voit-on ? Une jeune femme chuchote à l’oreille des internautes en brassant délicatement des dizaines, voire des centaines d’objets.

Point commun à ces chaines YouTube : elles sont généralement animées par des jeunes filles plutôt avenantes, et le son est évidemment particulièrement soigné car il est la clé de l’ASMR. Cela étant l’image n’est pas en reste, et même si le décor est souvent minimaliste voire inexistant, la photo fait également l’objet d’une grande attention. Concernant le son, il est capté la plupart du temps par un équipement de haut niveau avec deux micros sur perche qui permettent non seulement de capter les moindres détails et frémissements, mais aussi aux animateurs et animatrices de jouer avec la stéréo.

ASMR : bienvenue dans le monde de l’orgasme cérébral

L’ASMR fait partie de ces trucs à forte sensualité que nous avons probablement tous vécu inconsciemment un jour ou l’autre qui à mon sens n’existe réellement qu’à travers les outils de capture et de restitution numérique de son. Des outils et techniques sublimant des sonorités et des bruits qui dans la vie sembleraient bien banals et ne déclencheraient certainement pas cette sensation de plaisir. Un plaisir que d’aucuns n’hésitent pas à qualifier d’orgasme cérébral. Le cinéma et sa prise de son particulière est un fort pourvoyeur d’ASMR, à tel point que le simple glissement d’une fermeture éclair ou le clic d’un bouton-pression peut devenir le temps de quelques secondes le personnage principal d’un film ou la clé d’une scène essentielle.

C’est aussi la magie d’internet : rassembler des millions de personnes autour d’un concept qui relève presque de l’inconscient et en faire une tendance, puis une discipline. Puis un business.

Une étude menée en 2015 sur les effets de l’ASMR a révélé que 75% des participants ressentaient des picotements sous l’effet d’un stimulus visuel et auditif lorsqu’ils entendaient les gens chuchoter. Environ 64% ont ressenti cette sensation lorsqu’ils ont entendu des « sons croustillants », comme des ongles tapotant sur une surface métallique. Certains utilisent l’ASMR comme méthode de relaxation.

«C’est comme si je rentrais en profonde méditation. Les muscles situés au niveau du dos et de la nuque se relâchent complètement», témoigne Frédérique Nierlé, une Genevoise fan de cette pratique. Avant de découvrir les vidéos ASMR, la jeune femme se sentait surmenée et se relaxait avec des médicaments. «J’en écoute environ 30 minutes par jour et cela m’aide énormément, surtout dans les périodes de surcharge de travail.» rapporte Le Temps.

Du coup, le sujet intéresse évidemment les marques et le marketing. Dove et IKEA ont produit des publicités destinées à déclencher ce type de sensation.

Regardez la vidéo ASMR Ikea, c’est totalement hypnotique et fascinant. A écouter avec un bon casque audio de préférence.

Le magazine W a produit une série de vidéos d’initiation à l’ASMR mettant en vedette des célébrités. Eva Longoria explore également le sujet dans cette vidéo aussi reposante que sensuelle…

Dans une autre, l’actrice australienne Margot Robbie vaporise du spray et étale de la Vegemite, cette spécialité australienne de pâte à tartiner, sur des toasts.

Avec l’ASMR, YouTube vient sans le savoir de créer une nouvelle catégorie : celle des YouTubeurs du silence, ceux qui chuchotent à l’oreille des internautes. Personnellement je mets un pouce en l’air.


Nos dernières vidéos

11 commentaires

  1. Laurent “Taka” Delamarche on

    Euuuuh presse citron… Réveil ! Ça fait déjà deux trois ans que l’on parle de ces vidéos, donc la nouveauté bof quoi !

  2. Nina CreepyRosa Sadie on

    Qu’est ce qu’il faut pas entendre…. l’ASMR n’a rien de sexuelle, et prendre "asmr darling" comme exemple c’est comme prendre lama fâché pour les tops, n’importe quoi. Et puis il n’y a rien de mal à regarder des vidéos très rythmé, j’ai l’impression qu’on insulte encore une fois les "adolescents". Tous les adolescents ne regarde pas du rap ou ce genre de trucs, les adolescents ne sont pas le diable cher presse-citron, vous arrivez même à mettre votre petit commentaire désagréable sur quelques choses qui n’a rien à voir avec les adolescents, et comme l’a dit une autre personne, l’ASMR existe depuis longtemps.

  3. Eric

    Ou avez-vous vu que l’on parle de sexuel (sans la faute de français) ? Si c’est le mot orgasme, je vous invite à bien relire la phrase en entier, dans son contexte. Quant à votre tirade sur les adolescents, on va éviter de répondre tant elle est déplacée par rapport à notre état d’esprit.

  4. Eric

    Encore une fois, lisez l’article avant de commenter ! "Un véritable phénomène documenté pour la première fois il y a seulement
    huit ans par une Jennifer Allen, une professionnelle de la cybersécurité
    américaine, qui a lancé le premier grand débat public sur l’ASMR en
    2009 et a inventé le terme l’année suivante."

  5. Alexandre Savard B on

    Calme tes nerfs ERIC!!! Je vous trouve très susceptible pour un chroniqueur. Avoir des commentaires bons ou mauvais fait partie de votre métier. Laisser courir ce qui fais pas votre affaire et prenez ce qui vous plait, point!

Répondre